Diégèse  samedi 13 décembre 2014


ce travail est commencé depuis 5457 jours et son auteur est en vie depuis 19914 jours (2 x 3 x 3319 jours) 2014

ce qui représente 27,4229% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

La Fortune des Rougon2

Quand M. de Blériot, sur la place, tendit la main à Rougon, Félicité pleura.
« Oh ! vois, vois, dit-elle à
Aristide. Il lui a serré la main. Tiens, il la lui prend encore ! » Et jetant un coup d'œil sur les fenêtres où les têtes s'entassaient :
« Qu'ils doivent rager ! Regarde donc la femme
à M. Peirotte, elle mord son mouchoir. Et là-bas, les filles du notaire, et Mme Massicot, et la famille Brunet, quelles figures, hein ? comme leur nez s'allonge !... Ah ! dame, c'est notre tour, maintenant. » Elle suivit la scène qui se passait à la porte de la Sous-préfecture, avec des ravissements, des frétillements qui secouaient son corps de cigale ardente. Elle interprétait les moindres gestes, elle inventait les paroles qu'elle ne pouvait saisir, elle disait que Pierre saluait très bien. Un moment, elle devint maussade, quand le préfet accorda un mot à ce pauvre Granoux qui tournait autour de lui, quêtant un éloge ; sans doute, M. de Blériot connaissait déjà l'histoire du marteau, car l'ancien marchand d'amandes rougit comme une jeune fille et parut dire qu'il n'avait fait que son devoir.
Mais ce qui la fâcha plus encore, ce fut la trop grande bonté de son mari, qui présenta
Vuillet à ces messieurs ; Vuillet, il est vrai, se coulait entre eux, et Rougon se trouva forcé de le nommer.
« Quel intrigant ! murmura
Félicité. Il se fourre partout… Ce pauvre chéri doit être si troublé !… Voilà le colonel qui lui parle. Qu'est-ce qu'il peut bien lui dire ?
– Eh ! petite, répondit le
marquis avec une fine ironie, il le complimente d'avoir si soigneusement fermé les portes.
– Mon père a sauvé la ville, dit
Aristide d'une voix sèche. Avez-vous vu les cadavres, monsieur ? »
M. de Carnavant ne répondit pas. Il se retira même de la fenêtre, et alla s'asseoir dans un fauteuil en hochant la tête, d'un air légèrement dégoûté.
À ce moment, le préfet ayant quitté la place, Rougon accourut, se jeta au cou de sa femme.
« Ah ! ma bonne ! » balbutia-t-il.
Il ne put en dire davantage.
Félicité lui fit aussi embrasser Aristide, en lui parlant du superbe article de l'Indépendant.
Pierre aurait également baisé le marquis sur les joues, tant il était ému. Mais sa femme le prit à part, et lui donna la lettre d'Eugène qu'elle avait remise sous enveloppe. Elle prétendit qu'on venait de l'apporter. Pierre, triomphant, la lui tendit après l'avoir lue.
« Tu es une sorcière, lui dit-il en riant. Tu as tout deviné. Ah ! quelle sottise j'allais faire sans toi ! Va, nous ferons nos petites affaires ensemble. Embrasse-moi, tu es une brave femme. » Il la prit dans ses bras, tandis qu'elle échangeait avec le
marquis un discret sourire.
La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
Et le salon jaune reprit le bruissement de ses conversations. Le marquis, un peu renfrogné, tentait d'imaginer ce qu'il allait bien pouvoir inventer pour se distraire un peu, désormais, puisqu'il semblait désormais acquis que la République avait fini ses jours. Il se sentait ainsi vaguement triste. Le phénomène est connu : celui qui perd soudainement un ennemi contre lequel il s'est battu pendant plusieurs années, parfois pendant toute une vie, celui-là connaît parfois un sentiment terrible d'abandon qui peut le plonger dans les affres du désespoir. Le marquis n'était pas dans cet état de déréliction, car, c'était un homme au sang froid, qui avait en outre trempé son caractère aristocratique dans le bain d'une pauvreté relative. Mais d'autres que lui, farouches opposants à la République et à ses idéaux, et faits d'un alliage moins résistant, se trouvèrent démunis de cause et coururent s'en chercher d'autres. Il faudrait dire et répéter que le monde en lui-même n'offre aucune cause à défendre si cette cause ne s'ancre pas profondément en soi-même. C'est dans le secret de leur cellule que les moines trouvent la force de prier pour le monde et le Christ lui-même se retira au désert pour forger sa prédication. Cela ne signifie pas que l'action est impossible et qu'il faut que chacun demeure cloitré dans la contemplation. Cela signifie seulement que l'action durable et juste ne peut se fonder que sur la pensée, et sur une pensée murie, sur une pensée incorporée, et non sur une pensée apportée par quelque propagande fût-ce une propagande pour des idées de justice et de paix. On ainsi vu des dirigeants fraichement convaincus à telle ou telle doctrine la mettre en œuvre de façon doctrinaire et l'on voit mal comment il pouvait en être autrement. Dans les temps anciens, on reconnaissait à la vieillesse une forme de sagesse, qui parfois agaçait et semblait trop souvent pétrie de vanité. Et puis, les vieillards, souvent, radotent et vont jusqu'à s'endormir avant d'avoir fini leurs phrases. Mais ce qu'on allait aller chez certains vieillards, c'était justement le recul qu'au cœur même du monde, ils avaient pris sur le monde. Les plus jeunes trouvaient ainsi en eux tout à la fois ce qui leur était proche et ce qui leur était lointain, la proximité de la vie, comme la proximité de la mort.
Mais le marquis de Carnavant n'avait aucune envie de jouer les vieux sages et de proférer des oracles. Il était de ces hommes qui ne veulent pas vieillir et qui s'abattent soudainement, séché sur leurs souliers sans que leur entourage osât penser qu'ils étaient mortels. En cela, Félicité pouvait bien être de son sang. Ils étaient en somme l'exact contraire de Pierre, le fils de paysan qui parvenait à engraisser même dans la pauvreté. Il fallait donc voir ce gros homme toujours un peu en sueur embrasser cette petite vieille aussi sèche que des sarments. On pouvait y voir l'alliance immémoriale de la terre et du feu. Il était vrai que Félicité était une sorcière. C'est habituellement ce que l'on dit des femmes qui réussissent ce qu'elles ont entrepris.
Zola augmenté
Daniel Diégèse
2014

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000






2013 2012 2011 2010