Diégèse 2015

La Fortune des Rougon
Émile Zola
1870
#FortunedesRougon
#ZOLA / #MathieuDiegese
2015
janvier 2015 Chapitre 1 -1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31
février 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28
mars 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - Chapitre 2 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31
avril 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
mai 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31
juin 2015 1 - 2 - Chapitre 3 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
juillet 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31
août 2015 1 - Chapitre 4 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - Chapitre 5 - 30 - 31
septembre 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
octobre 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - Chapitre 6 -15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31
novembre 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30
décembre 2015 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - Chapitre 7 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29 - 30 - 31


I

1er janvier Lorsqu'on sort de Plassans par la porte de Rome, on trouve un terrain vague d'une certaine étendue, que les promeneurs seuls traversent. 136
2 janvier Anciennement, il y avait là un cimetière. De la route, on apercevait les pointes des herbes qui débordaient les murs. 117
3 janvier Une des curiosités de ce champ était alors des poiriers aux bras tordus dont pas une ménagère n'aurait voulu cueillir les fruits énormes. 137
4 janvier Vers ce temps, on abattit les murs longeant la route et l'impasse, on arracha les herbes et les poiriers, puis on déménagea le cimetière. 138
5 janvier Le terrain de l'ancien cimetière resta ouvert à tout venant sur le bord d'une grande route, en proie de nouveau aux herbes folles. 131
6 janvier Et, peu à peu, les années aidant, on s'habitua à ce coin vide ; on s'assit sur l'herbe des bords, on traversa le champ, on le peupla. 133
7 janvier L'aire Saint-Mittre a une physionomie particulière. La ville l'a louée à des charrons qui en ont fait un chantier de bois. 122
8 janvier La place n'est jamais vide ; il y a toujours là quelque bande aux allures singulières, quelque troupe d'hommes fauves et de femmes. 131
9 janvier Le champ mort et désert est ainsi devenu un lieu retentissant qu'emplissent de bruit les querelles des bohémiens et des jeunes vauriens. 136
10 janvier On y sent courir ces souffles chauds et vagues des voluptés de la mort qui sortent des vieilles tombes chauffées par les grands soleils. 136
11 janvier On ne voit que le chantier encombré de poutres. Lorsque la nuit tombe, on n'aperçoit plus que la lueur du feu des bohémiens. 124
12 janvier Un soir, un jeune homme sortit doucement de l'impasse et s'engagea parmi les poutres. On était dans les premiers jours de décembre 1851. 136
13 janvier Tout dormait. Rien de comparable à la paix de ce sentier. Le jeune homme le suivit, cacha son fusil dans un tas de bois. 120
14 janvier Il y avait une vieille pierre tombale qui faisait une sorte de banc. On eût pu lire : Cy-gist… Marie… morte… Le temps avait effacé le reste. 140
15 janvier C'était un garçon à l'air vigoureux. Il devait avoir dix-sept ans. Il était beau, d'une beauté caractéristique, les yeux, d'un noir tendre. 139
16 janvier L'ensemble de ses traits avait une vie ardente, une beauté d'enthousiasme et de force. Il y avait en lui comme une révolte sourde. 130
17 janvier Il regarda devant lui. Il sentit que ses pieds et ses mains se glaçaient. Il finit par mettre la carabine en joue, visant dans le vide. 135
18 janvier Une tête de jeune fille apparut au-dessus de la muraille. L'enfant avait grimpé comme une jeune chatte. Silvère la prit dans ses bras. 134
19 janvier Il s'assit à côté d'elle, en disant : « Je voulais te voir, Miette. Je t'aurais attendu toute la nuit… Je pars demain matin, au jour. »136
20 janvier Une partie des ouvriers de Plassans ont quitté la ville. « La lutte devient inévitable mais le droit est de notre côté, nous triompherons. » 140
21 janvier La ruelle verte reprit son calme mélancolique ; il n'y eut plus que la lune vivante faisant tourner sur l'herbe l'ombre des tas de planches. 140
22 janvier Miette était couverte d'une mante brune à capuchon qui lui tombait jusqu'aux pieds et l'enveloppait tout entière. On ne voyait que sa tête. 139
23 janvier Miette n'avait pas la beauté de tout le monde. On ne l'eût pas trouvée laide ; mais elle eût paru étrange à beaucoup de jolis jeunes gens. 138
24 janvier Le front avait la forme et la couleur d'un croissant de lune. Le visage de Miette, hâlé par le soleil, prenait des reflets d'ambre jaune. 137
25 janvier À mesure qu'ils descendaient ensemble dans la crainte, ils se serraient d’une étreinte plus étroite. Ils s’entendaient jusqu'au cœur. 133
26 janvier Miette frissonna. La veille, elle n'eût pas frissonné de la sorte, au fond de cette allée où ils vivaient leurs tendresses dans la paix. 136
27 janvier Miette écarta sa pelisse puis elle jeta un pan manteau sur les épaules de Silvère, le mettant serré contre elle, dans le même vêtement. 137
28 janvier Silvère et Miette rencontrèrent des couples d'amoureux, hermétiquement clos dans un pan d'étoffe, promenant leur tendresse discrète. 132
29 janvier Les amants du Midi ont adopté ce genre de promenade, ils battent les faubourgs,tous les endroits où il y a beaucoup de trous noirs. 131
30 janvier Rien de plus charmant que ces promenades d'amour. L'amoureuse a un asile tout prêt pour son amoureux ; elle le cache sur son cœur. 130
31 janvier Ils ne songeaient à se plaindre de la froide nuit. Il leur semblait qu'ils n'épuiseraient jamais la douceur et l'amertume de ce silence. 136
1er février Par cette nuit de décembre, les champs s'étendaient pareils à de vastes couches d'ouate qui auraient amorti tous les bruits de l'air. 133
2 février La pensée de Miette retourna au Jas-Meiffren. « J'ai eu grand-peine à m'échapper ce soir. » Silvère eut une étreinte plus douce. 128
3 février « Je sais, murmura Miette, tu es bon, tu me tends la main. Mais que veux-tu ? j'ai des craintes, je me sens des révoltes, parfois. » 132
4 février « N'importe, continua la jeune fille, je voudrais être un homme et tirer des coups de fusil. Il me semble que cela me ferait du bien. » 135
5 février « Voyons, dit-il tendrement, tu vas de la colère aux larmes comme une enfant. Il faut être raisonnable. Je ne te gronde pas… » 126
6 février « Dieu m'est témoin, continua-t-il, que je n'envie et ne déteste personne. Mais, si nous triomphons, nous vivrons libres et heureux. » 134
7 février J'aime la République, parce que je t'aime. Quand nous serons mariés il nous faudra du bonheur, et c'est pour ce bonheur que je m'éloignerai. 140
8 février La lune blanchissait les ruines d'un moulin à vent. C'était le but que les jeunes gens avaient assigné à leur promenade. 120
9 février Cela les rassurait de ne former qu'un être. Cette vallée entière n'était pas assez forte pour se mettre entre leurs deux cœurs. 127
10 février D'ailleurs, ils avaient cessé toute conversation suivie ; ils ne parlaient plus des autres, ils ne parlaient même plus d'eux-mêmes. 131
11 février Ils allaient toujours. Ils continuèrent à descendre en feignant de ne point voir ce sentier qu'ils s'étaient promis de ne point dépasser. 137
12 février Ils avançaient d'un pas ralenti par crainte du moment où il leur faudrait remonter la côte. Le retour, c'était la séparation, l'adieu cruel.
140
13 février Des derniers ormes au pont, il y avait à peine trois cents mètres. Les amoureux mirent un bon quart d'heure pour franchir cette distance. 137
14 février Miette et Silvère s'étaient éloignés d'une lieue. Ils jetèrent un regard sur le chemin parcouru, frappés d'admiration par décor étrange. 136
15 février Puis les jeunes gens regardèrent à leurs pieds. On eût dit une vallée enchantée, une merveilleuse retraite où vivait d'une vie étrange. 135
16 février Les amoureux connaissaient bien ce bout de rivière ; Aussi Miette, du haut du pont, contemplait elle d'un regard d'envie la rive du torrent. 140
17 février Et en même temps, tandis que les choses du passé leur remontaient au cœur avec une saveur douce, ils crurent pénétrer l'inconnu de l'avenir.
140
18 février Silvère leva la tête. Tout à coup, une masse noire apparut au coude de la route. La Marseillaise, chantée avec une furie vengeresse, éclata. 140
19 février Il se mit à courir, montant la côte. Il y avait un talus sur lequel il grimpa avec la jeune fille. La bande descendait avec un élan superbe. 140
20 février La Marseillaise emplit le ciel, le rugissement populaire roula par ondes traversées de brusques éclats secouant jusqu'aux pierres du chemin.
140
21 février Silvère écoutait et regardait. Les insurgés approchaient. Ils seront partis d'Alboise cet après-midi. La colonne était arrivée devant eux. 138
22 février À mesure que les contingents défilèrent, les jeunes gens les virent en face d'eux, sans cesse renaissants, surgir brusquement des ténèbres.
139
23 février Miette se serra contre Silvère, les yeux sur de si étranges faces, transfigurées par l'enthousiasme, la bouche pleine de la Marseillaise. 137
24 février En tête, venaient de grands gaillards, aux têtes carrées. La République devait trouver en eux des défenseurs aveugles et intrépides. 132
25 février Les bûcherons, dit Silvère. Ces hommes iraient jusqu'à Paris, enfonçant les portes des villes comme ils abattent les vieux chênes lièges. 137
26 février Miette regardait. Quand Silvère lui parla de son père, le sang lui monta aux joues. Elle examina les chasseurs d'un air d'étrange sympathie.
140
27 février La colonne, qui venait de recommencer la Marseillaise, descendait toujours, comme fouettée par les souffles âpres du mistral. 125
28 février Les contingents descendaient la côte, deux bataillons avaient déjà traversé la raie de clarté qui blanchissait la route. 120
1er mars À ce moment parut un bataillon plus nombreux que les autres. Le plus grand nombre de ces soldats avaient des fusils ou d'anciens mousquets. 139
2 mars Derrière, s'avançaient de petits groupes composés chacun de dix à vingt hommes. Ils brandissaient en chantant des fourches et des faux. 135
3 mars Silvère, qui reconnaissait les groupes à leurs chefs, les énuméra. « Va, nous serons vainqueurs I Le pays entier est avec nous. »
129
4 mars
Et il acheva le dénombrement de ces hommes, qu'un tourbillon semblait prendre et enlever. Il montrait les contingents d'un geste nerveux.
