Diégèse mercredi 18 avril 2018



ce travail est commencé depuis 6683 jours (41 x 163 jours)
et son auteur est en vie depuis 21136 jours (24 x 1321 jours)
2018

ce qui représente 31,6190% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
Concevoir l'éternité 108


Où en est-on de l'éternité ?
C'est la question complexe à laquelle s'attelle le poète et philosophe Daniel Diégèse. La question qu'il se pose et nous est simple en apparence. Alors que les recherches des physiciens sont au seuil d'un bouleversement fondamental de la conception du temps et de l'espace qui pourrait même revoir la théorie de la relativité générale, est-ce que cela va modifier ou modifie déjà la notion d'éternité ? Pour tenter d'y répondre, l'auteur, d'une manière toute héraclitéenne, va picorer des citations chez ses illustres prédécesseurs. Et ils viennent très sagement et gentiment tenter de nous éclairer. Kierkegaard nous dira que « rien n'est, après Dieu, aussi éternel que le moi », Nietzsche apportera ses « instants d'éternité » et le bon vieil Aristote présupposera l'éternité du temps et du mouvement. Spinoza, quant à lui, détachera la notion d'éternité de toute question de durée, aboutissant à la sentence célèbre : « aucune durée n'appartient à Dieu ». Mais, et c'est plus original, l'auteur convoquera aussi les poètes et Rimbaud le voyant déclamera : « Elle est retrouvée / Quoi ? l'éternité. / C'est la mer allée / Avec le soleil. »
Loin d'une philosophie sentencieuse ou excessivement touffue de références et de glose, Daniel Diégèse renoue avec le lien ancestral et salutaire entre philosophie et poésie.
Daniel Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Cette expérience politique est un échec. Il y a une colline. l'écriture se fait légère, avec légèreté C'est qu'il y a la nuit actualité de l'actualité concevoir l'éternité
Quand je rentre de la nuit



2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


froid les hommes politiques vivent politiquement encore longtemps après leur mort politique Souvent, elle sanglotait, la nuit. un ascendant aussi violent qu'invisible Je ne sais pas vraiment que choisir entre le printemps et la nuit. Il suffit pour cela d'apercevoir sur l'arbre le bourgeon dru et tendre. Très vite, dans l'âge de la vie, le printemps ne se vit qu'en référence à d'autres printemps écrire mal des sentiments communs