Diégèse  jeudi 18 février 2016



ce travail est commencé depuis 5893 jours et son auteur est en vie depuis 20346 jours (2 x 3 x 3391 jours) 2016

ce qui représente 28,9639% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain
avant-hier

#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Les « pères » dont il est question dans la phrase de Croce sont des pères qui convenaient pour les fils de la fin du dix-neuvième siècle ou de tout le vingtième jus­qu'à il y a une dizaine d'années, mais plus aujourd'hui (même si, comme on va le voir, les fils ne le savent pas ou le savent mal). D'un point de vue sémantique, le terme de « père » a commencé à changer avec, naturellement, Freud et la psychanalyse, pour lesquels « l'hérédité » du père n'est plus nécessairement une donnée positive ; on peut même très honnêtement l'interpréter comme totalement négative. le terme de « père » a encore plus changé à travers l'analyse marxiste de la société : en effet, les pères auxquels Croce se réfère avec candeur sont tous de très beaux messieurs, bourgeois (comme lui), avec des barbes solennelles et des cheveux blancs respectés, debout devant des tables couvertes de papiers, ou dignement assis sur des chaises dorées — ce sont en somme, les pères du privilège et du pouvoir. Il n'y a pas la moindre référence aux pères balayeurs des rues ou maçons, ouvriers agricoles ou mineurs, ouvriers mécaniciens ou tourneurs, ou même voleurs et vagabonds. l'hérédité dont on nous parle est une hérédité de classe, de pères définis en termes de classe. Nul doute qu'il leur faille déployer beaucoup d'efforts pour pouvoir garder « solidement » leurs privilèges. Mais, cela (que j'aurais déjà pu observer il y a dix ou quinze ans) mis à part, on note quelque chose de totalement nouveau : le vrai nouveau pouvoir ne veut plus avoir à compter avec de tels pères. C'est ce pouvoir qui ne veut plus que les enfants fassent leur une telle hérédité idéale.
Donc, le rapport entre ceux qui ont donné la dissertation à faire et ceux qui l'ont faite s'inscrit dans cette marge de faux pouvoir, que le vrai pouvoir concède encore à ses défenseurs et à ses adversaires, pour liquider académiquement les vieux sentiments.
Très récemment, une émission télévisée d'avilissement des masses a montré comment les médias, croyant jouer avec la littéralité, peuvent être rattrapés par le sens. Il s'agit de l'émission « Touche pas à mon poste », émission qui est en elle-même une tautologie, car chroniquant d'autres émissions télévisées, et, en cela, d'emblée suspecte quant à la littéralité. Les animateurs y ont des rôles assignés. Parmi ceux-ci, un bellâtre blond, une sorte de « Ken » de poupée Barbie, avec quelque chose d'un peu efféminé, mais pas trop, a le rôle, consenti, de souffre douleur. Dans un des épisodes, il s'est agi d'illustrer - littéralement donc - l'expression argotique : « avoir le cul bordé de nouilles ». Il s'en est suivi que l'on a versé des nouilles crues dans le caleçon du beau gosse blond, le tout sur fond de gloussements sur joués et suraigus de l'animateur vedette. Le seul visionnage de la scène met mal à l'aise.
Quelques jours plus tard, un chroniqueur radiophonique, sérieux et bien intentionné, a qualifié tout cela de comble de l'abjection. Les animateurs incriminés se sont alors défendus sur différents plateaux télévisés. La grande machine télévisuelle se nourrissant d'elle-même, ils ont eu tout loisir de se défendre : il ne s'agissait que d'une plaisanterie ; alors, si l'on ne peut même plus rigoler à la télé !
Le chroniqueur avait pourtant raison mais, le schème d'avilissement qu'il a décelé est encore plus fort que ce qu'il a cru. Peu importe ce que l'émission voulait montrer ! Puisque il s'agissait de littéralité, prenons l'émission au mot : nous y voyons ce que nous y voyons. Or, montrer un homme qui se fait verser des nouilles dans son caleçon est avilissant pour celui qui le subit, celui qui le fait, celui qui le regarde. Il faudrait donc s'éloigner de la littéralité, et ce serait moins avilissant ? Malheureusement non, car, le sens s'est vengé. Qu'est-ce que cette expression dérangeante ? En argot, « nouille » signifie le sexe masculin. L'expression en question désignerait un homme qui se fait sodomiser par d'autres hommes, en prison, car il s'agirait ici de l'argot carcéral parisien. Cet homme est donc supposé avoir de la chance, car, il est de ce fait protégé par les caïds. Alors, revue selon cet éclairage, la scène prend son sens, tout son sens, dénoté, connoté, voire exotérique et ésotérique. La scène dit : les blonds sont des enculés. Et cela fait bien rire les autres, qui sont bruns et exemptés des derniers outrages. J'exagère. Non. L'animateur blond, juste avant la scène de littéralité dévoyée, lâche : ah non, j'en ai déjà assez dans le cul ! Comme quoi il avait, lui, bien compris ce qui se jouait.
La première vraie révolution de droite - Pier Paolo Pasolini - Les Écrits corsaires Tabou littéral - Littéral tabou - Diégèse 2016 - Péguy-Pasolini #03 -

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010









"Dans la poésie, la forme, et la forme seule, fait toucher la vérité. Il y a un pouvoir tactile de la forme. On touche le mot, on touche le vers, on touche le tercet, et c'est comme si on touchait la vérité."
Roland Barthes - Collège de France - séance du 6 janvier 1979 (à propos du haïku)