Diégèse mercredi 23 mai 2018



ce travail est commencé depuis 6718 jours (2 x 3359 jours)
et son auteur est en vie depuis 21171 jours (3 x 7057 jours)
2018

ce qui représente 31,7321% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
Ressassement 143


Le « re » ! Ce pourrait être le titre du dernier livre de Gustav Diégèse. Car, à bien y réfléchir, nous devons nous méfier de tout ce qui se répète, de tout ce que nous répétons et qui prend pour nous une valeur négative sinon néfaste. Gustav Diégèse, dans ce roman intime et cruel, nous donne le récit de tous ces conflits qui nous habitent et qui prennent le nom et la forme d'une répétition : remords, regrets, rancœur... 
« Les regrets, ça va droit au cœur / et ça y reste jusqu'à c' qu'on meure » chantait Daniel Darc en 2004. C'est ce refrain que fredonne sans cesse le narrateur de Ressassement. On comprend qu'il est à la retraite et qu'il se demande ce qu'il va bien pouvoir faire de ce temps qui lui reste avant de mourir. Il n'a jamais été très fort en amitié, et encore moins en famille. Il est donc seul et s'identifie sans doute à son chanteur préféré. Il décide alors de se débarrasser de tout ce qui en lui est de l'ordre du ressassement et invente une méthode originale. À l'inverse d'un théâtre de mémoire où l'on place des souvenirs pour mieux se les rappeler, la ville de ses promenades devient un théâtre de l'oubli définitif de tout ce qui l'encombre et l'empêche de vivre heureux. Il abandonne sur un pont tel vieux regret, au bout de la rue ce souvenir mal commode dont il garde un peu de honte.
Une merveilleuse leçon de vie qui traverse la seconde partie du vingtième siècle et le début de celui-ci.
Gustav Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
et que restait-il de moi ? C'est une histoire d'amour.




Je t'attends méchamment sous la fumée de la nuit ressassement


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


un prénom comme un sourire

On accuse d'ordinaire la malchance pour se rassurer Je suis dans un océan de rancœurs Pourquoi est-ce que cela ne nous arrive jamais ? celles des êtres réels la métaphore sensible et condensée de la durée