Diégèse  samedi 17 janvier 2015



ce travail est commencé depuis 5496 jours et son auteur est en vie depuis 19949 jours (19949 = nombre premier) 2015

ce qui représente 27,5503% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Il regarda devant lui. Il sentit que ses pieds et ses mains se glaçaient. Il finit par mettre la carabine en joue, visant dans le vide. 135


Alep 2011 - Décalque en continu
Une demi-heure plus tard environ, il fut tiré en sursaut de sa rêverie. En se voyant blanc de lumière, il regarda devant lui avec inquiétude. D'un mouvement brusque, il rentra dans le noir, mais il ne put retrouver le fil de sa rêverie. Il sentit alors que ses pieds et ses mains se glaçaient, et l'impatience le reprit. Il monta de nouveau jeter un coup d'œil dans la ferme des Idelbi, toujours silencieuse et vide.
Puis, ne sachant plus comment tuer le temps, il redescendit, prit son fusil dans le tas de planches où il l'avait caché et s'amusa à faire jouer
la gâchette. Cette arme était une longue et lourde carabine qui avait sans doute appartenu à quelque contrebandier kurde ; à l'épaisseur de la crosse et à la culasse puissante du canon, on reconnaissait un ancien fusil anglais de la première guerre mondiale qu'un armurier improvisé avait transformé en fusil de chasse. On voit de ces carabines-là accrochées dans les fermes, près de la porte. Le jeune homme caressait son arme avec amour ; il rabattit le chien à plus de vingt reprises, introduisit son petit doigt dans le canon, examina attentivement la crosse. Peu à peu, il s'anima d'un jeune enthousiasme auquel se mêlait quelque enfantillage. Il finit par mettre la carabine en joue, visant dans le vide comme un militaire qui fait l'exercice.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010