Diégèse  mardi premier juillet 2014


ce travail est commencé depuis 5296 jours et son auteur est en vie depuis 19749 jours (3 x 29 x 227 jours) 2014

ce qui représente 26,8165% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

La Fortune des Rougon2

Au fond, une curiosité anxieuse continuait à la torturer ; elle étudiait les moindres gestes de Pierre, elle tâchait de comprendre. S'il allait faire fausse route ? Si Eugène l'entraînait à sa suite dans quelque casse-cou d'où ils sortiraient plus affamés et plus pauvres ? Cependant la foi lui venait. Eugène avait commandé avec une telle autorité, qu'elle finissait par croire en lui. Là encore agissait la puissance de l'inconnu. Pierre lui parlait mystérieusement des hauts personnages que son fils aîné fréquentait à Paris ; elle-même ignorait ce qu'il pouvait y faire, tandis qu'il lui était impossible de fermer les yeux sur les coups de tête commis par Aristide à Plassans. Dans son propre salon, on ne se gênait guère pour traiter le journaliste démocrate avec la dernière sévérité. Granoux l'appelait brigand entre ses dents, et Roudier, deux ou trois fois par semaine, répétait à Félicité :
« Votre fils en écrit de belles. Hier encore il attaquait notre ami
Vuillet avec un cynisme révoltant. » Tout le salon faisait chorus. Le commandant Sicardot parlait de calotter son gendre. Pierre reniait nettement son fils. La pauvre mère baissait la tête, dévorant ses larmes. Par instants, elle avait envie d'éclater, de crier à Roudier que son cher enfant, malgré ses fautes, valait encore mieux que lui et les autres ensemble. Mais elle était liée, elle ne voulait pas compromettre la position si laborieusement acquise. En voyant toute la ville accabler Aristide, elle pensait avec désespoir que le malheureux se perdait. À deux reprises, elle l'entretint secrètement, le conjurant de revenir à eux, de ne pas irriter davantage le salon jaune. Aristide lui répondit qu'elle n'entendait rien à ces choses-là, et que c'était elle qui avait commis une grande faute en mettant son mari au service du marquis. Elle dut l'abandonner, se promettant bien, si Eugène réussissait, de le forcer à partager la proie avec le pauvre garçon, qui restait son enfant préféré.

La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
Il est vrai que les écrits d'Aristide dans son brûlot étaient volontiers outranciers. Éditorialiste et journaliste tout à la fois, il maniait à l'envi l'invective, la dénonciation et la mise au pilori. Son travail était assez sérieux et il vérifiait ses sources. Il faut dire que les investigations à Plassans n'étaient pas choses difficiles tant la ville était petite et les informations circulaient rapidement et sûrement. Plus Aristide écrivait vrai, plus le salon jaune invectivait. On se demandait parfois ce que les habitués du salon Rougon auraient eu à se dire sans les saillies répétées du second fils de leur hôte. Les monarchistes, qu'ils fussent orléanistes ou pour Henri V fréquentaient ainsi un lieu qui, pour ne pas leur être hostile, demeurait cependant vaguement dangereux. L'un des fils de la famille ourdissait à Paris des complots encore indéfinis quand l'autre haranguait la populace contre eux. Il y avait certainement dans leur assiduité jamais démentie une part de calcul. La République ne pouvait faire de coup d'État puisqu'elle était en place. Si un autre camp réactionnaire que le leur devait la renverser, l'endroit pour eux le plus sûr serait ce salon. Il y aurait toujours en son sein un partisan de la faction qui prendrait le pouvoir.
Félicité protégeait Aristide d'abord parce qu'elle était sa mère et qu'elle avait pour son fils des tendresses de mère, mais aussi parce qu'il constituait en cas d'échec des complots parisiens d'Eugène une forme de talisman. Nul doute qu'Aristide les protègerait quand le peuple en colère pénètrerait dans le salon jaune pour y extirper Les Vuillet, Granoux et autre Roudier. C'est aussi pourquoi Sicardot ne cherchait pas davantage querelle à son gendre. Les convictions politiques de tout ce petit monde n'étaient pas assez fortes pour renoncer aux clauses de prudence, à ce « on ne sait jamais » qui font que l'on brame en place publique tout en protégeant ses arrières. Il y a partout de ces engeances qui, quoi qu'il en soit, s'en sortent toujours.
Zola augmenté
Daniel Diégèse
2014

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000






2013 2012 2011 2010