Diégèse lundi 13 août 2018



ce travail est commencé depuis 6800 jours (24 x 52 x 17 jours)
et son auteur est en vie depuis 21253 jours (53 x 401 jours)
2018

ce qui représente 31,9955% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
La Gravité des jours d'été 225



C'est décidé. Cette année, elle restera à Paris. Elle ne partira pas. Elle prétextera le manque d'argent ou encore le boulot. Que fera-t-elle ? Tout et rien. Surtout, elle ira partout où elle n'a jamais le temps d'aller pendant l'année. Même à la Tour Eiffel. Tant pis pour la queue. Et le prix... Elle prendra aussi un bateau-mouche. Avec un guide en japonais. Pour rire.
Cela, c'était le plan. La réalité de ce séjour parisien en plein mois d'août, sera bien différente. Stéphanie va découvrir que Paris l'été n'est pas exactement comme elle le pensait. Les rues lui semblent bizarres, aussi bizarres que les gens qui y traînent, trompant l'ennui, échappant à la canicule en errant des heures entières dans les magasins climatisés.
D'où vient cette impression que tout peut arriver ? Même et surtout le pire !

Noëmie Diégèse nous donne un roman haletant, assez angoissant. Si vous habitez Paris, vous ne refuserez plus d'aller voir le mois d'août prochain votre famille dans la Brie. Et si vous n'êtes pas parisienne ou parisien, vous éviterez la Ville-Lumière comme destination touristique et choisirez d'aller ailleurs, même à Guéret ou Romorantin.
Surtout que parfois, on le sait bien, la réalité dépasse la fiction.

Noëmie Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
méditant sur cet amour Qu'est-ce qui se passe ?
Ils pensent qu'ils ne sont pas prêts de terminer. en temps réel une catastrophe ou un malheur
La nuit, encore, sans ombre la trace d'un quotidien banal s'agencer à la diable


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


messager cette équation est impraticable dégénérescence un alliage de bravoure et de mépris du danger un peu de vent en écume Certainement. rien ne saurait empêcher le vieillissement, puis la mort la gravité des jours d'été