Diégèse jeudi 11 avril 2019



ce travail est commencé depuis 7041 jours (3 x 2347 jours)
et son auteur est en vie depuis 21494 jours (2 x 11 x 977 jours)
2019

ce qui représente 32,7580% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Tout le soleil ne reviendra pas 101



Noëmie Diégèse







Elle prit son cahier, ce même cahier qu'elle traînait sans bien savoir qu'en faire, et d'un seul trait, avant que l'obscurité ne fût complète, elle traça d'une main presque tremblante ces quelques mots, qu'une fois écrits, elle pleura.

À la détresse du faîte
Au plus haut du toit, là-bas
Le miroitement de la vitre
s'est tu désormais
chancelant à l'épuisement du jour.

Et le pin maritime
En son balancement courtois
Quand le vent aussi faiblit
Très doucement, docile
S'assombrit à la nuit.

Qui peut prédire alors
À l'orée de la nuit,
Qu'un autre jour viendra ?
La chaleur en éclat
et la lumière vive.

Reprenant le cours des heures et soudain pressée par le temps, elle se promit de revenir, si jamais lui aussi le soleil revenait, s'asseoir à ce même endroit afin de vérifier si le phénomène se reproduisait encore.




 





page 101
Toute la collection
4ème de couverture


Peu à peu les jours s'assombrissent. Mais, ce n'est pas l'automne. Au contraire, le printemps bat son plein et les douceurs printanières devraient déjà prendre les corps et les sentiments. Pourtant, il n'en est rien. Les jours semblent raccourcir, et même, ils raccourcissent. Les couleurs se ternissent et les reflets dans les miroirs sont de ce grisâtre décrépi qui annonce souvent la mort.
On pense d'abord que le texte de Noëmie Diégèse est une métaphore, et même très certainement une métaphore de la dépression. On pense alors évidemment à la chanson de Barbara « Le Mal de vivre. ». Mais quelques détails font abandonner cette hypothèse et ce texte se fait alors roman policier ou d'anticipation. On se persuade que tout cela n'a rien de psychologique et qu'une puissance étrange détruit véritablement le soleil peu à peu. Puis d'autres suppositions naissent à l'esprit, qui donnent au texte un ressort strictement somatique. C'est de maladie qu'il s'agit, et de maladie grave, voire incurable.
Mais, Noëmie Diégèse nous invite à abandonner toute voie interprétative. La poétesse nous apprend que la métaphore est un vilain défaut et que la forme poétique peut s'exempter d'une telle figure de style. Et c'est même à ce point précis que naît la poésie.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010