Diégèse samedi 10 août 2019



ce travail est commencé depuis 7162 jours (2 x 3581 jours)
et son auteur est en vie depuis 21615 jours (3 x 5 x 11 x 131 jours)
2019

ce qui représente 33,1344% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Peut-être une tmèse 222



Mathieu Diégèse







Se promener l'été, c'est parcourir le pluriel. Tout est organisé autour du pluriel. Pluriel... La langue française n'a pas de forme duelle telle qu'en possède la langue arabe qui distingue le couple - la forme duelle en arabe est genrée - du pluriel qui commence à partir de trois. Si la langue française disposait de la forme duelle, j'écrirais que se promener l'été, c'est parcourir le duel. Mais, je ne serais alors pas compris. J'écrirai donc que se promener l'été, c'est se confronter à un espace promis au couple, et, pire, au couple amoureux, sexué, libidinal.

Les centrales de réservation des hôtels proposent d'emblée des chambres doubles avec des suppléments pour le lit des enfants. Les cafetiers et les restaurateurs laissent les meilleurs emplacements aux tablées familiales et les petites tables sont toujours dressées pour deux convives et le solitaire est accoutumé à répondre sans relâche au serveur pressé de savoir s'il doit laisser le deuxième couvert : « non, je serai seul, merci. » Car, il ne faut pas prendre son interpellation : « Vous serez deux ? » pour une prédiction, encore moins pour une prophétie. Et puis, il y a ces publicités qui emportent quatre mètres sur trois du paysage, et qui exhibent des couples souriants, bronzés, conquérants.

Ceci, c'est le tout venant des jours.

Mais c'est encore une autre expérience que de retourner l'été sur les lieux d'un couple détruit et c'est à penser qu'il faut être masochiste pour s'y livrer. Tout n'est qu'amputation, que retranchement. On prend un chemin dans la campagne, de ces chemins empruntés par les engins agricoles pour rejoindre les champs. Les roues ont formé deux cheminements possibles, parallèles et l'on sait bien depuis l'enfance que ce sont les roues qui ont dessiné cela et non quelque paysagiste pervers d'un parc naturel généralisé qui aurait imaginé ces voies parallèles pour « marcher ensemble en regardant dans la même direction ». Peu importe, le paysagiste pervers est passé par là, laissant les engins agricoles au garage, et l'autre cheminement, à gauche ou à droite, juste assez éloigné pour que l'on puisse se tenir par la main, c'est le sien, celui de l'autre dans son absence.

Alors on évitera tous les lieux auparavant fréquentés et tant pis s'ils étaient les plus agréables. On avalera debout des sandwichs industriels parce qu'il n'aurait pas été pensable de le faire avec l'autre. On marchera le long des routes, car il serait dangereux d'y cheminer à deux de front. On ne fréquentera plus les hôtels mais on séjournera dans des congrégations religieuses dont les cellules ne sont occupées que par une seule personne, dédaignant les congrégations qui acceptent les couples. Comment d'ailleurs méditer ou se recueillir en couple ? Le couple est l'inverse du recueillement.






page 222
Toute la collection
4e de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010