137
5 mars Et roulée dans le flot sonore, la foule coulait. Le défilé, qui dura à peine quelques minutes, parut aux jeunes gens ne devoir jamais finir. 140
6 mars Certes, Miette était une enfant mais elle était une enfant de courage. Volontiers, elle eût pris une arme et suivi les insurgés. 128
7 mars Tout se mit à tourner devant elle. De grosses larmes chaudes coulaient sur ses joues. Silvère avait, lui aussi, des pleurs au bord des cils. 140
8 mars Les insurgés s'arrêtèrent. La Marseillaise s'éteignit dans un dernier grondement. Silvère, entraînant Miette, se mit à remonter le talus. 137
9 mars Ils coururent se tenant par la main. Il y avait des trous dans les aubépines. Silvère et Miette sautèrent sur la route par un de ces trous. 139
10 mars Malgré le détour, ils arrivèrent en même temps que les gens de Plassans. Maya, dont le visage était caché à demi, fut regardée curieusement. 140
11 mars Silvère n'avait pas songé à la figure que ferait son amoureuse devant les ouvriers.
Mais, une voix s'éleva : « Son père est un assassin. »
138
12 mars « Laisse, reprit-elle, ceci me regarde… » Puis elle répéta avec éclat : « Vous mentez, vous mentez ! il n'a jamais pris un sou à personne. » 140
13 mars Un chasseur vint au secours de la jeune fille. « La petite a raison, dit-il. Chantegreil n'a pas volé. Allons, calme-toi, petite. » 131
14 mars Jamais Miette n'avait entendu dire du bien de son père. Elle toucha la hampe du drapeau et elle dit : « Donnez-le-moi, je le porterai. » 136
15 mars Elle prit le drapeau et se tint droite, dans les plis de cette bannière qui flottait derrière elle. À ce moment, elle fut la vierge Liberté. 140
16 mars Les insurgés éclatèrent en applaudissements. « Bravo, la Chantegreil ! Elle restera avec nous ! » Silvère la confondait avec la République. 139
17 mars Silvère courut en avant pour aller chercher son fusil. Quand il rejoignit les insurgés, ils étaient arrivés devant la porte de Rome. 132



II

18 mars Plassans est une sous-préfecture d'environ dix mille âmes, sur le plateau qui domine la Viorne, adossée contre les collines des Garrigues. 138
19 mars Il y a une vingtaine d'années, aucune ville n'avait mieux conservé le caractère dévot et aristocratique des anciennes cités provençales. 136
20 mars Le vieux quartier étage ses ruelles étroites. Cette partie de Plassans est occupée par les ouvriers, tout le menu peuple actif et misérable. 140
21 mars Ce qui, de nos jours, partage Plassans en trois parties distinctes, c'est que les quartiers sont seulement bornés par de grandes voies. 135
22 mars Comme pour s'isoler davantage, la ville est entourée d'une ceinture d'anciens remparts. On démolirait à coups de fusil ces fortifications. 138
23 mars Jusqu'en 1853, ces ouvertures sont restées garnies d'énormes portes. La ville, après avoir ainsi poussé les verrous, dormait tranquille. 136
24 mars La population de Plassans se divise en groupes qui  respectent trop les usages pour ne pas se parquer dans une des sociétés de la ville. 136
25 mars Les nobles se cloîtrent. L'été, ils habitent les châteaux qu'ils possèdent aux environs ; l'hiver, ils restent au coin de leur feu. 131
26 mars Ce sont des morts s'ennuyant dans la vie. Leur quartier a le calme lourd d'un cimetière. Les portes et les fenêtres sont barricadées. 133
27 mars La bourgeoisie tâche de donner quelque vie à Plassans. Ce sont les esprits avancés de l'endroit, libres penseurs tout de paroles. 129
28 mars Dans le vieux quartier, les ouvriers sont en majorité ; mais on y compte aussi les petits détaillants et même quelques gros négociants. 135
29 mars Une seule fois par semaine les trois quartiers de Plassans se rencontrent face à face. Toute la ville se rend au cours Sauvaire le dimanche. 140
30 mars Ce fut dans ce milieu particulier que végéta, jusqu'en 1848, une famille dont le chef, Pierre Rougon, joua plus tard un rôle important. 135
31 mars Pierre Rougon était un fils de paysan. Sa mère, Adélaïde, se trouva orpheline. On apprit son mariage avec un jardinier, un nommé Rougon. 136
1er avril Adélaïde eut un fils au bout de douze mois. Le faubourg entendait pénétrer le secret. Toutes les commères se mirent à espionner les Rougon. 139
2 avril Rougon mourut quinze mois après son mariage. Une année s'était à peine écoulée que la jeune veuve avait un amant : « Ce gueux de Macquart. » 140
3 avril La proximité des frontières avaient fait de ce garçon un contrebandier. En vingt mois, Adélaïde eut deux enfants, un garçon et une fille. 137
4 avril Comme on ignora l'histoire de ces amours étranges, ce fut encore Macquart qui fut accusé d'avoir abusé d'Adélaïde pour lui voler son argent. 140
5 avril Le fils légitime, le petit Pierre Rougon, grandit avec les bâtards de sa mère. Adélaïde garda auprès d'elle ces derniers, Antoine et Ursule. 140
6 avril Ce fut une singulière maison. Adélaïde était logique avec elle-même ; seulement sa logique devenait de la pure démence aux yeux des voisins. 140
7 avril Elle fut sujette à des crises nerveuses qui la jetaient dans des convulsions terribles. Ces secousses répétées achevèrent de la détraquer. 138
8 avril Derrière la masure de Macquart, il y avait une muraille. Un matin, les voisins furent surpris en voyant cette muraille percée d'une porte. 138
9 avril Le contrebandier venait très irrégulièrement, presque toujours à l'improviste. Jamais on ne sut au juste quelle était la vie des amants. 136
10 avril Adélaïde manquait absolument du sens pratique de la vie. La valeur exacte des choses, la nécessité de l'ordre lui échappaient. 126
11 avril Elle laissa croître ses enfants au bon plaisir de la pluie et du soleil. Elle s'occupait de son bien encore moins que de ses enfants. 133
12 avril Jusqu'à l'âge de quinze ou seize ans, les trois enfants se rouèrent de coups fraternellement, sans comprendre combien ils étaient étrangers. 140
13 avril À seize ans, Antoine était un galopin, avec une sournoiserie pleine d'hypocrisie et de lâcheté. Antoine n'avait que les lèvres d'Adélaïde. 138
14 avril Chez Ursule, la ressemblance de la jeune femme l'emportait. Ses yeux où passaient les regards d'Adélaïde étaient d'une limpidité de cristal. 140
15 avril Pierre semblait un étranger. Son père et sa mère s'étaient chez lui corrigés. La nature d'Adélaïde avait amoindri les lourdeurs de Rougon. 138
16 avril Mal élevé, ses vices, sa fainéantise, ses appétits de jouissance, il entendait les cultiver et les contenter au grand jour, honorablement. 138
17 avril À dix-sept ans, Pierre apprit la situation d'Antoine et d'Ursule. Il chercha le moyen de jeter à la porte, mère, frère, sœur immédiatement. 139
18 avril L'attitude sévère de Pierre, enfant d'un homme qu'elle avait vite oublié, troublait son cerveau malade.Souvent, elle sanglotait, la nuit. 137
19 avril Dès que Macquart arrivait, elle oubliait ses serments, elle courait à lui et la lutte recommençait à son retour, plus muette, plus terrible. 140
20 avril Il ne chercha ni à régler la conduite d'Adélaïde ni à corriger Antoine et Ursule de leur paresse car il comptait se débarrasser de ces gens. 140
21 avril Il échappa à la conscription, mais Antoine tomba au sort. Il donna sa parole qu'il le rachèterait, décidé à n'en rien faire. Antoine partit. 140
22 avril Pierre se débarrassa d'Ursule. Un ouvrier nommé Mouret l'épousa. Mouret comprit qu'il devait quitter Plassans. Il emmena Ursule à Marseille. 140
23 avril Restait Adélaïde. On apprit que Macquart venait d'être tué à la frontière. Elle hérita de la masure et elle se retira dans la petite maison. 140
24 avril Pierre Rougon avait vu, comme dénouement, la vente de l'enclos. Cette vente devait lui permettre d'épouser la fille de quelque négociant. 137
25 avril Pierre avait jeté ses vues sur la fille d'un marchand, Félicité Puech. Il comptait acheter Félicité et relever la maison par son énergie. 137
26 avril Le mariage arrêté, il s'occupa de la vente de l'enclos. Le propriétaire du Jas Meiffren lui avait déjà fait des offres à plusieurs reprises. 140
27 avril Mais ce qu'il ignorait, c'était qu'Ursule et Antoine eussent des droits sur cette propriété. Les explications de l'huissier étaient claires. 140
28 avril Il savait pouvoir disposer de sa mère comme d'une chose. Il lui fit signer un acte de vente. 8 jours après, le mur mitoyen n'existait plus. 139
29 avril Pierre épousa Félicité. Elle était jolie ou laide. Cela devait dépendre de la façon dont elle nouait ses cheveux, qui étaient superbes. 135
30 avril Le vieux quartier s'étonna, un mois durant, de lui voir épouser Rougon. Mais Félicité avait su deviner qu'il était loin d'être un imbécile. 139
