Diégèse mardi 20 mars 2018



ce travail est commencé depuis 6654 jours (2 x 3 x 1109 jours)
et son auteur est en vie depuis 21107 jours (21107 = nombre premier)
2018

ce qui représente 31,5251% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018

L'Ordre de la fiction 79


Depuis quand les faits divers copient-ils, imitent-ils, relancent-ils les feuilletons qui passent à la télévision ? C'est la question qui est posée au détective de ce roman policier passionnant que l'on doit au talentueux Gustav Diégèse.

Une série de meurtres incompréhensibles secoue la ville de Marseille. Aucun règlement de compte. Aucune affaire douteuse. Mais, le quotidien La Provence reçoit par la poste le lendemain du crime, et parfois même avant la découverte du cadavre de la victime, un texte de fiction qui se termine immanquablement par un meurtre, ou qui commence par un meurtre... Et les éléments de contexte sont toujours ceux de la scène de crime. Notre détective fétiche repère assez vite qu'il s'agit de la reprise de fictions et ses recherches le conduisent aux séries télévisées. Il retrouve ainsi sans grande difficulté les épisodes que le meurtrier rejoue.

Reste à deviner le prochain épisode, et cela, c'est plus compliqué.

Ne lisez pas ce livre seul.e le soir chez vous. Et fermez votre téléviseur.
Gustav Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
te chasser des mots Est-ce que les personnages aiment vraiment le printemps ? La réalité obéit à l'ordre de la fiction. je peux parfois, je peux souvent penser à autre chose Depuis quand les faits divers copient-ils, imitent-ils, relancent-ils les feuilletons qui passent à la télévision ? Je sais trop qu'il existe des choses différentes de moi Métaphore sombre. Je me suis arrêté sur le bord de la route je monte et descends les escaliers du métro partir enfin


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


Jouer à tous les jeux au-delà de son autorité personnelle et morale tout le menu peuple actif et misérable une laide bâtisse de plâtre ornée de rosaces C'est une ville qui m'incite au sommeil. Le réel semble vouloir tuer l'espoir aimer sous peine de disqualification sociale et libidinale définitive J'oublie ce cœur qui bat, la palpitation de ton ombre.