Diégèse  mercredi 8 juin 2016



ce travail est commencé depuis 6004 jours et son auteur est en vie depuis 20457 jours (32 x 2273 jours) 2016

ce qui représente 29,3494% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain
avant-hier
#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Nous prétendons au contraire que nous les mystiques nous sommes et nous fûmes, que nous avons toujours été le cœur et le centre du dreyfusisme, et que nous seuls nous le représentons. Halévy a quelquefois l'air de dire que les autres auraient comme suivi une courbe légitime et que nous autres nous serions des sauvages, presque comme des fantaisistes, que nous aurions fait une rupture, brusque, un saut illégitime. Ce seraient les autres qui seraient pour ainsi dire de droit et nous qui serions comme de travers. Ce seraient les autres qui seraient la règle, le commun, l'ordinaire, le naturel, et nous qui serions non pas seulement l'extraordinaire, mais l'exception, et surtout une exception artificielle. On veut toujours que ce soit la faiblesse et la dégradation qui soit la règle, l'ordinaire le commun, qui soit comme de droit, qui aille de soi. C'est précisément ce que je conteste dans tous les ordres, au moins pour cette race française. En France le courage et la droiture vont très bien de soi. Le 6 juin 2016, Bruno Amable, professeur de sciences économiques à la Sorbonne, publiait dans le journal Libération une chronique dans laquelle il commentait la publication récente de trois économistes du département de la recherche du Fonds monétaire international (FMI), publication critiquant le « néolibéralisme », c'est-à-dire, rien de moins que la doctrine centrale de cette institution. Il rappelle qu'après la crise de 1929, le libéralisme a été contraint à « une inexorable évolution interne », reprenant l'expression d'Auguste Detœuf, le fondateur, notamment d'Alsthom, et sans doute issue de son discours « la fin du libéralisme », prononcé en 1936 - à vérifier -. Cette évolution, forcée devant l'échec économique du libéralisme et la casse sociale qui s'en est suivie, aura été le néolibéralisme, qui a fait florès depuis la fin de la seconde guerre mondiale. La « nouvelle civilisation » dont Edgar Morin scrute les premiers bruissements, sonnerait ainsi la fin du néolibéralisme, cela-même que j'appelle ici le « lucre », ou, par goût pour les néologismes le « lucrativisme », le constat étant fait désormais, comme l'écrit avec force Amable, que « le libéralisme, rénové ou non, conduit toujours aux mêmes impasses et les promesses de son renouvellement sont aussi crédibles que celles d'un alcoolique chronique affirmant qu'il arrêtera de boire demain. »
Charles Péguy - Notre Jeunesse  - diégèse 2016 - Péguy-Pasolini #11- Du Lucrativisme

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010