Diégèse dimanche 11 février 2018



ce travail est commencé depuis 6617 jours (13 x 509 jours)
et son auteur est en vie depuis 21070 jours (2 x 5 x 72 x 43 jours)
2018

ce qui représente 31,4048% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
Sans que jamais rien
ne demeure sinon ma Joie




Jean est marseillais. Il a quitté sa ville de naissance peu après l'adolescence pour le séminaire. Ordonné prêtre, il a servi loin de France sans revenir, ou si peu, dans la cité de son enfance. Un jour, à l'aube du grand âge, il revient dans sa ville, cette ville protégée par la Bonne Mère, cette ville dont on dit qu'elle compte cent onze églises. Il commence alors à rythmer sa méditation et sa prière par des marches par lesquelles il rejoint chacune des églises, retrouvant parfois une image, une impression de son enfance. Mais, la flânerie n'est que d'apparence.
Jean comprend assez vite qu'il est atteint de cette maladie malheureusement commune qui attaque la mémoire : Alzheimer. Le diagnostic est implacable. Alors, il noue  sa maladie à sa prière.
Comment puis-je être certain que j'existe placé au centre d'un oubli qui ne se dissipe pas ? Quels sont les mots et quelles sont les phrases avec lesquels je tisserais cet instant ? Même l'oubli n'efface pas entièrement la perpétuelle impression de déjà trop tard qui m'accompagne en permanence. Si la sainteté est le chemin du Chrétien, la mémoire est-elle nécessaire au chemin ?
Nul besoin de croire en Dieu, ni même d'être chrétien pour prendre plaisir à lire ce livre à l'écriture incisive et ascétique. La marche est un puissant auxiliaire à la méditation et cela, chacune et chacun peut en faire l'expérience.
Mathieu Diégèse nous propose avec ce texte étonnant de suivre au jour le jour un exercice spirituel en forme de disparition.
Mathieu Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

L'enfance, encore.
des images de Marseille
sans que jamais rien ne demeure sinon ma joie

sa splendeur d'été


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


image

la flânerie n'est que d'apparence Même l'oubli n'efface pas entièrement la perpétuelle impression de déjà trop tard qui m'accompagne en permanence. Comment puis-je être certain que j'existe placé au centre d'un oubli qui ne se dissipe pas ?
Quels sont les mots et quelles sont les phrases avec lesquels je tisserais cet instant