Diégèse samedi 21 septembre 2013


ce travail est commencé depuis 5013 jours (32 x 557 jours) et son auteur est en vie depuis 19466 jours (2 x 9733 jours) 2013

ce qui représente 25,7526% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Daniel C'est l'automne. En ton absence, ce sera l'automne, souvent. Et l'on sera surpris de sentir comme déjà le temps est plus froid, qu'il faut se couvrir, qu'il faut faire attention. Et l'on aura froid. C'est cela le caractère implacable de la sensation. Il fait à peine froid, que l'on a déjà froid, et cela suffit. Je me souviens de notre dernière rencontre. Je te regarde et je me tais. La conversation est abandonnée dans l'ennui des corps qui ne s'aiment plus. Je me souviens de l'angoisse. C'est pour cela qu'il faut voyager, pour atténuer l'angoisse. Ce soir-là, tu mentais. Je m'en doutais un peu puisque à tous tu mentais en permanence. Mais je voulais croire qu'avec moi tu atténuais ce travers, ce jeu, cette manie. La Rochefoucauld dit vrai quand il affirme que, quelque défiance que nous ayons de la sincérité de ceux qui nous parlent, nous croyons toujours qu'ils nous disent plus vrai qu'aux autres.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est l'automne. La conversation est abandonnée...
Et cela suffit.
... le caractère implacable de la sensation...

... et l'on sera surpris de sentir comme déjà le temps est plus froid, qu'il faut se couvrir, qu'il faut faire attention... ... dans l'ennui des corps qui ne s'aiment plus.







2012 2011 2010







C'est pour cela qu'il faut voyager, pour atténuer l'angoisse. Quelque défiance que nous ayons de la sincérité de ceux qui nous parlent, nous croyons toujours qu'ils nous disent plus vrai qu'aux autres.
François de La Rochefoucauld
Maximes
En ton absence, ce sera l'automne.