1er mai Les cinquante mille francs que Pierre apporta suffirent pour payer les dettes. Puech et le sieur Lacamp se retirèrent de l'association. 135
2 mai « Tu as vaincu mon guignon », disait parfois Félicité. Une des faiblesses de cette nature énergique était de se croire frappée de malchance. 140
3 mai Elle voulait être riche. Quand ils auraient quelques centaines de mille francs, ils seraient les maîtres de la ville ; elle gouvernerait. 137
4 mai Lorsque Puech mourut, Félicité apprit que le vieil égoïste avait placé sa petite fortune à fonds perdu. Elle en fit une maladie. 128
5 mai Félicité, de 1811 à 1815, eut trois garçons, un tous les deux ans. Les quatre années qui suivirent, elle accoucha encore de deux filles. 136
6 mai Elle reconstruisit sur la tête de ses fils l'édifice de sa fortune, à les engraisser comme un capital qui devait rapporter de gros intérêts. 140
7 mai « Laisse donc ! criait Pierre, tous les enfants sont des ingrats. Quand Félicité parla d'envoyer les petits au collège, il se fâcha. 132
8 mai Rougon lui-même se laissa prendre à ce contentement de l'homme illettré qui voit ses enfants devenir plus savants que lui. 128
9 mai Lorsqu'ils eurent obtenu leur diplôme et qu'ils se virent obligés de revenir en province les trois jeunes gens s'endormirent, s'épaissirent. 140
10 mai À la veille de la révolution, les fils Rougon avaient des positions précaires. Ils offraient alors des types profondément dissemblables. 136
11 mai L'aîné, Eugène, avait près de quarante ans. A certains gestes larges, on eût dit un géant qui se détirait les membres en attendant l'action. 140
12 mai Eugène offrait le cas curieux de certaines qualités morales et intellectuelles de sa mère enfouies dans les chairs épaisses de son père. 136
13 mai Un mois avant les journées de février, Eugène devint inquiet. Il partit pour Paris. Il n'avait pas cinq cents francs dans sa poche. 131
14 mai Aristide, le plus jeune des fils Rougon avait le visage de sa mère et un caractère sournois où les instincts de son père dominaient. 132
15 mai Aristide aimait l'argent comme son frère aimait le pouvoir. À Paris, il mena une vie oisive. Son père, le retint. Aristide se laissa marier. 140
16 mai Aristide joua à l'écarté quatre ans. Sa femme aidait à la ruine de la maison par un goût pour les toilettes et par un appétit formidable. 137
17 mai Angèle était fille d'un capitaine retraité, qu'on nommait le commandant Sicardot, bonhomme qui lui avait donné pour dot dix mille francs. 137
18 mai Pierre dut garder le ménage chez lui, exaspéré, frappé au cœur par le gros appétit de sa belle-fille et par les fainéantises de son fils. 138
19 mai Enfin, Pierre put rendre à son fils ses dix mille francs. Lorsqu'il en fut à son dernier billet de cent francs, il devint nerveux. 130
20 mai Longtemps, il tint le coup, il s'entêta à ne rien faire. Il attendit, flairant une catastrophe, prêt à étrangler la première proie venue. 137
21 mai L'autre fils, Pascal avait fait à Paris d'excellentes études médicales. Il vivait à Plassans satisfait dans la joie pure de ses recherches. 139
22 mai Plassans ignorait que cet original fût un homme savant. Pascal, depuis deux ou trois ans, s'occupait du grand problème de l'hérédité. 133
23 mai Trois ans avant la révolution de 1848, Pierre et Félicité quittèrent leur maison de commerce avec une quarantaine de mille francs, au plus. 139
24 mai Ils auraient bien voulu aller habiter la ville neuve, mais ils louèrent un logement rue de la Banne à quelques pas des gens riches. 131
25 mai Au premier, demeurait le propriétaire. Demeurer chez les autres est un aveu de pauvreté. L'ancien mobilier dut servir sans être réparé. 135
26 mai Félicité avait caché les meubles hors de service. Tous ses soins furent pour le salon. Elle réussit presque à en faire un lieu habitable. 137
27 mai Pour tout embellissement, Félicité obtint qu'on tapissât la pièce d'un papier orange. Le salon avait ainsi pris une étrange couleur jaune. 138
28 mai Elle eût donné dix ans de sa vie pour posséder une de ces habitations. La maison dans laquelle logeait le receveur particulier, la tentait. 139
29 mai Les Rougon vivaient dans une pensée unique : faire fortune, tout de suite, en quelques heures. Tout leur être tendait à cela, brutalement. 139
30 mai Félicité semblait ne pas avoir vieilli. Son visage n'avait guère changé, on aurait dit la tête d'une petite fille qui se serait parcheminée. 140
31 mai Quant à Pierre Rougon, il avait pris du ventre ; il était devenu un bourgeois, auquel il ne manquait que des rentes pour paraître digne. 136
1er juin On prétendait que sa femme le menait à la baguette, et l'on se trompait. Félicité revenait cent fois à la charge, jusqu'à ce qu'il cédât. 137
2 juin La révolution de 1848 trouva les Rougon sur le qui-vive, C'était une famille de bandits à l'affût, prêts à détrousser les événements. 133



III

3 juin À Plassans en 1848 le contrecoup des événements était très sourd. La voix du peuple s'y étouffe. On dort à Plassans quand on se bat à Paris. 140
4 juin Jusqu'en 1830, Plassans ne jurait que par ses rois légitimes. Puis, la population se donna peu à peu au grand mouvement démocratique. 133
5 juin Les petits propriétaires furent pris de panique ; la République les fit trembler pour leur caisse et pour leur chère existence d'égoïstes. 138
6 juin Les plus fins politiques de Plassans ne flairèrent l'Empire que fort tard. Le coup d'État éclata sur leurs têtes, et ils durent applaudir. 138
7 juin Ces événements fondèrent la fortune des Rougon. Ils grandirent sur les ruines de la liberté. Ce fut la République que volèrent ces bandits. 139
8 juin M. de Carnavant venait rendre visite aux époux. « Petite, disait-il, si jamais Henri V me rend une fortune, je te ferai mon héritière. » 138
9 juin La position du marquis fit de lui l'agent du mouvement réactionnaire. Il laissa Pierre trôner, se gonfler d'importance, parler en maître. 137
10 juin Il s'était formé chez les Rougon un noyau de conservateurs qui se réunissaient dans le salon jaune pour déblatérer contre la République. 136
11 juin Il y avait là trois ou quatre négociants retirés qui appelaient de leurs vœux un gouvernement fort. M. Isidore Granoux, était comme le chef. 140
12 juin Roudier, un bonnetier de Paris retiré à Plassans, s'était jeté dans la réaction à corps perdu. Sa fortune lui donnait une grande influence. 139
13 juin Mais la plus forte tête était à coup sûr le commandant Sicardot. Il comptait parmi les plus glorieuses ganaches de la Grande Armée. 131
14 juin On voyait aussi, chez les Rougon, Vuillet, un libraire qui avait joint à son commerce la publication d'un journal, la Gazette de Plassans. 138
15 juin On peut imaginer, maintenant, le singulier spectacle que le salon jaune des Rougon offrait chaque soir. On s'entendait dans la haine. 133
16 juin La personne la plus heureuse était Félicité. Avoir du monde dans son salon était une façon de donner une couleur politique à leur pauvreté. 139
17 juin Le salon, ce noyau de conservateurs appartenant à tous les partis, et qui grossissait journellement, eut bientôt une grande influence. 136
18 juin En avril 1849, Eugène quitta brusquement Paris. Il semblait sonder le terrain plus encore pour un parti que pour son propre compte. 131
19 juin Il resta à Plassans jusqu'à la fin du mois, assidu aux réunions du salon jaune. Il paraissait à l'aise au milieu de cette tour de Babel. 136
20 juin On le jugeait bon enfant. Lorsqu'un marchand ne pouvait placer de quelle façon il sauverait la France, il se réfugiait auprès d'Eugène. 135
21 juin Son frère Aristide était dans une grande perplexité. Il avait rompu tout rapport avec son père, le qualifiant en public de vieil imbécile. 138
22 juin Il détermina un libraire à fonder un journal démocratique. L'Indépendant fit, sous son impulsion, une guerre sans merci aux réactionnaires. 139
23 juin Vuillet était la bête noire d'Aristide. Il ne se passait pas de semaine sans que les journalistes échangeassent les plus grossières injures. 140
24 juin Le matin de son départ, Eugène emmena son père dans la chambre à coucher et eut avec lui un long entretien. Félicité essaya d'écouter. 136
25 juin Eugène avait bien choisi son confident. Pierre exagéra encore cette lourdeur passive qui faisait de lui une masse grave et impénétrable. 136
26 juin Eh ! dit l'ancien marchand d'huile, j'ai choisi une place qui rapporte. Pour être receveur, on n'a pas besoin de savoir le latin ni le grec. 140
27 juin Eugène voulait me faire nommer dans une autre ville. J'ai refusé.
– Oui, dit vivement la vieille femme. C'est ici que nous devons triompher.
