Diégèse  jeudi 23 octobre 2014


ce travail est commencé depuis 5410 jours et son auteur est en vie depuis 19863 jours (32 x 2207 jours) 2014

ce qui représente 27,2366% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain

La Fortune des Rougon2

Cependant Rougon fit lier solidement les poings de Macquart avec les embrasses des grands rideaux verts du cabinet. Celui-ci ricanait, pleurant de rage.
« C'est cela, allez toujours… balbutiait-il. Ce soir ou demain, quand les autres reviendront, nous réglerons nos comptes ! » Cette allusion à la bande insurrectionnelle fit passer un frisson dans le dos des vainqueurs
. Rougon surtout éprouva un léger étranglement. Son frère, qui était exaspéré d'avoir été surpris comme un enfant par ces bourgeois effarés, qu'il traitait d'abominables pékins, à titre d'ancien soldat, le regardait, le bravait avec des yeux luisants de haine.
« Ah ! j'en sais de belles, j'en sais de belles ! reprit-il sans le quitter du regard. Envoyez-moi donc un peu devant
la cour d'assises pour que je raconte aux juges des histoires qui feront rire. » Rougon devint blême. Il eut une peur atroce que Macquart ne parlât et ne le perdît dans l'estime des messieurs qui venaient de l'aider à sauver Plassans. D'ailleurs, ces messieurs, tout ahuris de la rencontre dramatique des deux frères, s'étaient retirés dans un coin du cabinet, en voyant qu'une explication orageuse allait avoir lieu. Rougon prit une décision héroïque. Il s'avança vers le groupe et dit d'un ton très noble :
« Nous garderons cet homme ici. Quand il aura réfléchi à sa situation, il pourra nous donner des renseignements utiles. » Puis, d'une voix encore plus digne :
« J'accomplirai mon devoir, messieurs. J'ai juré de sauver la ville de l'anarchie, et je la sauverai, dussé-je être le bourreau de mon plus proche parent. » On eût dit un vieux Romain sacrifiant sa famille sur l'autel de la patrie
. Granoux, très ému, vint lui serrer la main d'un air larmoyant qui signifiait : « Je vous comprends, vous êtes sublime ! » Il lui rendit ensuite le service d'emmener tout le monde, sous prétexte de conduire dans la cour les quatre prisonniers qui étaient là.
La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
Les deux hommes avaient des envies de meurtre, et de meurtre sauvage comme on en trouve seulement dans les familles. Au-delà de leurs différences apparentes, Rougon et Macquart se ressemblaient fortement, en cela qu'ils avaient le même défaut principal, celui d'aimer l'argent et le confort sans être cependant pour autant capables de gagner honnêtement les sommes qui auraient pu leur assurer un avenir meilleur. Macquart était de cette paresse insigne qui fait les intrigants de salons ou d'estaminets, selon les cas et la fortune sociale. Rougon était de cette paresse épaisse qui fait les petits commerçants aigris et mal à l'aise. Que le sort vienne à se retourner et que ce genre de personnages viennent à disposer d'une fortune et cela ne peut produire que du malheur, pour eux-mêmes et pour leur entourage. Le faible paresseux deviendra à coup sûr tyrannique, projetant sa faiblesse comme sa paresse dans une maison plus grande et multipliant les serviteurs ainsi que les dépenses inutiles qui ne le satisferont jamais. Qu'il vienne à devenir riche assez tôt dans son âge, qu'il finira sur la paille après avoir gaspillé toute sa fortune fort bêtement. L'épais sans imagination se fera si avare et si content de lui-même qu'il finira d"'une crise d'apoplexie, entouré de bons du trésor qu'il n'aura jamais touché. Il aura continué à compter la chandelle de ses domestiques et à vérifier sans cesse qu'on ne l'a pas volé. En fin de compte, l'un et l'autre, le jour de leur mort, auront vécu une vie bien mauvaise, qui ne leur aura donné que bien peu de bonheur et qui n'aura produit autour d'eux que beaucoup de malheur. Le seul instant fugace de satisfaction qu'ils auront connu aura été ce jour, cette heure, cet instant qui les aura faits riches, mais le reste de leur temps n'aura jamais été qu'envie, peur, tergiversations et sentiment d'échec. Ce sentiment d'échec sera d'ailleurs le seul sentiment sincère et vrai qui leur sera compté le jour du Jugement dernier.
Zola augmenté
Daniel Diégèse
2014

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000






2013 2012 2011 2010