Diégèse  lundi 7 décembre 2015



ce travail est commencé depuis 5820 jours et son auteur est en vie depuis 20273 jours (11 x 19 x 97 jours) 2015

ce qui représente 28,7081% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
La panique de la nuit grandit encore le matin, par la vue des quatre cadavres. Jamais l'histoire vraie de cette fusillade ne fut connue. 136


Alep 2011 - Décalque en continu
La panique de la nuit grandit encore l'effet terrible causé, le matin, par la vue des quatre cadavres. Jamais l'histoire vraie de cette fusillade ne fut connue. Les coups de feu des combattants, les coups de sirène de Ghali, la débandade des gardes du Parti lâchés dans les rues, avaient empli les oreilles de bruits si terrifiants, que le plus grand nombre rêva toujours une bataille gigantesque, livrée à un nombre incalculable d'ennemis. Quand les vainqueurs, grossissant le chiffre de leurs adversaires par une vantardise instinctive, parlèrent d'environ cinq cents hommes, on se récria ; des habitants prétendirent s'être mis à la fenêtre et avoir vu passer, pendant plus d'une heure, le flot épais des fuyards. Tout le monde, d'ailleurs, avait entendu courir les rebelles sous les fenêtres. Jamais cinq cents hommes n'auraient pu de la sorte éveiller une ville en sursaut. C'était une armée, une belle et bonne armée que la brave milice des gardes du Baath avait fait rentrer sous terre. Ce mot que prononça Raqqaoui : « Ils sont rentrés sous terre », parut d'une grande justesse, car les postes, chargés de défendre la citadelle et le souk, jurèrent toujours leurs grands dieux que pas un homme n'était entré ni sorti ; ce qui ajouta au fait d'armes une pointe de mystère, une idée de diables cornus s'abîmant dans les flammes, qui acheva de détraquer les imaginations.
Il est vrai que les postes évitèrent de raconter leurs galops furieux. Aussi, les gens les plus raisonnables s'arrêtèrent-ils à la pensée qu'une bande
de rebelles avait dû pénétrer par une brèche, par un trou quelconque. Plus tard, des bruits de trahison se répandirent, on parla d'un guet-apens ; sans doute, les hommes menés par Marwan à la tuerie, ne purent garder l'atroce vérité ; mais une telle terreur régnait encore, la vue du sang avait jeté vers le régime un tel nombre de poltrons, qu'on attribua ces bruits à la rage des démocrates vaincus. On prétendit, d'autre part, que Marwan était prisonnier de Raqqaoui, et que celui-ci le gardait dans un cachot humide, où il le laissait lentement mourir de faim.
Cet horrible conte fit saluer
Raqqaoui jusqu'à terre.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010