Diégèse jeudi 29 août 2019



ce travail est commencé depuis 7181 jours (43 x 167 jours)
et son auteur est en vie depuis 21634 jours (2 x 29 x 373 jours)
2019

ce qui représente 33,1931% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Les Cours d'école 241



Noëmie Diégèse







Dans les années 1960 et sans doute un peu après, les cours des écoles élémentaires étaient aménagées du strict nécessaire pour permettre aux enfants de jouer et à l'institutrice et à l'instituteur, qui n'étaient pas encore professeur.e.s des écoles, d'organiser quelques séances d'activités physiques et sportives, quand il ne pleuvait pas. On y trouvait souvent un panier de basket avec ou sans filet, une vague cage de but qui servait aussi à se suspendre et à toutes sortes de jeux qui n'avaient rien à voir avec les jeux de balle auquel elle semblait destinée.

Il semble évident que les choses ne pouvaient rester en l'état. Tout cet espace, qui, à l'échelle du pays doit représenter des centaines sinon des milliers d'hectares, ne pouvait demeurer longtemps en dehors de la marchandisation. L'espace des cours de récréation a donc été commercialisé par les équipementiers spécialisés.

L'histoire de cette mutation commence par la sécurité. C'était louable et c'était même indispensable. Les équipements pour frustres qu'ils étaient n'en étaient pas moins la source de nombreux accidents, notamment quand leur entretien laissait à désirer. Par ailleurs, la chimie progressait, proposant des sols élastiques pouvant amortir les chutes. Ce type de revêtement envahira les aires de jeu publiques assez rapidement à mesure que les normes officielles se précisaient. Ainsi, de nos jours, la norme « EN 1177 » définit l'épaisseur de la dalle en fonction de la hauteur de la chute critique et s'impose réglementairement pour tout marché public relatif à ce type d'équipement. Cependant, pour risquer de chuter, encore faut-il chuter de quelque part. Les jardins privés s'étant remplis d'accessoires en plastique coloré figurant des cabanes et proposant toboggans et balançoires intégrés, ce type d'équipements était naturellement attendu dans les cours de récréation. Il suffit de parcourir un catalogue qui propose ces aménagements - et ils sont nombreux - pour remarquer que, quelle que soit la marque, l'imaginaire qu'ils suggère est toujours le même. Au-delà des matériaux et du design qui doivent évidemment garantir au maximum la sécurité physique de l'enfant, ce qui s'impose, c'est Blanche-Neige et les sept nains, dans sa version Disney, cela va sans dire. Laissons Blanche-Neige pour le moment, pour tenter de comprendre pourquoi les forces commerciales - on peut dire aussi « le marché » - trouve un intérêt à considérer les enfants comme des nains, les incitant de manière subliminale à se considérer comme tels. Il est admis que l'enfant a envie de grandir, sans doute pour plaire à ses parents, mais aussi pour accroître son autonomie. Leur proposer d'être des adultes de petite taille pourra donc les flatter. Les accoutumer très tôt à un univers de formes et de goût directement connecté à un marché relève de la formation du consommateur, ce que sont les parcs Disney depuis leur création. Il va de soi qu'il s'agit d'un univers commercial occidental présenté comme universel. Le tour est joué.

Si l'on veut se convaincre que d'autres voies sont possibles, il faut, par exemple, aller faire un tour dans les publications de la pédagogie Freinet éditées par L'Institut coopératif de l'École moderne. On y verra que l'aménagement de ces espaces peut aussi échapper au marché, fût-il public.







page 241
Toute la collection
4e de couverture


Nous les avons toutes et tous fréquentées, ou presque. Peut-être y sommes-nous retournés pour aller chercher des enfants, qui ont ensuite grandi, et les ont quittées eux aussi. Nous y retournons parfois, quand elles sont désertées, pour aller, un dimanche voter. Et l'on entendrait presque alors les échos des cris des enfants qui jouent comme si leur vie en dépendait.
Et peut-être d'ailleurs que leur vie en dépend.
Il s'agit bien sûr des cours de récréation des écoles élémentaires, urbaines ou rurales, modernes ou plus traditionnelles.
Noëmie Diégèse s'est lancée dans un périple qui l'a conduite dans de très nombreuses écoles. Elle détaille dans ce livre abondamment illustré comment les cours d'école ont évolué avec le temps, mais aussi comment les enfants se jouent des aménagements qui leur sont proposés et imposés pour créer leur propre espace, qui est bien celui de leur imaginaire.
Voici un livre qui donne envie de retourner à l'école... Car, qu'est-ce en fait qu'une école, sinon des bâtiments où l'on s'abrite pour avoir le droit ensuite d'aller jouer... dans la cour de récré ?
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010