140
28 juin Cette conversation enthousiasmait Félicité. Mais, dit Pierre, assez causé. Dormons. Je ne tiens pas encore la place. Surtout, sois discrète. 140
29 juin Félicité ne put dormir, elle faisait de merveilleux châteaux en Espagne. Les vingt mille francs de rente dansaient devant elle dans l'ombre. 140
30 juin Le but que poursuivait son mari la passionna. Elle abandonna les calculs fondés sur la réussite du marquis. Elle fut admirable de prudence. 139
1er juillet Mais en voyant toute la ville accabler Aristide, elle pensait avec désespoir que le malheureux se perdait. Elle l'entretint secrètement. 136
2 juillet Un mois plus tard, Sicardot annonça que l'armée se battait sous les murs de Rome. Puis, il entama l'éloge du président de la République. 136
3 juillet Ce fut surtout l'année suivante que ce groupe prit dans la ville une influence décisive, grâce au mouvement qui s'accomplissait à Paris. 136
4 juillet L'heure des Rougon était venue. La ville neuve leur fit presque une ovation le jour où l'on scia l'arbre de la liberté planté sur la place. 139
5 juillet Le marquis était trop fin pour ne pas comprendre où allait la France. Un des premiers, il flaira l'Empire. Il feignit l'aveuglement. 132
6 juillet Un soir,  Félicité eut un éclair d'intelligence. « Le prince Louis a toutes les chances, n'est-ce pas ? » demanda-t-elle vivement. 130
7 juillet On était alors dans les premiers jours de l'année 1851. Rougon recevait régulièrement, tous les quinze jours, une lettre de son fils Eugène. 140
8 juillet Félicité comprit que son fils depuis 1848 travaillait à l'Empire. On ne pourrait rien lui refuser. Félicité éprouva une vive reconnaissance. 140
9 juillet Elle résolut de faire l'ignorante. Lorsque Pierre croyait travailler seul, c'était elle qui amenait la conversation sur le terrain voulu. 137
10 juillet Ce qui l'inquiétait, c'était le sort de son cher Aristide. Elle désirait convertir le malheureux républicain aux idées napoléoniennes. 136
11 juillet Pascal vint passer quelques soirées dans le salon jaune. Il regarda avec l'intérêt d'un naturaliste leurs masques figés dans une grimace. 137
12 juillet Jamais Félicité ne put l'amener à s'enrôler. Il continua cependant à venir de temps à autre passer une soirée dans le salon jaune. 130
13 juillet L'année 1851 fut pour Plassans une année d'anxiété. Le sentiment était qu'un dénouement approchait. Ils étaient malades d'incertitude.136
14 juillet
« Ainsi, vous pensez qu'une insurrection est nécessaire pour assurer notre fortune ? – C'est mon avis », répondit M. de Carnavant. 130
15 juillet La conversation avec le marquis acheva de lui montrer clairement la situation. En novembre 1851, le salon jaune était maître de Plassans. 137
16 juillet Les Rougon, sans voir comment ils se débarrasseraient de ces gens et feraient ensuite place nette, se livraient pourtant à des espérances. 138
17 juillet Le dénouement approchait. Le bruit d'un coup d'État courait et on accusait le prince président de vouloir se faire nommer empereur. 131
18 juillet Le 10 décembre, Pierre Rougon reçut une lettre d'Eugène. Eugène, en dix lignes, prévenait son père que la crise allait avoir lieu. 130
19 juillet Félicité fut piquée au point qu'elle aurait mis des bâtons dans les roues si elle n'avait pas désiré le triomphe aussi ardemment que Pierre. 140
20 juillet La nouvelle officielle du coup d'État n'arriva à Plassans que dans l'après-midi du 3 décembre. Aucun trouble ne paraissait devoir éclater. 138
21 juillet Vers neuf heures, Granoux arriva. Il dit que le maire s'était montré décidé à maintenir l'ordre par les moyens les plus énergiques. 131
22 juillet Aristide, forcé de prendre parti, écrivit un article très hostile au coup d'État, qu'il porta à l'Indépendant, pour le numéro du lendemain. 139
23 juillet Ses doutes revenaient, il était dans une de ces heures où l'on prendrait conseil d'un enfant. Il ne pouvait songer à entrer chez son père. 138
24 juillet Fatima referma la porte. Aristide enrageait, accusait sa famille de l'avoir dupé. Eugène regardait le succès du coup d'État comme certain. 138
25 juillet En revenant chez lui, il marcha lentement, perdu dans ses réflexions. L'indécision le reprenait. Il valait mieux attendre et se taire. 136
26 juillet Une heure plus tard, Angèle arriva chez le libraire, en feignant une vive émotion. « Mon mari vient de se blesser cruellement, dit-elle. » 138
27 juillet La journée se passa à Plassans dans un calme relatif. Il y eut, le soir, une manifestation que la vue des gendarmes suffit à disperser. 135
28 juillet Le salon jaune, cependant, s'agitait dans une vive anxiété. Pierre et le commandant marchaient, échangeant un mot de temps à autre. 131
29 juillet Enfin, on sonna. Le domestique du commandant parut et dit brusquement à son maître : « Monsieur, les insurgés seront ici dans une heure. » 138
30 juillet L'annonce des arrestations parut frapper Félicité. « Que font ces hommes des gens qu'ils arrêtent ? Ils doivent les garder comme otages. 136
31 juillet – Non, certes, madame n'a pas tort », cria Granoux. Le commandant dit : « Tort ou raison, peu importe. Je devrais déjà être à la mairie. » 138
1er août Pierre aperçut la colonne des insurgés. Ce fut en courant qu'il s'engagea dans l'impasse Saint-Mittre et qu'il arriva chez sa mère. 131



IV

2 août Antoine Macquart revint à Plassans après la chute de Napoléon. Adélaïde lui apprit tranquillement la vente des biens. Il s'emporta. 131
3 août Antoine alla prendre la diligence pour Marseille. Mouret lui dit qu'il ne voulait, à aucun prix, avoir des démêlés avec sa famille. 131
4 août La certitude qu'il avait les mains liées rendit Antoine plus menaçant. Il courait les rues, contant son histoire à qui voulait l'entendre. 138
5 août Macquart, allait reprendre la vie de soldat. qu'il préférait mille fois à celle d'ouvrier, lorsqu'il fit la connaissance d'une femme. 133
6 août Antoine Macquart lia connaissance avec Fine. Antoine finit par se dire que c'était la femme qu'il lui fallait. Elle travaillerait pour deux. 140
7 août Les Macquart eurent trois enfants : Lisa, née la première ; Gervaise, née l'année suivante. Le fils des Macquart, Jean naquit plus tard. 136
8 août Il est des hommes qui vivent d'une maîtresse. Macquart vivait de sa femme et de ses enfants. Il lui semblait tout naturel qu'on l'entretînt. 140
9 août Fine le laissait régner au logis. Il lui volait les sous qu'elle gagnait, sans qu'elle se permît autre chose que des reproches voilés. 136
10 août Antoine Macquart criait que le peuple mourait de faim et que les riches devaient partager. Lui n'aurait pas donné un sou à un pauvre. 133
11 août a
Macquart, était resté ouvrier. Cela l'exaspérait. Quand il comparait les Macquart aux Rougon, il éprouvait encore une grande honte.131
11 août b Sa haine s'accrut encore, lorsque les Rougon eurent groupé les conservateurs autour d'eux, et qu'ils prirent, à Plassans, une influence. 136
12 août a
Antoine sentait à quel point son attitude devait consterner les Rougon, et il affectait, de jour en jour, des convictions plus farouches. 137
12 août b
Macquart avait compté sur Aristide. Mais le jeune homme n'était point assez sot pour faire cause commune avec un homme tel que son oncle. 137
13 août a
Battu de ce côté, Macquart n'avait plus qu'à sonder les enfants de sa sœur Ursule. Ursule était morte en 1839. Elle laissait trois enfants. 139
13 août b
Rougon accueillit son neveu François comme employé. Il trouva chez son neveu l'aide qu'il cherchait. Pierre lui donna en mariage Marthe. 136
13 août c
Macquart dut vite renoncer à entraîner dans sa campagne contre les Rougon ce gros garçon laborieux, qu'il traitait d'avare et de sournois. 138
14 août a
Adélaïde avait alors près de soixante-quinze ans. Vieillie dans une existence monacale, elle s'était roidie et figée, au fond de sa masure. 139
14 août b
Elle avait demandé l'enfant, terrifiée par la pensée de mourir seule. Ce bambin qui tournait autour d'elle la rassurait contre la mort. 135
14 août c
Sans sortir de son mutisme, elle se prit pour lui d'une tendresse ineffable. Roide, muette, elle le regardait jouer pendant des heures. 135
15 août a Silvère grandit dans un continuel tête-à-tête avec Adélaïde, il l'appelait tante Dide, nom qui finit par rester à la vieille femme. 131
15 août b
Elle l'adorait. Ils vécurent ainsi dans un silence triste, au fond duquel ils entendaient le frissonnement d'une tendresse infinie. 131
15 août c
Les bribes de savoir volé ne firent qu'accroître les exaltations généreuses. Il eut conscience des horizons qui lui restaient fermés. 133
16 août a La vie du jeune homme resta celle de l'enfant. Ses camarades blessaient ses délicatesses par leurs joies brutales, Il préférait lire. 133
16 août b D'une douceur d'enfant, lui qui n'aurait pas écrasé une mouche, il parlait à toute heure de prendre les armes. La liberté fut sa passion. 137
17 août a Bientôt, l'oncle et le neveu se virent deux et trois fois par semaine. Pendant leurs longues discussions, le sort du pays était décidé. 135
17 août b
À chaque visite du jeune homme, les mêmes scènes se reproduisaient. Le père avalait quelque ragoût de pommes de terre en grognant. 130
18 août a Gervaise, grande fille de vingt ans passés, rougissait d'être ainsi grondée devant Silvère. Celui-ci, en face d'elle, éprouvait un malaise. 139
18 août b
Quand les deux femmes avaient pris leur aiguille, Macquart, assis sur le meilleur siège, se renversait voluptueusement, sirotant et fumant. 139
18 août c
Et Macquart recommençait pour la centième fois l'histoire des cinquante mille francs. Son neveu l'écoutait avec quelque impatience. 131
19 août a Tous ses parents, jusqu'à ses petits-neveux, passaient alors par ses mains, et il trouvait des griefs et des menaces contre chacun d'eux. 137
19 août b
Puis Macquart, une fois lancé, ne s'arrêtait plus. Moi je dis la vérité, voilà tout…  Notre famille est une sale famille ; c'est comme ça. 138
19 août c
Tout ce linge sale que Macquart lavait devant son neveu écœurait le jeune homme. Antoine employait les grands moyens pour l'exaspérer. 134
19 août d
Puis, quand il croyait avoir suffisamment blessé Silvère, il abordait la politique. On m'a assuré, que les Rougon préparent un mauvais coup. 140
20 août Silvère rêvait son rêve de liberté idéale. Il bâtissait des épopées, dont les défenseurs de la liberté sortaient vainqueurs, et acclamés. 137
