Diégèse  vendredi 30 décembre 2016



ce travail est commencé depuis 6209 jours et son auteur est en vie depuis 20662 jours (2 x 10331 jours) 2016

ce qui représente 30,0503% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain


#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -


Ce que dessinent les textes écrits et rassemblés en 2016 dans Péguy-Pasolini#1-24, ce serait une méthode, résumée par le titre du dernier texte : « Regarder ailleurs », ou, pour utiliser une métaphore sonore et non plus visuelle, « entendre autre chose » que le bruit médiatique. Et plus le bruit est fort, plus il faut tendre l'oreille. La méthode est floue, mais elle est en place.
Prenons, par exemple, cette affaire de grâce présidentielle accordée à Madame Jacqueline Sauvage condamnée à dix années de réclusion criminelle pour avoir tué son mari de trois balles dans le dos. Le lendemain de l'annonce de cette décision, l'ensemble du personnel politique saluait le geste du Président de la République dans une parfaite unanimité. Si l'on applique la méthode du « regarder ailleurs », il ne s'agit plus de savoir s'il fallait libérer ou non cette femme, surtout quand on doute de l'utilité sociale réelle de la prison comme régulateur social. Il s'agit plutôt de s'interroger sur l'unanimité de la classe politique et de la dénoncer pour ce qu'elle est : au mieux un malentendu, au pire une hypocrisie et sans doute les deux. Toutes et tous ont justifié leur opinion par la lutte contre « les violences faites aux femmes ». C'est un juste combat, illustré cependant ici par une cause trouble qui croise de façon assez inopportune le débat sur la légitime défense, plaidée par les avocates de la condamnée. Si l'extrême-gauche libertaire et féministe et l'extrême-droite prompte à conspuer les magistrats aboutissent à la même conclusion de libération, c'est qu'il doit bien y avoir un problème, non dans la libération, mais dans la campagne médiatique qui l'a amenée. Alors, il faut écouter le « bas-bruit »... Je lis que dans sa prison Madame Sauvage s'impatientait d'une grâce qui tardait, qu'elle aurait espérée pour Noël ou pour son anniversaire et qui lui est arrivée juste avant la Saint-Sylvestre. Et l'on pourrait grincer que, justement, cela aurait été plus désastreux encore pour l'État de droit républicain de laisser croire que la grâce était un cadeau de saison entrant dans le cadre d'une sociabilisation ritualisée : cadeau d'anniversaire ou cadeau de Noël.
S'agissant de grâce, il ne s'agissait donc pas de s'impatienter qu'elle n'ait pas été livrée à temps !  

Introduction - Péguy-Pasolini - #00 - Conclusion

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010