Diégèse samedi 31 mars 2018



ce travail est commencé depuis 6665 jours (5 x 31 x 43 jours)
et son auteur est en vie depuis 21118 jours (2 x 10559 jours)
2018

ce qui représente 31,5608% de la vie de l'auteur


hier  
L'atelier du texte demain


Les livres de 2018
En Danger personnel 90


Cela fait désormais plus de vingt ans qu'il travaille dans cette entreprise du nord de Paris qui fabrique des pièces pour l'aviation. C'est en tout cas ce qu'on lui a dit. Son travail n'est pas dans l'atelier, mais dans le bureau en mezzanine aux vitres grillagées.
Il trouve un matin dans sa boîte aux lettres une convocation à la médecine du travail, comme chaque année et s'y rend au jour dit et à l'heure dite sans appréhension particulière. Il se félicite de ne jamais être malade. Pas un petit rhume, jamais aucune fièvre. Il n'a pas souvenir, depuis qu'il travaille dans cette entreprise, de s'être même senti fatigué, voire un peu las.

Ce que les médecins lui apprendront ce jour-là le laissera pantois. Certes, il n'est pas malade. Certes, il va très bien, mais il est pourtant en danger.
Commence alors une enquête difficile dans les rouages de secrets d'État les mieux gardés.
Il n'est toujours pas malade, mais le mal progresse. Ce que les médecins ont découvert, c'est qu'il rajeunit. Pour lui le temps s'est inversé. Chaque seconde de sa vie remonte le temps, inexorablement. Il faut qu'il puisse arrêter ce mécanisme infernal.
Mathieu Diégèse signe là un roman d'espionnage et d'anticipation vraiment passionnant, qui est aussi une méditation sur la vie et sur le temps.
Mathieu Diégèse


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
le temps qui continue de passer, qui ne fabrique plus de souvenir Ce sont des idées.
Je peux dire, je peux expliquer le sens de ce qui se passe, de ce qui se dit

S'endormir jusqu'au lendemain rien ne s'en souvient
Tu ne me parles plus que des jours qui passent


2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010


ciel en danger personnel à la sortie de la ville ce pauvre diable, épais, lourd, commun je pense à tous ces voyages comme on pense à l'amour Tu auras choisi l'absence et j'aurai choisi la peine. quand la nuit est douce le souvenir, qui est toujours un souvenir d'amour