21 août a
Ses rages de fainéant envieux et affamé s'accrurent encore, à la suite d'accidents successifs qui l'obligèrent à se remettre au travail. 136
21 août b
Sa haine pour les Rougon croissait avec sa misère. Il jurait de se faire justice puisque les riches s'entendaient pour le forcer au travail. 140
22 août Les premiers jours, Macquart crut ses plans déjoués. Ce fut seulement à la nouvelle du soulèvement des campagnes qu'il se remit à espérer. 138
23 août a Macquart fit rester en arrière quatre de ses compagnons. Il leur persuada aisément qu'il fallait arrêter les ennemis de la République. 134
23 août b
Macquart entra dans le salon, passa dans la chambre à coucher, bouleversa le lit, regardant derrière les rideaux et sous les meubles. 133
23 août c
Macquart prit à part un terrassier nommé Cassoute et lui ordonna de s'asseoir sur la marche et de n'en pas bouger jusqu'à nouvel ordre. 135
24 août a Il était près de onze heures du soir, lorsque les insurgés entrèrent dans la ville par la porte de Rome malgré les lamentations du gardien. 139
24 août b
À la tête de la colonne, marchaient toujours les hommes de Plassans guidant les autres ; Miette, au premier rang, ayant Silvère à sa gauche. 140
24 août c
Le silence de la ville endormie tranquillisa les insurgés, qui arrivèrent ainsi sur la place du Marché et sur la place de l'Hôtel-de-Ville. 139
24 août d
L'arrivée de la colonne insurrectionnelle, à pareille heure, surprenait l'autorité à l'improviste. On dut fermer les portes  pour délibérer. 140
24 août e
M. Garçonnet, par haine de la République, aurait souhaité de se défendre. Mais c'était un homme prudent qui comprit l'inutilité de la lutte. 140
24 août f
Qui êtes-vous et que voulez-vous ? cria le maire d'une voix forte. Je vous somme de vous retirer. Ces paroles soulevèrent des clameurs. 135
24 août g
Quand l'hôtel de ville fut au pouvoir des républicains, ils conduisirent les prisonniers dans un petit café , où ils furent gardés à vue. 137
25 août Vers une heure, les trois mille hommes mangeaient. Malgré le froid vif, il y avait des traînées de gaieté dans cette foule grouillante. 135
26 août a Silvère, grisé par l'élan de la bande, s'attaqua à un grand diable de gendarme nommé Rengade, avec lequel il lutta quelques instants. 133
26 août b
Il s'éloigna. Depuis qu'il avait senti sur sa peau la tiédeur du sang de Rengade, une seule idée le poussait, courir auprès de tante Dide. 138
27 août a Pour la première fois, Adélaïde fit allusion au contrebandier Macquart devant son petit-fils. « Tu rapporteras le fusil ? Tu me le promets ! 140
27 août a Pierre avait entendu en pâlissant les paroles du jeune homme. Vraiment, Félicité avait raison, sa famille prenait plaisir à le compromettre. 140
27 août b
Rougon, en refermant la porte avec soin, dit à sa mère d'une voix pleine de menaces : « S'il lui arrive malheur, ce sera de votre faute. » 138
28 août a Cependant, Silvère regagna la halle en courant. Comme il approchait de l'endroit où il avait laissé Miette, il entendit un bruit de voix. 137
28 août b
Justin se promettait d'être très insolent. Il finit par apercevoir sa cousine sur le banc où elle attendait Silvère vêtue de sa pelisse. 136
28 août c
La jeune fille sanglotait sous les injures. Parut Silvère. Le jeune Rébufat le redoutait. Il se sauva, hurlant, le visage meurtri. 130
28 août d
Il était alors près de deux heures du matin. Le froid devenait vif. La colonne se reforma. Les prisonniers furent placés au milieu. 131
29 août a À ce moment, on vit circuler Aristide parmi les groupes. Il rencontra son frère Pascal muni d'une trousse et d'une petite caisse de secours. 140
29 août b
Pendant ce temps, la colonne descendait le cours Sauvaire laissant derrière elle silencieuses et désertes les rues qu'elle avait traversées. 140



V

30 août a Au loin s'étendaient les routes toutes blanches de lune. Et la farce vulgaire, la farce ignoble, tournait au grand drame de l'histoire. 135
30 août b
Au sortir de Plassans, les insurgés avaient pris la route d'Orchères. Ils devaient arriver à cette ville vers dix heures du matin.130
30 août c
La colonne l'insurrection courir le long de la vallée comme une traînée de poudre. Les feux tachaient l'ombre de points sanglants.130
30 août d
Ces hommes s'exaltaient. Grisés par l'enthousiasme du soulèvement général qu'ils rêvaient, ils croyaient que la France les suivait.131
30 août e
Ils puisaient un entraînement de courage dans l'accueil que leur faisaient les habitants. C'était, à chaque village, une nouvelle ovation.138
31 août a Vers le matin, la lune disparut derrière les Garrigues ; les insurgés continuèrent leur marche rapide dans le noir épais d'une nuit d'hiver. 140
31 août b
Miette garda son attitude héroïque avec une opiniâtreté d'enfant, souriant au jeune homme chaque fois qu'il lui jetait un regard tendre. 136
31 août c
Les jeunes gens grimpèrent jusqu'à un rocher. Autour d'eux se creusait un abîme de ténèbres. Ils étaient comme sur la pointe d'un récif. 136
31 août d
Miette et Silvère ne sentirent pas d'abord le froid. Ils gardèrent le silence, écoutant avec tristesse ces bruits dont frissonnait la nuit. 139
31 août e
Ce fut par cette froide nuit de décembre que Miette et Silvère échangèrent un de ces baisers qui appellent à la bouche tout le sang du cœur. 140
31 août f
Ils restaient serrés l'un contre l'autre. Et alors ce fut dans une sorte de rêve, que leurs lèvres se rencontrèrent. Leur baiser fut avide 138
1er septembre La pudeur venait à Miette. Alors elle fut prise de douleur, elle sanglota. Le jeune homme la reprit entre ses bras, essayant de la consoler. 140
2 septembre Au delà du baiser, elle devinait autre chose qui l'épouvantait et l'attirait, dans le vertige de ses sens éveillés. Et elle s'abandonnait. 138
3 septembre a C'est ainsi qu'elle refusait la mort si elle devait mourir ignorante. Et, cette rébellion de son sang, elle l'avouait par ses supplications. 140
3 septembre b
Puis, se calmant, elle posa la tête sur l'épaule du jeune homme, elle garda le silence. Silvère se baissait et l'embrassait longuement. 135
3 septembre c
Miette avait à peine neuf ans, lorsque son père fut envoyé au bagne, pour avoir tué un gendarme. La petite demeurait avec son grand-père. 137
3 septembre d
Miette travailla gaiement. La vie en plein air était sa joie et sa santé. Celle-ci eût vécu heureuse sans les taquineries de son cousin. 136
4 septembre La jeune fille allait atteindre sa onzième année, lorsque sa tante mourut. Dès ce jour, Rébufat se laissa aller à traiter Miette en valet. 138
5 septembre La plus ingénieuse torture qu'il inventa fut de parler à Miette de son père en lui racontant le meurtre et la condamnation de Chantegreil. 138
6 septembre a Miette eut, à plusieurs reprises, l'envie de se sauver du Jas-Meiffren. Mais elle n'en fit rien, par courage, pour ne pas s'avouer vaincue. 139
6 septembre b
Ses silences volontaires furent pleins d'étranges rêveries. Passant ses journées dans l'enclos, séparée du monde, elle grandit en révoltée. 139
7 septembre a
Le puits était un puits mitoyen. Le mur du Jas-Meiffren le coupait en deux. C'était Silvère qui tirait pour tante Dide l'eau nécessaire. 136
7 septembre b
Un jour, la poulie se fendit. Le jeune charron tailla lui même une belle et forte poulie de chêne qu'il posa le soir, après sa journée. 135
7 septembre c
L'outil tomba du côté du Jas-Meiffren. Silvère le regarda, se penchant, hésitant à descendre. La paysanne vint ramasser le ciseau à froid. 138
7 septembre d
Ils se regardaient d'un air confus et souriant. Elle levait vers lui une adorable tête, des yeux noirs qui l'étonnaient et le remuaient. 136
7 septembre e
Jamais il n'avait vu une fille de si près. Il se pencha davantage, et put enfin saisir le ciseau. La paysanne commençait à être embarrassée. 140
7 septembre f
Puis ils restèrent là, à se sourire encore, l'enfant en bas, la face toujours levée, le jeune garçon à demi couché sur le chaperon du mur. 138
7 septembre g
Le soir, Silvère essaya de questionner tante Dide. Mais le mur était, pour elle, comme un rempart infranchissable, qui murait son passé. 136
7 septembre h
Dès qu'il fut arrivé chez son patron, il fit causer ses camarades. Ils lui racontèrent l'histoire du braconnier et de sa fille Miette. 134
8 septembre Le soir, il trouva Miette à sa besogne. Il l'appela. « Reste, je t'en prie... Veux-tu que je sois ton ami ? » dit-il d'une voix émue. 133
9 septembre Huit jours se passèrent ainsi, sans que les deux camarades eussent l'occasion d'échanger une seule parole. Silvère était désespéré. 131
10 septembre a Ils se saluèrent. Peu leur importait le mur qui les séparait, maintenant qu'ils se voyaient là-bas, dans ces profondeurs discrètes. 131
10 septembre b
Je savais continua Miette que tu tirais de l'eau chaque jour. Je me disais que je viendrais en puiser tous les matins en même temps que toi. 140
11 septembre À partir de ce jour, les jeunes gens ne manquèrent pas au rendez-vous. L'eau dormante donnaient à leurs entrevues un charme infini. 131
12 septembre a Le puits était un excellent prétexte à leur rendez-vous ! Jamais Justin ne se défia de son empressement à aller tirer de l'eau, le matin. 137
12 septembre b
Pendant plus d'un mois, ce jeu dura. On était en juillet ; les matinées brûlaient, blanches de soleil, et c'était une volupté d'accourir là. 140
12 septembre c
Certains matins, Miette, dont le tempérament ne s'accommodait pas d'une longue contemplation, se montrait taquine ; elle remuait la corde. 138
12 septembre d
Un matin, elle se fâcha. Elle ne trouva pas Silvère au rendez-vous, et elle l'attendit près d'un quart d'heure en faisant grincer la poulie. 140
12 septembre e
Longtemps après, Silvère, chaque matin, en tirant de l'eau, croyait y voir apparaître la figure rieuse de Miette, frissonnant et ému encore. 140
13 septembre a Ce mois sauva Miette de ses désespoirs. La certitude qu'elle était aimée lui rendit tolérables les persécutions de Justin et des gamins. 136
13 septembre b
Ses amours étaient une aube dans laquelle se calmaient ses fièvres. Justin chercha avant d'apprendre de quelle façon elle lui avait échappé. 140
13 septembre c
Silvère, à cette époque, s'était déjà jeté avidement dans la lecture de tous les bouquins dépareillés qu'il trouvait chez les brocanteurs. 138
