Diégèse  jeudi 22 décembre 2016



ce travail est commencé depuis 6201 jours et son auteur est en vie depuis 20654 jours (2 x 23 x 449 jours) 2016

ce qui représente 30,0232% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain
avant-hier

#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Apologie pour Bernard-Lazare. – Nourris, abreuvés, de notre mystique, la déformant, la dégradant aussitôt, la détournant instantanément en politique nos politiciens, Jaurès en tête, Jaurès le premier, créèrent cette double illusion, politique, premièrement que le dreyfusisme était antichrétien, deuxièmement qu'il était antifrançais. Il faut s'arrêter quelques instants à la deuxième.
Notre socialisme même, notre socialisme antécédent, à peine ai-je besoin de le dire, n'était nullement antifrançais, nullement antipatriote, nullement antinational. Il était essentiellement et rigoureusement, exactement international. Théoriquement il n'était nullement antinationaliste. Il était exactement internationaliste. Loin d'atténuer, loin d'effacer le peuple, au contraire il l'exaltait, il l'assainissait. Loin d'affaiblir, ou d'atténuer, loin d'effacer la nation, au contraire il l'exaltait, il l'assainissait. Notre thèse était au contraire, et elle est encore, que c'est au contraire la bourgeoisie, le bourgeoisisme, le capitalisme bourgeois, le sabotage capitaliste et bourgeois qui oblitère la nation et le peuple. Il faut bien penser qu'il n'y avait rien de commun entre le socialisme d'alors, notre socialisme, et ce que nous connaissons aujourd'hui sous ce nom. Ici encore la politique a fait son œuvre, et nulle part autant qu'ici la politique n'a défait, dénaturé la mystique. La politique, je dis la politique des politiques, professionnels, des politiciens, des politiques parlementaires. Mais plus encore, sans aucun doute, par l'invention, par l'intervention, par l'intercalation du sabotage, qui est une invention politique, au même titre que le vote, plus encore que le vote, pire, je veux dire plus politique, plus profondément politique, plus encore sans aucun doute les antipolitiques professionnels, les antipoliticiens, les syndicalistes, les antipolitiques antiparlementaires.
Regarder ailleurs, ce serait donc s'extraire de ce temps pour mieux le regarder, pour mieux le considérer. Mais, non pas s'extraire de ce temps supposé présent pour retrouver un passé mythifié et par là mystificateur, non plus pour imaginer un futur parousique mais pour tenter de percevoir les temps de ce temps. Agamben commence ainsi la septième partie de son livre Qu'est-ce que le Contemporain ? : « Ceux qui ont cherché à penser la contemporanéité ont pu le faire à condition de la scinder en plusieurs temps, introduisant dans le temps une essentielle hétérogénéité. Qui peut dire : "mon temps" divise le temps, inscrit en lui une césure et une discontinuité ; et d'ailleurs, précisément par cette césure, par cette interpolation du présent dans l'homogénéité inerte du temps linéaire, le contemporain met en œuvre une relation particulière entre les temps. » On peut ainsi commencer à entrevoir que Proust, dans La Recherche du temps perdu, semble - seulement -  raconter des histoires du passé, et mettre un narrateur en position de se souvenir, mais de fait, fouaille le temps présent pour rendre perceptible à l'autre son épaisseur qui est justement le contemporain. Et c'est ce qui fait, certainement, de ce texte une somme sur l'expérience personnelle du temps et lui assure sa permanence, et, paradoxalement, son caractère intemporel.
Alors, il faut bien admettre que le projet des médias est l'inverse de celui de Proust. Les médias ne permettent ni ne promettent aucune expérience du contemporain. Au mieux, au prix d'efforts intenses, le lecteur, l'auditeur, le téléspectateur pourrait intégrer ces « actualités » dans le tissu moiré du contemporain, si cela lui était nécessaire, comme dans un film de fiction, on entend une bribe des actualités, on aperçoit un extrait d'un journal télévisé. L'actualité, ce n'est jamais le présent, au mieux, il s'agit de son décor.
Charles Péguy - Notre Jeunesse  - Regarder ailleurs - Péguy-Pasolini #24 - Texte continu
Suite et fin de Notre Jeunesse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010