Diégèse  lundi 12 septembre 2016



ce travail est commencé depuis 6100 jours et son auteur est en vie depuis 20553 jours (3 x 13 x 17 x 31 jours) 2016

ce qui représente 29,6794% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain
avant-hier
#Péguy-Pasolini - les textes de Diégèse 2016 -

Opérant, travaillant la même matière, évoluant dans la même matière il y a eu au moins deux affaires Dreyfus, élaborant la matière de la même histoire. Celle de Bernard-Lazare, la nôtre, était innocente et n'a pas besoin d'être défendue. Et en un autre sens encore il y avait très notamment deux affaires Dreyfus, celle qui était sortie de Bernard-Lazare, et celle qui était sortie du colonel Picquart. Celle qui était sortie du colonel Picquart était très bien. Celle qui était sortie de Bernard-Lazare était infinie. Il faut penser que, notamment dans cette consultation, qui fut littéralement son testament mystique, il ne s'opposait pas seulement au combisme, qui fut l'abus, la démagogie du système. Il s'était opposé, non moins vigoureusement, au waldeckisme, qui en était censément l'usage et la norme. Il n'était point allé seulement à l'abus, mais il était remonté à la racine même de l'usage. Il était allé, il était remonté à la racine, jusqu'à la racine. Naturellement, d'un mouvement, d'une requête, d'une réquisition naturelle, comme tout homme de pensée profonde. Il avait discerné l'effet dans la cause, l'abus dans l'usage. Il faut penser donc qu'il s'était opposé, de toutes ses forces, de tout ce qui lui restait de forces, non point au développement seulement, et aux promesses de développement mais à l'origine même, au principe de la politique dreyfusiste. Il faut relire ce dossier, cette consultation, cette adjuration éloquente à Jaurès, presque cette mise en demeure, certainement déjà cette menace. Il faut penser que c'était un homme, j'ai dit très précisément un prophète, pour qui tout l'appareil des puissances, la raison d'État, les puissances temporelles, les puissances politiques, les autorités de tout ordre, politiques, intellectuelles, mentales même ne pesaient pas une once devant une révolte, devant un mouvement de la conscience propre. On ne peut même en avoir aucune idée. Nous autres nous ne pouvons en avoir aucune idée. « Pour lors, Rome ne fut plus cette ville dont le peuple n'avait eu qu'un même esprit, un même amour pour la liberté, une même haine pour la tyrannie, où cette jalousie du pouvoir du Sénat et des prérogatives des grands, toujours mêlée de respect, n'était qu'un amour de l'égalité. » C'est ce que Montesquieu écrit au début du chapitre neuf de son ouvrage paru pour la première fois en 1734 aux Pays-Bas « Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur décadence ». Et c'est à Montesquieu que l'on peut attribuer d'avoir cristallisé dans la tradition politique française cette idée que la France pouvait entrer en décadence, ce qui est une façon de dire qu'elle a été grande et que le pouvoir en place la conduit à sa perte. 1734... Soit dix-neuf années après la mort de Louis XIV. La France de Louis XV perd de son influence en Europe et ses colonies d'Amérique au profit de la Grande Bretagne. C'est ainsi que des historiens considèrent que le déclin de la monarchie commence dès la fin du règne de Louis XIV. Louis XV est aussi le roi des maîtresses et des favorites. Si les plus connues se nomment Pompadour ou du Barry, la liste est presque aussi longue que celle de ses bâtards.
Ceux qui voudraient réhabiliter une histoire de la grandeur de la France en glorifiant sans plus d'esprit critique la monarchie absolue n'auront certainement pas découvert la lune.
Je ne sais pas si les enfants de 2016 utilisent encore dans la cour de récréation cette expression curieuse qui renvoie l'injure à celle ou celui qui l'a proférée : « C'est celui qui le dit qui y est ». Et c'est bien ce que l'on a envie de rétorquer à ceux qui, jusque sur les bancs de l'Assemblée nationale proposent avec véhémence de bafouer les principes fondateurs de la République. Décadents, ceux qui proposent de se passer de l'État de droit. Décadents, ceux qui veulent revenir à l'enseignement d'une histoire officielle dépourvue de perspectives... historiques. Décadents ceux qui confondent nationalité et origine... Décadents ceux qui se passent de père en fille et aussi en petite-fille le gouvernement d'un parti jadis factieux et qui donne aujourd'hui des leçons de républicanisme. Décadents tous ceux-là...
 
Charles Péguy - Notre Jeunesse  - Péguy-Pasolini #17 - Diégèse 2016

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000




2015 2014
2013 2012 2011 2010