14 septembre a Miette vint comme la joie de sa vie. Elle devenait nécessaire à l'abolissement du paupérisme et au triomphe définitif de la révolution. 135
14 septembre b
Chez lui, les troubles de sa grand-mère tournaient à l'enthousiasme chronique, à des élans vers tout ce qui était grandiose et impossible. 138
15 septembre a Cependant Miette et Silvère se lassaient de n'apercevoir que leur ombre. Ils avaient usé leur jouet, ils rêvaient des plaisirs plus vifs. 137
15 septembre b
La petite porte que Macquart et Adélaïde avaient jadis ouverte en une nuit était restée oubliée, dans ce coin perdu de la vaste propriété. 138
15 septembre c
Sans doute la clef était perdue. C'était cette clef que comptait retrouver Silvère.Il en essaya plus de trente qu'il ramassa un peu partout. 140
15 septembre d
Il commençait à se décourager, lorsqu'il trouva enfin la clef. Elle était attachée par une ficelle au passe-partout de la porte d'entrée. 137
16 septembre a Le lendemain, il ouvrit doucement la porte. Il appela : « Miette ! Miette ! » Ils se contemplaient, ravis d'être si près l'un de l'autre. 137
16 septembre b
Silvère, tournant la tête, lâcha les mains de Miette. Il venait de voir tante Dide devant lui, droite, arrêtée sur le seuil de la porte. 136
16 septembre c
La grand-mère reçut au cœur un coup violent. Cette trouée blanche lui semblait un abîme de lumière creusé brutalement dans son passé. 133
16 septembre d
Jamais l'idée ne lui était venue que cette porte pût encore s'ouvrir. Elle s'avança. Elle se tint immobile, dans l'encadrement de la porte. 139
16 septembre e
En face de cet horizon banal et indifférent, elle crut que son cœur mourait une seconde fois. Tout, à cette heure, était bien fini. 132
17 septembre a Elle allait se retirer, fermer la porte, sans chercher même à connaître la main qui l'avait violée, lorsqu'elle aperçut Miette et Silvère. 138
17 septembre b
Elle vint, sans dire un mot, prendre le jeune homme par la main. « Prends garde, mon garçon, on en meurt. » Ce furent ses seules paroles. 137
18 septembre Le soir, tante Dide eut une crise nerveuse. Pendant ces attaques, elle parlait souvent à voix haute, sans suite, comme dans un cauchemar. 137
19 septembre Ils discutèrent le choix d'un lieu de rencontre. Silvère vit apparaître une tête qui lui cria : « C'est moi ! » Et c'était Miette, en effet. 140
20 septembre a À partir de cette soirée, ils se virent là chaque nuit. Le puits ne leur servit plus qu'à s'avertir des obstacles mis à leurs rendez-vous. 138
20 septembre b
Les amoureux ne pouvaient guère se rejoindre que vers neuf heures. Miette arrivait par son mur. Et elle riait de son tour de force. 131
20 septembre c
Tout en se querellant sur la manière dont on doit poser les pieds et les mains à la naissance des branches, ils se serraient davantage. 135
21 septembre a Et ils allaient dans le silence du sentier. Jamais ils ne dépassaient le bout de ce cul-de-sac étroit revenant sur leurs pas, à chaque fois. 140
21 septembre b
D'autres fois, par les soirées claires, Miette et Silvère se poursuivaient, riaient, se hasardant même à grimper sur les tas de planches. 137
21 septembre c
Leurs amours s'accommodaient ainsi des nuits obscures et des nuits limpides et jusqu'à minuit ils restaient tandis que la ville s'endormait. 140
22 septembre a
Jamais ils ne furent troublés dans leur solitude. Quand les soirées devenaient plus fraîches ils n'apercevaient plus qu'un feu de bohémiens. 140
22 septembre b
Quand l'heure sonnait, il leur fallait se dire adieu. Miette se décidait à remonter sur son mur. Les adieux traînaient un bon quart d'heure. 140
23 septembre a Quand l'enfant avait enjambé le mur, elle restait les coudes sur le chaperon, retenue par les branches du mûrier qui lui servait d'échelle. 139
23 septembre b
Pendant deux années ils vinrent là chaque jour. Puis arrivèrent les pluies, les gelées. Ces humeurs de l'hiver ne les retinrent pas. 132
24 septembre Quand l'eau tombait, le premier arrivé se réfugiait là ; et, lorsqu'ils s'y trouvaient réunis, ils écoutaient l'averse qui battait. 131
25 septembre a
Enfin les beaux jours revinrent. Dans ce flot de vie coulant du ciel, parfois les amoureux regrettèrent leur solitude, les soirs de pluie. 138
25 septembre b
Puis, ils commençaient à étouffer dans l'allée. Jamais elle n'avait frissonné d'un si ardent frisson. Ils s'adossaient contre la muraille. 138
25 septembre c
Ils finirent par accuser leur retraite de manquer d'air et par se décider à aller promener leur tendresse plus loin, en pleine campagne. 136
26 septembre Ils battirent pendant deux étés ce coin de pays. Ils réalisèrent leurs rêves : ce furent des courses folles. Ces jeux apaisaient leurs sens. 140
27 septembre Ils se couchaient sur une langue de sable. Alors Miette déclarait qu'elle était en bateau, l'île marchait ; elle la sentait qui l'emportait. 140
28 septembre Au bout de quinze jours, l'enfant sut nager. Libre de ses membres, elle se laissait envahir par les rêveries des berges mélancoliques. 136
29 septembre a De la campagne, des horizons qu'elle ne voyait plus, elle entendait alors monter une voix grave faite de tous les soupirs de la nuit. 133
29 septembre b
Elle n'était point de nature rêveuse, elle jouissait par tout son corps, par tous ses sens, du ciel, de la rivière, des ombres, des clartés. 140
29 septembre c
L'enfant déclara un soir que l'eau froide lui faisait monter le sang à la tête. Sans doute elle donna cette raison en toute innocence. 134
30 septembre a Il ne resta dans l'esprit de Silvère, du danger que venaient de courir leurs amours, qu'une admiration pour la vigueur physique de Miette. 138
30 septembre b
Il y avait encore dans l'amour de Silvère, outre son admiration pour la crânerie de son amoureuse, les douceurs de son cœur aux malheureux. 139
30 septembre c
Silvère lui expliquait le code comme il le comprenait, avec des commentaires étranges qui auraient fait bondir toute la magistrature. 133
1er octobre a
Miette demandait s'il eût mieux valu que son père se laissât tuer et Silvère disait que c'était un malheur lorsqu'on tuait son semblable. 137
1er octobre b
Cependant, la campagne libre, les longues marches en plein air, les lassaient parfois. Ils revenaient toujours à l'aire Saint-Mittre. 133
2 octobre a Il y avait des jours où la clameur des morts devenait si haute, que Miette, fiévreuse, alanguie, regardait Silvère de ses yeux noyés. 133
2 octobre b
Ils se questionnaient souvent sur les ossements qu'ils découvraient. À chaque nouvelle trouvaille, c'étaient des suppositions sans fin. 135
3 octobre a
Et ce fut ainsi que, pendant près de deux années, ils s'aimèrent. Une voix leur disait qu'ils s'en iraient vierges, avant les noces. 132
3 octobre b
Au jour, ils se levèrent vivement, ragaillardis, heureux des blancheurs de la matinée. Ils regardaient le cercle immense de la plaine. 134
3 octobre c
Ils descendirent, ils levèrent la tête, comme pour dire adieu à cette roche sur laquelle ils avaient pleuré, en se brûlant les lèvres. 134
4 octobre a
Brusquement, ils débouchèrent juste en face d'Orchères. De grands cris de joie, des brouhahas  leur arrivaient, clairs dans l'air limpide. 138
4 octobre b
Cette réception fraternelle des habitants d'Orchères fut la dernière joie des insurgés. Ils passèrent la journée dans un espoir sans bornes. 140
5 octobre a Au crépuscule, Silvère rencontra le docteur Pascal. Le savant avait suivi la bande à pied causant au milieu des ouvriers, qui le vénéraient. 140
5 octobre b
« Tiens, c'est toi, mon garçon ! s'écria-t-il en apercevant Silvère. Silvère lui parla des droits du peuple, de son triomphe assuré. 132
5 octobre c
Silvère continuait à parler de sa chère République. À quelques pas, Miette s'était arrêtée, toujours vêtue de sa grande pelisse rouge. 134
6 octobre La nuit fut inquiète. Il passa un vent de malheur sur les insurgés. Paris était vaincu, la province avait tendu les pieds et les poings. 136
7 octobre Le général jugea que décidément la position d'Orchères était dangereuse. Il conduisit sa petite armée sur les hauteurs de Sainte-Roure. 135
8 octobre Une sentinelle accourut en gesticulant : « Les soldats ! les soldats ! » Il y eut un frisson de panique d'un bout à l'autre du plateau. 135
9 octobre Les villes, les villages que le bûcheron avait appelés à l'aide se réunissaient, formaient une masse sombre pour barrer le chemin ou mourir. 140
10 octobre Il y eut brusquement un grand silence et bientôt les insurgés aperçurent, du côté de la plaine des pointes de baïonnettes qui grandissaient. 140
11 octobre Silvère se tourna vers Miette. Elle était là, dans les plis du drapeau rouge. Et il n'avait pas tourné la tête, qu'une fusillade éclata. 136
12 octobre a Pendant dix minutes, le feu dura. Puis, entre deux décharges, un homme cria : « Sauve qui peut ! » avec un accent terrible de terreur. 134
12 octobre b
Miette ne poussa pas un cri ; elle s'affaissa en arrière. « Relève-toi, viens vite », dit Silvère lui tendant la main, la tête perdue. 134
12 octobre c
Les cheveux dénoués, elle n'avait plus que ses yeux de vivants. Silvère sanglota. Les regards de ces grands yeux navrés lui faisaient mal. 138
13 octobre a Silvère, penché sur elle, ne pouvait croire qu'elle allait mourir : « Non, tu vas voir, ça n'est rien… Ne parle pas, si tu souffres. » 134
13 octobre b
Une ombre passa sur son visage, et, de ses lèvres sortit un petit souffle. Ses yeux, grands ouverts, restèrent fixés sur le jeune homme. 136
13 octobre c
Les soldats, furieux, continuaient à tirer, ils criblèrent de balles la façade de la Mule-Blanche. Et M. Peirotte tomba comme une masse. 136
13 octobre d
Silvère et Miette se regardaient. Le jeune homme fut pris d'un sentiment de pudeur : il ramena les plis du drapeau rouge sur Miette. 132
14 octobre Mais la lutte était finie. Silvère se laissa traîner avec une obéissance d'enfant. Il se retourna, Miette restait là, avec ses grands yeux. 139



VI

15 octobre Rougon, vers cinq heures du matin, osa enfin sortir de chez sa mère. Il poussa jusqu'à la porte de Rome. Plassans dormait à poings fermés. 138
16 octobre Une des fenêtres du salon jaune était vivement éclairée. Félicité lui jeta la clef du hangar, où il avait caché une réserve de fusils. 136
17 octobre Il alla droit chez Roudier. Pierre lui proposa d'aller chercher Granoux, dont la maison faisait un angle de la place des Récollets. 131
