Diégèse  dimanche 10 janvier 2016



ce travail est commencé depuis 5854 jours et son auteur est en vie depuis 20307 jours (3 x 7 x 967 jours) 2016

ce qui représente 28,8275% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain
avant-hier

#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Comment travaillait ce peuple, qui aimait le travail, universus universum, qui tout entier aimait le travail tout entier, qui était laborieux et encore plus travailleur, qui se délectait à travailler, qui travaillait tout entier ensemble, bourgeoisie et peuple, dans la joie et dans la santé ; qui avait un véritable culte du travail ; un culte, une religion du travail bien fait. Du travail fini. Comment tout un peuple, toute une race, amis, ennemis, tous adversaires, tous profondément amis, était gonflée de sève et de santé et de joie, c'est ce que l'on trouvera dans les archives, parlons modestement dans les papiers de cette famille républicaine. On y verra ce que c'était qu'une culture, comment c'était infiniment autre (infiniment plus précieux) qu'une science, une archéologie, un enseignement, un renseignement, une érudition et naturellement un système. On y verra ce que c'était que la culture du temps que les professeurs ne l'avaient point écrasée. On y verra ce que c'était qu'un peuple du temps que le primaire ne l'avait point oblitéré. On y verra ce que c'était qu'une culture du temps qu'il y avait une culture ; comment c'est presque indéfinissable, tout un âge, tout un monde dont aujourd'hui nous n'avons plus l'idée. On y verra ce que c'était que la moelle même de notre race, ce que c'était que le tissu cellulaire et médullaire. Ce qu'était une famille française. On y verra des caractères. On y verra tout ce que nous ne voyons plus, tout ce que nous ne voyons pas aujourd'hui. Comment les enfants faisaient leurs études du temps qu'il y avait des études. Enfin tout ce que nous ne voyons plus aujourd'hui. Tout d'abord, il faut rappeler que l'agencement du poil dans les sociétés, toutes les sociétés, et aussi la société française, et même la société aveyronnaise, est un fait culturel. Il n'est pas certain que l'on puisse trouver de société dans laquelle le mâle ne constitue pas ses poils en signe. Marie-France Auzépy et Joël Cornette retracent d'ailleurs cette histoire dans Histoire du poil paru en 2011 chez Belin. On lira l'ouvrage plus tard, mais, sans l'avoir lu, ni même parcouru, on peut tenter des hypothèses : quels sont les signifiés que le signifiant « poil » active ordinairement chez le mâle ? Ils sont certainement très nombreux, mais j'en choisirai trois. En tout premier lieu : la virilité. Celle ci s'exprime le plus souvent par le développement pilaire. Mais le poil exprime aussi le soin de soi, la classe sociale, et cela s'exprime alors le plus souvent aussi, par le retranchement pilaire, par rasage ou par épilation. Ce retranchement peut être aussi une marque d'hygiène. Enfin, l'agencement du poil marque l'appartenance distinctive à une communauté, à un corps de métier. Dans les sociétés du Moyen-Orient, au moins jusqu'au vingtième siècle, il fallait pouvoir distinguer aisément un juif, d'un chrétien ou d'un musulman. La forme, la taille, la couleur des attributs pilaires contribuaient à cette distinction, avec l'habillement et la parure. On peut donc supposer, intuitivement, que le poil active un triangle sémiotique : virilité - statut social - identité communautaire. Et on peut donc supposer aussi, en conséquence, que l'apparition soudaine dans les rayons d'un hypermarché aveyronnais d'épilateurs corporels pour hommes, correspond à une évolution de ce triangle sémiotique.
Charles Péguy - Notre Jeunesse  Les Années barbues - Diégèse 2016 Péguy-Pasolini #01

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000





... il faut finalement poser que cet énoncé, je suis, j'existe, moi, toutes les fois que je le prononce ou que je le conçois mentalement, est nécessairement vrai. (Descartes)








2015 2014
2013 2012 2011 2010






Pour autant, je n'ai pas quant à moi ce problème... "j'étais, moi, en tout cas, si je me suis persuadé quelque chose." C'est Descartes, non ?
Corps souffrant ou corps désirant, le même corps, qui résiste, qui s'accroche, qui pèse... Le corps est toujours criminel.