Diégèse  lundi 9 juin 2014


ce travail est commencé depuis 5274 jours et son auteur est en vie depuis 19727 jours (19727 = nombre premier) 2014

ce qui représente 26,7349% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

La Fortune des Rougon2

La position particulière du marquis fit de lui, à Plassans, dès les premiers jours de la République, l'agent actif du mouvement réactionnaire. Ce petit homme remuant, qui avait tout à gagner au retour de ses rois légitimes, s'occupa avec fièvre du triomphe de leur cause. Tandis que la noblesse riche du quartier Saint-Marc s'endormait dans son désespoir muet, craignant peut-être de se compromettre et de se voir de nouveau condamnée à l'exil, lui se multipliait, faisait de la propagande, racolait des fidèles. Il fut une arme dont une main invisible tenait la poignée. Dès lors, ses visites chez les Rougon devinrent quotidiennes. Il lui fallait un centre d'opérations. Son parent, M. de Valqueyras, lui ayant défendu d'introduire des affiliés dans son hôtel, il avait choisi le salon jaune de Félicité. D'ailleurs, il ne tarda pas à trouver dans Pierre un aide précieux. Il ne pouvait aller prêcher lui-même la cause de la légitimité aux petits détaillants et aux ouvriers du vieux quartier ; on l'aurait hué.
Pierre, au contraire, qui avait vécu au milieu de ces gens-là, parlait leur langue, connaissait leurs besoins, arrivait à les catéchiser en douceur. Il devint ainsi l'homme indispensable. En moins de quinze jours, les Rougon furent plus royalistes que le roi. Le marquis, en voyant le zèle de Pierre, s'était finement abrité derrière lui. À quoi bon se mettre en vue, quand un homme à fortes épaules veut bien endosser toutes les sottises d'un parti ? Il laissa Pierre trôner, se gonfler d'importance, parler en maître, se contentant de le retenir ou de le jeter en avant, selon les nécessités de la cause.
La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
On voit ainsi souvent dans les partis fleurir de ces hommes liges qui sont poussés sur le devant de la scène mais qui ne sont que les pantins et les marionnettes d'autres plus stratèges qui, derrière eux, attendent leur heure. C'est que la place de tribun n'a pas que des avantages. On peut parfois lasser et devenir rapidement sans qu'on ait pu vraiment le prévoir la tête de jeu de massacre de ceux qui, le temps d'avant, vous acclamaient. On trouve plusieurs cas de figure. Il y a celui qui, disgracieux et ne sachant parler, choisit pour le représenter un mandataire qui présente bien et sait parler haut et fort. Le peuple, bon public, adore depuis l'antiquité ces formes de simulacre et ce genre d'homme politique donne à celui qui sait observer l'impression persistante de rencontrer une statue parlante. Il y a le poltron, sinon le pleutre, qui a peur de prendre des coups, ou qui n'a aucun goût pour la populace, mais qui, devant en passer par elle pour atteindre le pouvoir et l'argent, doit consentir à faire entendre sa voix par l'usage d'un porte-parole derrière lequel il se tiendra.
On a vu cependant à travers les siècles et jusque dans les périodes les plus récentes, certaines de ces créatures échapper à leur créateur et prendre soudainement leur autonomie politique. Le maître de la marionnette a beau jeu de crier à la trahison : cela ne s'entend plus. Ces mouvements-là n'augurent en général rien de bon. Les pantins échappés à leurs maîtres sont les plus brutaux et les plus assoiffés de pouvoir et d'argent. Leur dictature ne peut qu'être féroce.
Zola augmenté
Daniel Diégèse
2014

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000






2013 2012 2011 2010