Diégèse  mardi 22 novembre 2016



ce travail est commencé depuis 6171 jours et son auteur est en vie depuis 20624 jours (24 x 1289 jours) 2016

ce qui représente 29,9215% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain


#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

25 janvier 1975
« Thalassa »* 
Cher directeur,
Je vous envoie à part, avec une dédicace qui est le signe de ma sincère amitié — même si, en l'occurrence, elle n'est pas exempte de sous-entendus et de longs accents allusifs — Thalassa, de Ferenczi. Ce n'est pas un texte sacré. Pourtant, je suis certain que, par exemple, Marcuse, Barthes, Jakobson ou Lacan l'aiment. C'est un livre sur les « origines » de la psychanalyse, et l'on ne peut pas ne pas l'aimer. Lisez-le. Priez aussi quelques-uns de vos collaborateurs de le lire. Il n'y a pas de quoi être gêné : ne pas l'avoir lu ne constitue pas une si grave lacune. Je me réfère à un article paru dans le Paese sera du 21 janvier 1975, « Les cendres de Soljenitsyne », qui seraient aussi les miennes : il semble que l'on veuille décidément me voir réduit en cendres, si l'on tient également compte de l'article d'Eco dans le Manifesto du même jour, « Les cendres de Malthus », qui, lui aussi, et par personne interposée, parle de mes cendres. Je suis là pour essayer encore une fois de renaître précisément de mes cendres : qui, comme on le sait, constituent ce qu'il reste d'un bûcher sur lequel on brûle généralement les idées. À ce propos, je voudrais tout de suite dire que l'une des luttes les plus pleines de tension des hommes de gauche est celle qu'on livre contre la série d'alinéas du code Rocco (au sujet duquel j'ai écrit ici, dans le Paese sera, il y a bien une quinzaine d'années, et le premier, des phrases « extrémistes » que l'on n'a alors même pas perçues) qui ont pour objet le « délit d'opinion ».
Il arrive que dans l'actualité quelque chose arrive, un fait, important ou anodin, qui intrigue, qui retient l'attention, mais dont on ne sait, au premier abord, quoi penser. On se dit alors qu'il faudrait prendre le temps d'y penser, en sortant la boite à outils qui permet de bricoler la pensée, et rien n'empêche vraiment de le faire, sinon la succession incessante de ces petits faits. Mais, arrêtons-nous cependant sur la pétition en ligne ouverte à tous, mais inaugurée par des personnalités plus ou moins médiatisées, qui prend pour titre : « stop au Hollande-bashing ».
Quels sont les faits ? Sur le site de pétitions en ligne « change.org », une soixantaine de personnalités figurent parmi les premiers signataires d'un texte, dès lors dénommé « pétition » qui s'insurge contre le traitement médiatique réservé au Président de la République François Hollande. L'étude précise de ce texte sera nécessaire pour progresser dans la réflexion sur cet objet qui demeure non identifié dans le paysage médiatique : une pétition pour demander d'arrêter de dire du mal d'un homme - ou d'une femme - politique.
On notera qu'en date du 22 novembre 2016, aux personnalités, se sont jointes plus de cinq mille personnes, 5402 exactement à 7h52 du matin. On proposera de suivre au jour le jour la progression des signatures, tant que durera le temps de l'écriture de ce texte.
Qu'est-ce qui est curieux dans cette initiative ? L'initiative elle-même. On imagine quand-même mal Catherine Deneuve se réveiller un matin et se dire en écoutant la radio BFM que vraiment, ça suffit, appeler Benjamin Biolay et lui proposer sans plus attendre de lancer une pétition. Nul doute que cette initiative relève de la communication politique. Il conviendra donc d'en démonter les rouages.
Pier Paolo Pasolini - Écrits corsaires - Thalassa Péguy-Pasolini #22 - Texte continu
* Paese sera, sous le titre « Une lettre de Pasolini : "opinions" sur l'avortement ». La pétition peut être consultée ici

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010