Diégèse lundi 9 avril 2018



ce travail est commencé depuis 6674 jours (2 x 47 x 71 jours)
et son auteur est en vie depuis 21127 jours (37 x 571 jours)
2018

ce qui représente 31,5899% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
Vers onze heures
99



Il est admis, et même indiscutable, que l'on ne fait pas le soir ce que l'on fait le matin, que l'après-midi est avant le soir, et qu'après le soir, il y a la nuit. Mais, à mieux y regarder, les passages entre matin, midi, et soir sont flous, progressifs, sinon incertains. Ce qui est soir pour l'un est nuit pour l'autre et le petit matin de ceux-ci est encore nuit profonde pour ceux-là. Il faut donc se tourner vers les heures du jour et de la nuit pour retrouver un peu de certitude. Cinq heures du matin, c'est cinq heures du matin pour tout le monde.
Eh bien non, nous dit et nous écrit Gustav Diégèse. Dans son dernier livre, qui compte évidemment vingt-quatre chapitres, l'auteur s'attache à décrire le plus précisément possible les personnalités des heures selon que l'on soit d'ici ou de là-bas, que l'on soit cadre dans une entreprise ou postier. On l'aura compris, ce ressenti des heures est une sociologie sensible de notre pays. Rien de plus culturel que le temps qui passe et la manière de le mesurer.
S'aidant de citations diverses, issues de la littérature et du cinéma, mais aussi des séries télévisées, ce livre est donc le pendant littéraire de The Clock de l'artiste Christian Marclay, œuvre magique qui égrène minute après minute et pendant vingt-quatre heures des scènes de cinéma dans lesquelles apparaît l'heure qu'il est, créant ainsi une incroyable collision diégétique.
Gustav Diégèse


2009200820072006200520042003200220012000
l'incapacité proclamée Puisque c'est déjà écrit.
et je ne sais déjà plus combien cela fait de semaines
et cela s'appelle une hallucination
ne plus jamais penser à autre chose
vers onze heures


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


loin la corruption presque toujours à l'improviste On aurait pu en faire un livre J'ai souvent vécu des amours imaginaires Je comprends cela. Je ne sais pas bien ce que je fais ce qui fait souffrir dans l'écriture, c'est la littérature