Diégèse  dimanche 23 août 2015



ce travail est commencé depuis 5714 jours et son auteur est en vie depuis 20167 jours (7 x 43 x 67 jours) 2015

ce qui représente 28,3334% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Macquart fit rester en arrière quatre de ses compagnons. Il leur persuada aisément qu'il fallait arrêter les ennemis de la République. 134
Macquart entra dans le salon, passa dans la chambre à coucher, bouleversa le lit, regardant derrière les rideaux et sous les meubles. 133
Macquart prit à part un terrassier nommé Cassoute et lui ordonna de s'asseoir sur la marche et de n'en pas bouger jusqu'à nouvel ordre. 135


Alep 2011 - Décalque en continu
Cependant, Marwan et ses amis sortirent en hâte du café.
La petite troupe se retrouva bientôt réunie dans plusieurs taxis et minibus de service qui partirent en convoi par la route du sud pour rejoindre Idlib. C'étaient ces voitures que Raqqaoui avait aperçues en courant se cacher chez sa mère. Marwan, quant à lui, était resté en arrière à Alep avec quatre de ses compagnons, grands gaillards de peu de cervelle qu'il dominait de tous ses bavardages de café. Il leur persuada aisément qu'il fallait arrêter sur-le-champ les suppôts déclarés du régime, si l'on voulait éviter les plus grands malheurs. La vérité était qu'il craignait de voir Kemal lui échapper, au milieu du trouble que les manifestations allaient causer. Les quatre grands gaillards le suivirent avec une docilité exemplaire et vinrent heurter violemment à la porte des Raqqaoui. Dans cette circonstance critique, Fatima fut admirable de courage. Elle descendit ouvrir la porte de la rue.
« Nous voulons monter chez toi, lui dit brutalement Marwan.
– C'est bien, messieurs, montez », répondit-elle avec une politesse ironique, en feignant de ne pas reconnaître son beau-frère.
En haut
, Marwan lui ordonna d'aller chercher son mari.
« Mon mari n'est pas ici, dit-elle de plus en plus calme, il est en voyage pour ses affaires ; il a pris
le bus de Lattaquié, ce soir à six heures. »
Marwan, à cette déclaration faite d'une voix nette, eut un geste de rage. Il entra violemment dans le salon, passa dans la chambre à coucher, bouleversa le lit, regardant derrière les rideaux et sous les meubles. Les quatre grands gaillards l'aidaient. Pendant un quart d'heure, ils fouillèrent l'appartement. Fatima s'était paisiblement assise sur le canapé du salon et s'occupait à raccommoder un vieux vêtement, comme une personne qui attend son tour dans un bureau de l'administration, et qui sait que cette attente peut durer indéfiniment.
« C'est pourtant vrai, il s'est sauvé, le lâche ! » bégaya
Marwan en revenant dans le salon.
Il continua pourtant de regarder autour de lui d'un air soupçonneux. Il avait le pressentiment que Kemal ne pouvait avoir abandonné la partie au moment décisif. Il s'approcha de Fatima qui bâillait.
« Indique-nous l'endroit où ton mari est caché, lui dit-il, et je te promets qu'il ne lui sera fait aucun mal.
– Je vous ai dit la vérité, répondit-elle avec impatience.
Je ne puis pourtant pas vous livrer mon mari, puisqu'il n'est pas ici. Vous avez regardé partout, n'est-ce pas ? Laissez-moi tranquille maintenant
. » Marwan, exaspéré par son sang-froid, allait certainement la battre, lorsqu'un bruit sourd monta de la rue. C'était un convoi qui s'engageait dans la rue.
Il dut quitter le salon jaune, après avoir montré le poing à sa belle-sœur, en la traitant de vieille gueuse et en la menaçant de revenir bientôt. Au bas de l'escalier, il prit à part un des hommes qui l'avait accompagné, un terrassier nommé
Ahmed, le plus épais des quatre, et lui ordonna de s'asseoir en face de la maison et de n'en pas bouger jusqu'à nouvel ordre.
« Tu viendrais m'avertir, lui dit-il, si tu voyais rentrer la canaille d'en haut. » L'homme s'assit pesamment. Quand il fut sur le trottoir
, Marwan, levant les yeux, aperçut Fatima à la fenêtre du salon jaune et regardant curieusement le convoi, comme s'il se fut agi d'un défilé à la gloire du Président, musique en tête. Cette dernière preuve de tranquillité parfaite l'irrita au point qu'il fut tenté de remonter pour jeter la vieille femme dans la rue. Il monta dans une voiture en murmurant d'une voix sourde :
« Oui, oui, regarde-nous passer. Nous verrons si demain
tu te montreras encore. »

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010