Diégèse  samedi 6 juin 2015



ce travail est commencé depuis 5636 jours et son auteur est en vie depuis 20089 jours (20089 = nombre premier) 2015

ce qui représente 28,0552% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Les plus fins politiques de Plassans ne flairèrent l'Empire que fort tard. Le coup d'État éclata sur leurs têtes, et ils durent applaudir. 138


Alep 2011 - Décalque en continu
Les plus fins politiques ne comprirent l'ampleur de l'exaspération du peuple que fort tard. La fascination pour le Printemps arabe leur parut un engouement passager de la foule dont on aurait facilement raison. L'idée-même de démocratie leur semblait une idée importée qu'ils jugeaient nulle, songe-creux, incapable de mettre la main sur la Syrie et surtout de se maintenir au pouvoir. Pour certains intérêts financiers et géostratégiques, les révolutionnaires et les islamistes n'étaient qu'un instrument dont ils comptaient se servir, qui ferait la place nette et qu'ils mettraient à la porte lorsque l'heure serait venue où le vrai prétendant devrait se montrer. Cependant, les mois s'écoulèrent, ils devinrent inquiets. Alors seulement ils eurent vaguement conscience qu'il se passait quelque chose. Mais on ne leur laissa pas le temps de prendre un parti ; le massacre généralisé commença. La Syrie millénaire venait d'être assassinée. C'était un triomphe quand même. Le monde entier accepta les faits avec résignation, remettant à plus tard les espérances de démocratie, se vengeant de son mécompte en laissant baigner le peuple syrien dans son propre sang.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010