Diégèse  mardi 13 janvier 2015



ce travail est commencé depuis 5492 jours et son auteur est en vie depuis 19945 jours (5 x 3989 jours) 2015

ce qui représente 27,5357% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Tout dormait. Rien de comparable à la paix de ce sentier. Le jeune homme le suivit, cacha son fusil dans un tas de bois. 120


Alep 2011 - Décalque en continu
Dès qu'il se sentit à couvert, il ralentit sa marche. Il était alors dans l'allée qui longe la muraille, derrière les planches. Là, il n'entendit même plus le bruit de ses pas ; l'herbe séchée craquait à peine sous ses pieds. Un sentiment de bien-être parut s'emparer de lui. Il devait aimer ce lieu, n'y craindre aucun danger, n'y rien venir chercher que de doux et de bon. Il cessa de cacher son fusil. L'allée s'allongeait, pareille à une tranchée d'ombre ; de loin en loin, la lune, glissant entre deux tas de planches, coupait l'herbe d'une raie de lumière. Tout dormait, les ténèbres et les clartés, d'un sommeil profond, doux et triste. Rien de comparable à la paix de ce sentier. Le jeune homme le suivit dans toute sa longueur. Au bout, à l'endroit où les murailles de la ferme des Idelbi font un angle, il s'arrêta, prêtant l'oreille comme pour écouter si quelque bruit ne venait pas de la propriété voisine. Puis, n'entendant rien, il se baissa, écarta une planche et cacha son fusil dans un tas de bois.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010