Diégèse  jeudi 8 octobre 2015



ce travail est commencé depuis 5760 jours et son auteur est en vie depuis 20213 jours (17 x 29 x 41 jours) 2015

ce qui représente 28,4965% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain





#ZOLA - #FortunedesRougon
Une sentinelle accourut en gesticulant : « Les soldats ! les soldats ! » Il y eut un frisson de panique d'un bout à l'autre du plateau. 135


Alep 2011 - Décalque en continu
Dès le matin, l'ancien général, qui n'avait cependant jamais auparavant fait la guerre de toute sa carrière, rassembla les manifestants. Les jeunes gens étaient alignés, tournant le dos à la plaine, avec le tohu-bohu étrange des costumes. Les jeans côtoyaient des vêtements traditionnels de la campagne syrienne ; les armes, ou ce qui en faisait office, luisaient au soleil clair, de grands couteaux des bergers, de larges pelles de terrassier, quelques fusils dont un ou deux fusils mitrailleurs : lorsque, au moment où le général allait sonner le départ, une sentinelle, qu'on avait oubliée dans un champ d'oliviers, accourut en gesticulant, en criant :
« Les soldats ! les soldats ! » Ce fut une émotion inexprimable. On crut d'abord à une fausse alerte. Les
manifestants, oubliant toute discipline, se jetèrent en avant, coururent au bout de l'esplanade, pour voir les soldats. Les rangs furent rompus. Et quand la ligne sombre de la troupe apparut dans le grondement des véhicules blindés, derrière le rideau grisâtre des oliviers, il y eut un mouvement de recul, une confusion qui fit passer un frisson de panique d'un bout à l'autre du plateau.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





2014
2013 2012 2011 2010