Diégèse jeudi 22 août 2019



ce travail est commencé depuis 7174 jours (2 x 17 x 211 jours)
et son auteur est en vie depuis 21627 jours (35 x 89 jours)
2019

ce qui représente 33,1715% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Sensible et insensible 234



Mathieu Diégèse







Tout semble avoir commencé avec l'immunothérapie allergénique, plus couramment appelée « désensibilisation », qui s'est imposée dans les prescriptions des médecins généralistes après la seconde guerre mondiale et généralisée dans les années 1970, bien qu'elle fût connue et pratiquée dès le début du vingtième siècle. Du point de vue sémantique, on peut s'interroger sur les effets induits d'une désensibilisation à grande échelle de la population. Surtout quand on constate qu'à ses débuts, ce type de traitement ne concernait que l'antique rhume des foins et que depuis, ce type de traitement s'est singulièrement diversifié, si bien que l'on semble découvrir chaque jour de nouvelles substances pouvant déclencher chez l'être humain pourtant « désensibilisé » de nouvelles allergies. Ainsi, désormais, ce ne sont plus seulement les allergies aux acariens, aux pollens, aux poils d'animaux ou encore aux moisissures qui peuvent faire l'objet d'un dépistage et d'un traitement adapté, parfois efficace, mais encore l'allergie à beaucoup d'autres facteurs allergènes, le dépistage en question pouvant devenir de plus en plus sophistiqué jusqu'au point où il semble se substituer au traitement. On a vu des patients en dépistage perpétuel qui étaient pourtant allergiques à toujours plus de substances variées et parfois assez improbables. Il est aussi vrai qu'il y a un marché.

Mais, ceci n'est pas notre propos, qui serait plutôt de déterminer ce que cette vaste opération de « désensibilisation » de la population provoque dans le psychisme collectif de nos sociétés. Remarquons en préambule que cela concerne d'abord les sociétés occidentales en paix et relativement prospères. Le traitement de l'allergie au Yémen, en Syrie ou encore en Afghanistan ne semble pas, curieusement, relever de l'urgence sanitaire. De la même façon, on ne constate la présence d'aucun allergologue spécialisé sur les bateaux qui tentent de sauver des migrants en mer méditerranée.

Mais, rien ne sert d'ironiser. Les patients affectés par des allergies ne font pas semblant de souffrir et celle-ci peut leur gâcher singulièrement la vie. Du seul point de vue épidémiologique, même s'il est difficile de déterminer si les allergies ont décuplé ou si c'est leur diagnostic qui s'est amélioré, remarquons que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) classe la seule rhinite allergique au quatrième rang des maladies chroniques. En 2010, dans le journal Le Figaro, le Docteur François-Bernard Michel, pneumologue à Montpellier et membre de l'Académie nationale de médecine révèle qu'en cinquante ans les rhino-conjonctivites ont été multipliées par cinquante en Languedoc et que les allergies aux arachides chez l'enfant ont été multipliées par trois et demi en seulement dix années, soit de 1997 à 2008. Il semble évident que ces allergies croissent à mesure que l'activité humaine pollue, sinon détruit notre environnement. Cette désensibilisation repose donc sur une sorte de paradoxe qui veut que plus nous sommes insensibles aux conséquences de nos actes sur la planète, plus nous sommes obligés de nous faire désensibiliser. De fait, notre manque de sensibilité impose notre désensibilisation. Le langage, comme toujours, se rebelle et est prompt à pointer les apories.

C'est aussi une facette des enjeux du développement durable qu'il ne faut pas négliger. L'exploitation effrénée des ressources naturelles et la pollution à long terme des éléments ne provoquent évidemment pas seulement le réchauffement climatique que nous connaissons, mais une évolution délétère physique et psychique de notre humanité, ce d'un point de vue collectif, social, mais aussi individuel.

L'allergie est en quelque sorte notre réchauffement climatique personnel et portatif.







page 234
Toute la collection
4e de couverture


Mathieu Diégèse, historien expérimenté, esquisse dans cet ouvrage une brève histoire de la sensibilité et de l'insensibilité à travers les âges en occident. Mais son propos n'est pas seulement historique, il est aussi prophylactique. En effet, la sensibilité, voire l'hypersensibilité ont les honneurs de la société marchande. Il suffit pour s'en convaincre de passer devant la vitrine d'une pharmacie. Il y a sera sans doute question de peaux sensibles... Entrez, vous y trouverez des produits pour toutes les sensibilités... Allez chez votre médecin pour lui demander des protocoles de désensibilisation si, devenus hypersensibles à ceci ou à cela vous avez développé des pathologies mieux connues sous le terme « allergie » ou « intolérance ».
Mathieu Diégèse montre que dans le déplacement des sensibilités au cours du temps, nos sociétés semblent bien privilégier les sensibilités du corps aux sensibilités esthétiques et affectives... Et cela pourrait bien expliquer la vengeance irrémédiable du psychosomatique. De là à nous persuader que nous serions moins allergiques si nous avions le cœur plus sensible, il n'y a qu'un pas. Il vous faudra lire le livre pour savoir si Mathieu Diégèse ose le franchir.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010