Diégèse  lundi 9 février 2015



ce travail est commencé depuis 5519 jours et son auteur est en vie depuis 19972 jours (22 x 4993 jours) 2015

ce qui représente 27,6337% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Cela les rassurait de ne former qu'un être. Cette vallée entière n'était pas assez forte pour se mettre entre leurs deux cœurs. 127


Alep 2011 - Décalque en continu
« Marchons encore un peu, implora-t-elle, quelques pas seulement, jusqu'au Flamingo… Vrai, rien que jusque-là. » Selim la reprit à la taille, en souriant. Ils se mirent de nouveau à marcher. Ils ne craignaient plus les regards des curieux ; depuis les dernières maisons, ils n'avaient pas rencontré âme qui vive. Ils n'en restèrent pas moins enveloppés chacun dans son abaya. Ces abayas, presque semblables, étaient comme une cabane où cacher leurs amours. Ils s'y étaient cachés pendant tant de soirées heureuses ! S'ils s'étaient promenés sans elles, ils se seraient crus tout nus et vulnérables dans la traversée de ces bois lugubres. Cela les rassurait, les grandissait, de les porter. Ils regardaient, le visage dissimulé, la route qui s'allongeait droit devant eux, sans éprouver cet inquiétude que les chemins sans buts font peser sur les tendresses humaines. Il leur semblait qu'ils avaient emporté leur maison avec eux, jouissant de la promenade comme on en jouit par la fenêtre d'un train qui traverse la campagne, aimant ces solitudes calmes, ces nappes de lumière dormante, ces bouts de nature, vagues sous le linceul de l'hiver et de la nuit, ce plateau calcaire qui commence là et qui, en les charmant, n'était cependant pas assez froid pour se mettre entre leurs deux cœurs serrés l'un contre l'autre.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010