Diégèse lundi 7 mai 2018



ce travail est commencé depuis 6702 jours (2 x 3 x 1117 jours)
et son auteur est en vie depuis 21155 jours (5 x 4231 jours)
2018

ce qui représente 31,6805% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
Simultanéité 127


Nous passons beaucoup de temps à nous préoccuper du temps. Non pas du temps qu'il fait, mais du temps qui passe. Ce temps, nous l'avons que nous ne avons pas, que nous ne l'avons plus, ou dont nous avons encore un peu. Passé, il forme des souvenirs, des regrets. À venir, il suscite de l'espoir, des craintes ou des promesses. Parmi toutes les propriétés que nous attribuons au temps vécu par l'humanité, qui est donc principalement un temps anthropomorphe, le philosophe et psychanalyste Daniel Diégèse s'intéresse à l'une d'entre elles, une propriété que nous attribuons au temps presque à son insu : la simultanéité. On sait que la possibilité que deux événements se déclenchent exactement en même temps est très faible, quasiment irréalisable. Pourtant, nous passons notre temps à jouer avec les simultanéités, qu'elles soient souhaitées et même sollicitées quand nous mettons en marche un appareil électrique, ou supposée fortuites, voire accidentelles. Gustav Diégèse montre, exemples à l'appui, que nous attachons grand prix à la simultanéité, jusqu'à en faire parfois un des éléments déterminants sinon magiques de notre vie. qu'y a-t-il en effet derrière cette croyance insensée que deux événements peuvent être simultanés alors qu'ils ne le sont jamais vraiment ? Quelque chose de notre être au monde... La preuve sans cesse réfutée de que nous donnerait la simultanéité de notre présence au monde. J'existe puisque cela se passe en même temps que moi...
Gustav Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

pour guérir
simultanéité un moment l'état de son raisonnement

adoucir la même fraîcheur


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


le chemin culture
enseignement du latin cette économie du temps le regret demeure grossièrement un regret paradoxal