18 octobre Rougon fit répéter à Granoux qu'il avait bien vu le maire et les autres au milieu de ces brigands. Roudier affirma que la ville était libre. 140
19 octobre a
Ils se retrouvèrent dans le hangar. Au milieu, les fusils étaient couchés dans trois caisses longues. Un rat de cave éclairait cette scène. 139
19 octobre b
Ils savaient qu'il restait, à la mairie, au plus une vingtaine de républicains. Quarante et un contre vingt parut un chiffre possible. 134
19 octobre c
Ils restèrent là un instant, à se regarder d'un air louche, en échangeant des regards où de la cruauté lâche luisait dans de la bêtise. 135
20 octobre a Dans les rues, ils s'avancèrent, muets. Ils arrivèrent sur la place de l'Hôtel-de-Ville. Sur la façade, une seule fenêtre était éclairée. 137
20 octobre b
Après dix minutes de discussion, il fut décidé qu'on avancerait jusqu'à la porte, pour voir ce que signifiait cette ombre et ce silence. 136
21 octobre Alors, les battants de la porte claquèrent contre les murs, et un flot d'hommes, au milieu desquels marchait Rougon, envahirent le cabinet. 139
22 octobre Trois hommes avaient déchargé leurs armes en l'air, comme pour répondre à la détonation d'en haut, sans bien savoir ce qu'ils faisaient. 134
23 octobre Cependant Rougon fit lier les poings de Macquart avec les embrasses des grands rideaux verts du cabinet. Celui-ci ricanait pleurant de rage. 140
24 octobre a Quand Pierre fut seul avec son frère, il le poussa dans un cabinet de toilette. Ce cabinet n'avait d'autre issue que la porte d'entrée. 135
24 octobre b
Rougon, seul enfin, s'assit à son tour dans le fauteuil du maire. Il poussa un soupir, il s'essuya le front. Enfin, il touchait au but. 135
25 octobre a
À chaque éclat de voix de Macquart, il se voyait pendu à une lanterne. Enfin Antoine s'endormit. Pierre eut dix minutes d'extase pure. 134
25 octobre b
Roudier déclara qu'il serait bon d'adresser une proclamation aux habitants. Il fut décidé qu'on l'afficherait à tous les coins de rue. 134
25 octobre c
« Maintenant, dit Rougon, je suis prêt à accepter la responsabilité. Je consens à me mettre à la tête d'une commission municipale. » 132
25 octobre d
Granoux et Roudier se récrièrent. Plassans ne serait pas ingrat. Granoux ajouta qu'il était sûr de l'admiration des conseillers municipaux. 139
25 octobre e
Sous cette pluie d'éloges, Rougon baissait humblement la tête. Il saluait à gauche, à droite, avec des allures de prince prétendant. 132
25 octobre f
Pierre gagna la rue de la Banne. Au bas de l'escalier, il trouva Cassoute Le terrassier n'avait pas bougé, n'ayant vu rentrer personne. 135
26 octobre a Félicité ne s'était pas couchée. Et Pierre expliqua même ses projets futurs, oubliant que, selon lui, les femmes n'étaient bonnes à rien. 137
26 octobre b
Elle lui fit recommencer certaines parties du récit ; la joie faisait un tel vacarme dans sa tête que, par moments, elle devenait sourde. 137
26 octobre c
« Ah ! M. Peirotte est de la danse. » Félicité sourit ; elle venait de faire ce souhait : « Si les insurgés pouvaient le massacrer ! » 134
26 octobre d
Les habitués arrivaient. Personne ne connaissait encore, dans leurs détails, les événements, et tous accouraient, poussés par les rumeurs. 138
26 octobre e
Granoux parut. « Mon ami, je vous apporte l'hommage du conseil. Il vous appelle à sa tête, en attendant que notre maire nous soit rendu. 136
27 octobre Vuillet entra. Il avait vu les insurgés venir arrêter le directeur des postes. Aussi était-il allé s'installer dans le cabinet du directeur. 140
28 octobre Rougon amplifia et dramatisa le récit qu'il avait conté à sa femme. La distribution des fusils et des cartouches fit haleter tout le monde. 139
29 octobre a Dubruel, Liévin et Massicot ont déchargé leurs armes. Ces messieurs ont juré que ce n'était pas leur faute. Et il y a eu une balle perdue. 138
29 octobre b
« En haut, continua Rougon, la lutte a été rude. » Et il décrivit l'arrestation de son frère et des quatre autres insurgés, très largement. 139
30 octobre Les habitués du salon jaune, étouffant dans le salon, disparurent un à un, piqués chacun par l'ambition d'être le premier à tout dire. 134
31 octobre Il était dix heures. Plassans courait les rues, ahuri de la rumeur. Cette catastrophe empruntait aux ombres de la nuit un caractère vague. 138
1er novembre Félicité aperçut Aristide. Elle lui fit signe de monter. Tu t'es trompé, là, avoue-le. Tu rédigeras un numéro très favorable au coup d'État. 140
2 novembre a Pendant ce temps, Rougon prenait officiellement possession de la mairie. À Plassans, le maire avait sous la main d'incroyables buses. 133
2 novembre b
Le premier acte de Pierre fut de déclarer en permanence la commission provisoire. Puis il s'occupa de la réorganisation de la garde. 132
3 novembre L'après-midi fut employé à prendre diverses mesures. La proclamation, affichée vers une heure, produisit une impression excellente. 131
4 novembre La ville prenait un air singulier ; sur les maisons mornes, semblait tomber, avec le crépuscule, une peur grise, lente comme une pluie fine. 140
5 novembre a Pierre leur promit leur régiment pour le lendemain. Ce fut un soulagement. Une grande lampe, posée sur le bureau, éclairait cette veillée. 138
5 novembre b
Rougon s'étonna de cette révolte de Vuillet. Mais Roudier entra, en faisant sonner terriblement sur sa cuisse un grand sabre à sa ceinture. 139
6 novembre « Messieurs, dit Roudier, je crois qu'une bande d'insurgés s'approche de la ville. » Ces mots furent accueillis par un silence épouvanté. 137
7 novembre a Cependant, ils restaient inquiets ; Rougon conduisit la petite troupe dans le quartier Saint-Marc et vint frapper à l'hôtel Valqueyras. 135
7 novembre b
Au loin, entre la chaîne des Garrigues et les montagnes de la Seille, les lueurs de la lune coulaient comme un fleuve de lumière pâle. 134
8 novembre a Mais le marquis tendait ses oreilles fines. « Eh ! dit-il, j'entends le tocsin. » Et, les tintements d'une cloche montèrent de la plaine. 137
8 novembre b
« Écoutez, écoutez, interrompit le marquis. Cette fois, c'est la cloche de Saint-Maur. » Et il leur désignait un autre point de l'horizon. 138
8 novembre c
« Vous n'avez rien vu, là-bas ! ? » demanda-t-il. Des taches rouges apparurent pareilles aux lanternes de quelque avenue gigantesque. 133
8 novembre d
Cette illumination acheva de consterner la commission municipale. « Pardieu ! murmurait le marquis, ces brigands se font des signaux. » 135
9 novembre « Voilà maintenant que j'entends la Marseillaise », dit Granoux. « Aux armes, citoyens ! formez vos bataillons ! » arrivait, par bouffées. 138
10 novembre a Puis, le jour se leva. On n'apercevait point d'insurgés, les routes étaient libres ; mais la vallée, toute grise, avait un aspect désert. 137
10 novembre b
Ces messieurs étaient morts de froid et de fatigue. Ne voyant aucun péril, ils se décidèrent à aller prendre quelques heures de repos. 134
10 novembre c
À la mairie on parlait des cloches qui sonnaient le tocsin et on affirmait que les insurgés avaient mis le feu et que tout le pays flambait. 140
11 novembre Depuis deux jours, les bandes d'insurgés avaient interrompu toutes les communications. Plassans se sentait en plein pays de rébellion. 134
12 novembre a
Vers deux heures, le bruit se répandit que le coup d'État avait manqué ; Paris se trouvait entre les mains de la démagogie la plus avancée. 139
12 novembre b
De petites bandes passaient toujours au loin, dans la vallée de la Viorne. Au crépuscule, comme la veille, la panique souffla, plus froide. 139
13 novembre a Rougon et Granoux comprirent que la situation devenait intolérable. Ils avaient peur de passer une seconde nuit sur la terrasse de l'hôtel. 139
13 novembre b
Rougon déclara gravement que, l'état des choses demeurant le même, il n'y avait pas lieu de rester en permanence. Roudier veillait à Porte. 139
13 novembre c
Pierre rentra. Il sentait autour de lui Plassans lui devenir hostile. Il entendait courir son nom, avec des paroles de colère et de mépris. 139
13 novembre d
L'impopularité des Rougon était l'œuvre d'avocats qui se trouvaient très vexés de l'importance qu'avait prise un ancien marchand illettré. 138
14 novembre a
Les républicains, eux aussi, relevaient la tête. On parlait d'un coup de main possible, tenté sur la mairie par les ouvriers du faubourg. 137
14 novembre b
Pierre, dans cet écroulement de toutes ses espérances, songea aux quelques soutiens, sur lesquels, à l'occasion, il pourrait encore compter. 140
14 novembre c
« Nous sommes à terre… Jusqu'à nos enfants qui nous abandonnent ! » Le manque de nouvelles était l'unique cause de leur indécision anxieuse. 140
15 novembre a Félicité comprit vite cela. S'ils avaient pu connaître le résultat du coup d'État, ils auraient continué quand même leur rôle de sauveurs. 138
15 novembre b
En effet, pourquoi Eugène n'écrivait-il pas à son père ? Après l'avoir tenu si fidèlement au courant des succès de la cause bonapartiste. 137
15 novembre c
À ce moment, on apporta la Gazette. Vuillet a fait paraître un superbe article, d'une violence inouïe contre les insurgés. Un chef d'œuvre. 139
15 novembre d
Vuillet avait l'injure trop impudente et le courage trop facile, pour que la bande insurrectionnelle fût si voisine des portes de la ville. 139
16 novembre a « C'est un méchant homme, je l'ai toujours dit, reprit Rougon qui venait de relire l'article. Il n'a peut-être voulu que nous faire du tort. 140
16 novembre b
Jamais Vuillet n'avait été plus heureux. Depuis qu'il pouvait glisser ses doigts minces dans le courrier, il goûtait des voluptés profondes. 140
17 novembre a Lorsque Mme Rougon entra, il faisait son choix dans un tas énorme de lettres et de journaux, sous prétexte sans doute de les classer. 133
17 novembre b
Félicité prit la lettre. Elle vit qu'on avait dû ouvrir l'enveloppe ; le libraire s'était servi d'une cire foncée pour recoller le cachet. 138
17 novembre c
Un traité d'alliance fut conclu, par lequel Vuillet s'engageait à n'ébruiter aucune nouvelle et à ne pas se mettre en avant. Quel coquin ! 138
18 novembre a Elle revint à pas lents, songeuse. Elle rencontra M. de Carnavant, qui profitait de la nuit pour fureter dans la ville sans se compromettre. 140
18 novembre b
« C'est toi, petite, dit-il. Je voulais aller te voir. Tes affaires s'embrouillent.
