Diégèse  samedi 2 janvier 2016



ce travail est commencé depuis 5846 jours et son auteur est en vie depuis 20299 jours (53 x 383 jours) 2016

ce qui représente 28,7994% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain


#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Notre jeunesse

Une famille de républicains fouriéristes.
- Les Milliet.
-  Après tant d'heureuses rencontres, (...) c'est une véritable bonne fortune pour nos cahiers que de pouvoir commencer aujourd'hui la publication de ces archives d'une famille républicaine. Quand Monsieur Paul Milliet m'en apporta les premières propositions, avec cette inguérissable modestie des gens qui apportent vraiment quelque chose il ne manqua point de commencer par s'excuser, disant : vous verrez. Il y a là-dedans des lettres de Victor Hugo, de Béranger. (il voulait par là s'excuser d'abord sur ce qu'il y avait, dans les papiers qu'il m'apportait, des documents sur les grands hommes, des documents historiques, sur des hommes historiques, et, naturellement, des documents inédits.) Il y a des lettres sur la conquête de l'Algérie, de l'expédition du Mexique, de la guerre de Crimée. (Ou peut-être plutôt de la guerre d'Italie.) (Il voulait s'excuser par là, alléguer qu'il y avait, dans ces papiers, des documents historiques, sur les grands événements de l'histoire, provenant, directement, des grands événements, et naturellement, des documents authentiques, et naturellement des documents inédits.) Je lui répondis non.
L'industrie du spectacle, quel que soit le spectacle, quels qu'en soient la qualité, le genre, la forme, ne fait en somme rien d'autre que d'organiser pour les spectateurs des affects de première fois, qui, dès lors, sont artificiels. Revoir un film, c'est aller à la rencontre d'un affect qui, pour autant, comme pour la madeleine de Proust, n'égalera pas celui de la première fois.
Péguy et Pasolini savaient tous les deux que les forces du progrès, par elles-mêmes ainsi dénommées, qui sont les forces de l'argent, qui sont les forces du profit et qui sont donc aussi les forces de la domination et de l'aliénation, ont fait largement emploi du spectacle pour diffuser leur propagande. Péguy avait ainsi vécu la propagande d'État qu'auront été les Expositions universelles à Paris, où il ne s'agissait en sorte de rien d'autre que de montrer à des foules ébahies, pour la première fois, les bienfaits de la civilisation mécanique associés aux supposés bienfaits de la colonisation. L'un comme l'autre sont allés à la recherche du peuple qui préexistait à la société du spectacle, c'est à dire à la société moderne, c'est à dire à l'idée, à la notion, au concept même de modernité. L'un comme l'autre auront scruté avec attention et angoisse les stigmates d'un monde qui change, tourbillonnant dans les illusions d'une modernité qu'ils dénonceront comme avilissante.
Charles Péguy - Notre Jeunesse
Diégèse 2016 Péguy-Pasolini #01

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010






C'est le temps des résolutions et l'on croise dans les rues des visages encore voilés par le trop de nourriture et d'alcool, prêts à parier que l'on ne les y reprendra plus. Les rues sont parsemées de carcasses de sapins, parfois encore de débris de verre de bouteille de champagne. Tout cela prend l'apparence d'une fiction car tout cela ressemble à une image. C'est ainsi que les artistes alimentent le réel, configurent même le réel. Que je puise ou non dans ma propre fiction pour écrire le texte, c'est bien cette même fiction, fluctuante, non écrite, sans cesse soumise à interprétation et cependant cohérente, entièrement liée au monde, qui soutient le texte à écrire. 
Ce goût de la fiction au cœur même du réel, parfois le plus exigeant, détermine l'attitude que l'on prend. C'est ainsi que La Rochefoucauld décrit ce condamné au supplice qui affecte une constance et un mépris de la mort. Il ajoute que ce n'est qu'une pose  qui n'est en effet que la crainte de l'envisager. De sorte qu'on peut dire que cette constance et ce mépris sont à leur esprit ce que le bandeau est à leurs yeux. La fiction est un bandeau sur nos yeux tout autant que de lunettes nous intimant l'ordre de regarder une réalité augmentée, qui n'est jamais augmentée que de nos fantasmes, c'est à dire de notre culture.


Roland Barthes - Collège de France - séance du 2 décembre 1978
"Et bien je dirais qu'un événement, qui lui vient du destin, peut survenir pour marquer, pour entamer, pour inciser, pour articuler plus douloureusement et même dramatiquement, cet ensablement progressif."