Diégèse mardi 27 mars 2018



ce travail est commencé depuis 6661 jours (6661 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 21114 jours (2 x 33 x 17 x 23)
2018

ce qui représente 31,5478% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018

Mais il y a la lumière 86


Que faire lorsqu'il ne reste que quelques jours ? Quelques jours de vacances ou quelques jours de vie... l'équation est-elle vraiment différente ? C'est que le temps qui reste, quoi qu'il en soit, est à la fois compté et parcelle d'éternité. Certes, le ressort littéraire n'est pas nouveau, mais Mathieu Diégèse, qui nous conduit encore une fois en Italie, à Vieste exactement, renouvelle le genre. Aucune crainte, aucune nostalgie dans ces quelques jours dans les Pouilles qui, pour le narrateur, doivent être les derniers, rien que la conscience accrue de la vie et de l'universalité de la vie. C'est le printemps. Il guette avec espoir la mer dans l'attente d'une tornade.
« Je regarde la mer agitée, un peu. Parfois, sur la mer, la poésie et le printemps se rencontrent. Derrière moi, loin de la lumière forte qui aveugle, les genêts perdent leur couleur dans le soir de brume. Alors, il faut écrire le texte. Mais que sais-je aujourd'hui de ton nom ? »
Ce récit est un voyage en humanité. Il invite, doucement, à considérer autrement notre condition commune, à plonger profondément dans le mystère qui allie dans notre enveloppe charnelle si fragile la mort et une étincelle d'éternité.
Mathieu Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Et si je disparaissais ? Mais il y a la lumière.
Alors, il faut écrire le texte. la lumière forte, qui aveugle
Une tornade en Italie. Je me promène, je m'ennuie je passe et repasse, sans espoir, ce sont les derniers jours


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


Mais que sais-je aujourd'hui de ton nom (production du superflu, hédonisme, développement cynique et aveugle) Ce sont les esprits avancés de l'endroit, libres penseurs tout de paroles. des libres penseurs tout de paroles, fort amis de l'autorité Parfois, sur la mer, la poésie et le printemps se rencontrent Je regarde la mer agitée, un peu sans parvenir pourtant à garder du printemps une impression qui ne soit déjà vue Les genêts perdent leur couleur dans le soir de brume.