– Mais non, tout va bien, répondit-elle, préoccupée. »
138
18 novembre c
Elle s'échappa marchant à pas rapides. Toute sa personne exprimait une volonté implacable. Elle allait se venger des cachotteries de Pierre. 140
18 novembre d
« Hein ! qu'est-ce que tu as, pourquoi pleures-tu ? » demanda Pierre brusquement réveillé. Elle ne répondit pas, elle pleura plus amèrement. 140
19 novembre a Pierre agonisait. Félicité lui porta le dernier coup en ajoutant : « Je ne parle pas des dix mille francs que tu as donnés pour les armes. » 140
19 novembre b
Toute sa colère le jetait à des abandons, à des lamentations d'enfant. Félicité eut un éclair de joie, à le voir si mou, si vide, si aplati. 140
19 novembre c
Félicité  écoutait. Elle le tenait donc enfin ce gros sournois. Elle retenait un sourire, elle commençait à avoir pitié du pauvre homme. 136
20 novembre Alors Félicité se coucha à son tour et elle lui expliqua longuement son plan. Selon elle il fallait que Pierre gardât une attitude de héros. 140
21 novembre Au plafond, la tache de lumière s'arrondissait comme un œil terrifié, ouvert et fixé sur le sommeil de ces bourgeois blêmes, suant le crime. 140
22 novembre Félicité alla à la mairie pour Macquart enfermé depuis deux jours et deux nuits. Il avait eu le temps d'y faire de longues réflexions. 134
23 novembre Macquart en était à un moment où on se dit des vérités, on se gronde de ne s'être pas creusé un trou heureux, pour vautrer ses lâchetés. 134
24 novembre La négociation fut longue. Félicité déplora les haines qui désunissent les familles. Macquart étala sa misère. Félicité parla de la crise. 138
25 novembre Le marché fut conclu. Il devait amener, vers minuit, tous les républicains qu'il rencontrerait, en leur affirmant que la mairie était vide. 139
26 novembre Quelle journée ! Pierre alla droit à la mairie. « Veillez aux portes, disait-il, moi, je ferai respecter les propriétés et les personnes. » 139
27 novembre On vit Pierre emplir la mairie de ses allées et venues. Puis, il courut la ville, donnant à entendre que les insurgés n'étaient pas loin. 137
28 novembre Dans la ville, l'anxiété était à son comble. D'un instant à l'autre, on attendait la bande insurrectionnelle. Pierre eut des mots sublimes. 139
29 novembre Aristide courut à la rue de la Banne. « Tant pis ! je suis bonapartiste ! Papa n'est pas homme à se faire tuer sans que ça lui rapporte. » 138
30 novembre a
La nuit pleine d'angoisse tombait sur Plassans. Quand Rougon rentra il trouva les rues absolument désertes. Cette solitude le rendit triste. 140
30 novembre b
Rougon, de retour à la mairie, prépara le guet-apens. Il donna l'ordre de ne plus prononcer une parole et d'éteindre toutes les lumières. 137
1er décembre Macquart avait passé la journée chez tante Dide. À cette heure, une inquiétude, un souci humain faisait par instants battre ses paupières.138
2 décembre Tous les républicains se trouvèrent dans un café où Macquart leur avait donné rendez-vous. Il leur tint un discours de victoire à remporter. 140
3 décembre a Alors Macquart cria « Venez, mes amis ! » Et, sortit une grêle de balles, qui passèrent avec un roulement de tonnerre, sous le porche béant. 140
3 décembre b
Le guet-apens avait éclaté comme un coup de foudre dans la ville endormie. Et, lentement, une cloche de la cathédrale sonna le tocsin. 134
4 décembre Les gardes restés aux remparts accoururent mais Rougon les renvoya à leurs postes, en leur disant qu'on n'abandonnait pas ainsi les portes. 139
5 décembre a Granoux sonnait toujours le tocsin. Quand le silence fut retombé, Rougon se sentit exaspéré par ces sanglots. Il courut à la cathédrale. 136
5 décembre b Vers le matin, Rougon traversa la place, il posa le pied sur la main d'un des cadavres, crispée au bord d'un trottoir. Il faillit tomber. 137
6 décembre Les habitants se hasardèrent, le bruit courant que les insurgés avaient pris la fuite, en laissant des morts dans tous les ruisseaux. 133
7 décembre La panique de la nuit grandit encore le matin, par la vue des quatre cadavres. Jamais l'histoire vraie de cette fusillade ne fut connue. 136
8 décembre Ce fut ainsi que ce grotesque, ce bourgeois ventru, mou et blême, devint, en une nuit, un terrible monsieur dont personne n'osa plus rire. 138
9 décembre Cependant, Rougon commençait à être embarrassé de sa victoire. Autour de lui, la grande mairie, déserte et silencieuse, l'épouvantait. 134
10 décembre Un bruit de pas l'avait tiré de sa stupeur. La commission municipale entra. « Les soldats ! » Un régiment venait, en effet, d'arriver. 134
11 décembre Rougon saluait, tandis que le préfet disait à voix haute qu'il n'oublierait pas dans son rapport de faire connaître sa courageuse conduite. 139
12 décembre Aristide s'était déclaré en faveur du coup d'État qu'il accueillait comme l'aurore de la liberté dans l'ordre et de l'ordre dans la liberté. 140
13 décembre Félicité lui donna la lettre d'Eugène. « Tu es une sorcière, lui dit-il en riant. Tu as tout deviné. Embrasse-moi, tu es une brave femme. » 139



VII
14 décembre Ce fut seulement le dimanche que les troupes repassèrent par Plassans. La terreur du coup d'État commençait, terreur éperdue, écrasante. 136
15 décembre a Les autorités étaient revenues. Leur entrée n'avait rien eu de triomphal. Rougon rendit au maire son fauteuil sans grande tristesse. 132
15 décembre b
Pierre éprouvait encore une vague inquiétude ; il craignait quelque sottise de Pascal, il était très inquiet sur le sort réservé à Silvère. 139
16 décembre Pierre fila chez sa mère. Quand il entra, il vit tante Dide, roide, morte, sur le lit. Ce pauvre corps était vaincu par une crise suprême. 138
17 décembre Pascal hocha la tête. « Non, cette crise ne ressemble pas aux autres. Je l'ai souvent étudiée, et jamais je n'ai remarqué de tels symptômes. 140
18 décembre Macquart se mit à compter les pièces d'or. Il faisait tomber de haut les pièces, dont le tintement emplissait l'ombre d'une musique claire. 139
19 décembre « Le prix du sang ! dit-elle. Et ce sont eux qui l'ont vendu. Ah les assassins. Je le voyais depuis longtemps, le front troué d'une balle. » 140
20 décembre Pascal suivait la crise d'un œil attentif. Elle chantait, elle riait, elle criait et répétait : Maudits ! sur une étrange phrase musicale. 138
21 décembre Elle continua sa chanson. « Voilà ce que je craignais, dit le médecin, le coup a été trop rude. Elle mourra dans une maison de fous. » 134
22 décembre Comme il sortait de l'impasse Saint-Mittre, il vit Aristide. Ce dernier accourut et lui dit quelques mots à l'oreille. Pierre devint blême. 139
23 décembre La bande de ces bourgeois qui s'étaient rués sur la République expirante étaient vexés de voir que le plus taré allait avoir le ruban rouge. 140
24 décembre Aussi Rougon et Aristide furent-ils reçus avec enthousiasme ; toutes les mains se tendirent vers eux. On alla jusqu'à s'embrasser. 130
25 décembre Félicité se leva et vint se pencher à l'oreille d'Aristide : « Et Silvère ? » lui demanda-t-elle. « Il est mort, répondit-il à voix basse. » 140
26 décembre Rengade se tourna vers l'officier. « Ce gredin m'a crevé l'œil, lui dit-il en montrant Silvère. Donnez-le-moi. » L'officier se retira. 134
27 décembre « Venez, dit le gendarme. Ça ne sera pas long. » Et Silvère reconnut le borgne. Il sourit. Il dut comprendre. Puis il détourna la tête. 135
28 décembre Avant d'atteindre l'allée, Silvère regarda. Il se souvint d'un dimanche lointain. Une émotion le prit. il ne la verrait plus jamais, jamais. 140
29 décembre Silvère s'attardait, il jouissait longuement de ses adieux à tout ce qu'il aimait, les herbes, les pièces de bois, les pierres du vieux mur. 140
30 décembre Silvère sentit sur sa tempe le froid du pistolet. Puis le borgne tira, et ce fut tout ; le crâne de l'enfant éclata comme une grenade mûre. 139
31 décembre Chez les Rougon des rires montaient. Et, au loin, au fond de l'aire Saint-Mittre, sur la pierre tombale, une mare de sang se caillait. 134