Diégèse  mercredi 9 juillet 2014


ce travail est commencé depuis 5304 jours et son auteur est en vie depuis 19757 jours (23 x 859 jours) 2014

ce qui représente 26,8462% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

La Fortune des Rougon2

Lorsqu'elle eut réussi, la nuit suivante, à remettre la clef du secrétaire dans la poche du gilet, elle se promit d'user du même moyen pour lire chaque nouvelle lettre qui arriverait.
Elle résolut également de faire l'ignorante. Cette tactique était excellente. À partir de ce jour, elle aida d'autant plus son mari qu'elle parut le faire en aveugle. Lorsque
Pierre croyait travailler seul, c'était elle qui, le plus souvent, amenait la conversation sur le terrain voulu, qui recrutait des partisans pour le moment décisif. Elle souffrait de la méfiance d'Eugène. Elle voulait pouvoir lui dire, après la réussite : « Je savais tout, et, loin de rien gâter, j'ai assuré le triomphe. » Jamais complice ne fit moins de bruit et plus de besogne. Le marquis, qu'elle avait pris pour confident, en était émerveillé.
La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
Félicité croyait faire les princes et rencontrer ainsi son destin. Elle n'avait pas entièrement tort. Pierre Rougon faisait avec elle le malin, ce qui n'était ni son fort ni dans sa nature. Il croyait être dans l'ombre quand il était dans la lumière crue du complot politique. Elle jouait les pauvres femmes qui ne comprennent rien à ces choses-là et qui se content de vaquer à leurs tâches domestiques quand elle était, de tout le salon jaune, la stratège la plus fine. Si Félicité avait vécu à Paris plutôt que de vivre à Plassans, nul doute qu'elle aurait trouvé à employer son intelligence tactique plus sûrement qu'en regardant avec envie les fenêtres de Peirotte et de la sous-préfecture. Elle aurait aussi trouvé d'autres femmes entrées en politique comme on entre au couvent. À Plassans, elle était seule.
Zola augmenté
Daniel Diégèse
2014

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000






2013 2012 2011 2010