Diégèse mercredi 24 avril 2019



ce travail est commencé depuis 7054 jours (2 x 3527 jours)
et son auteur est en vie depuis 21507 jours (3 x 67 x 107 jours)
2019

ce qui représente 32,7986% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Peut-être un roman 114



Mathieu Diégèse







Nous sommes partis le matin, de bon matin, comme pour des vacances. Quand nous sommes sortis de Paris, de son agglomération, de sa banlieue, tu trouvais le paysage poétique. « La poésie, ce serait en somme le langage du réel, en ce qu'il ne peut plus se diviser ou ne s'intéresse pas à se diviser davantage. » Quand nous avons traversé la forêt de Fontainebleau, l'automne a jailli. M'est venu en mémoire ce haïku, que j'ai cité, je crois, déjà : « C'est le soir, l'automne, je pense seulement à mes parents. C'est le soir, l'automne, je pense seulement à mes parents. » Ce n'était pas le soir, mais encore le petit matin, mais, c'est à cela que sert le haïku. Il a la même fonction que le léger « clic » que fait une pièce d'un puzzle quand elle a enfin trouvé sa place. Je me souviens avoir employé au Collège la métaphore du « tilt », ou plutôt celle du « faire tilt ». Ce n'était pas une bonne métaphore. « Le haïku c'est ce qui fait tilt, c'est ce qui fait tilt, dans mon mental, dans mon esprit. » Enfin, je ne sais pas si c'est une bonne métaphore. Si je me réfère au billard électrique que l'on trouve dans les cafés, le « tilt », c'est quand la partie s'arrête, car, le joueur a trop secoué la machine. C'est une sorte de petite mort sans jouissance. Sans quelle jouissance ? Celle du « clac », de la partie gratuite, celle du « same player shoot again ». Mais le « tilt », lui, conduit celui qui fait « tilt » à devoir repayer, relancer, rejouer, mais de manière onéreuse. Cependant, je n'aurais pas pu dire : « Le haïku c'est ce qui fait clic, c'est ce qui fait clic, dans mon mental, dans mon esprit. » Personne n'aurait compris. Mais personne, peut-être n'a compris avec ce que je voulais dire quand j'ai évoqué le « tilt ». J'ai noté ceci dans Le Nouvel Observateur du 2 avril 1973 : « Un peu de douceur, un peu de violence, pas trop, sous peine de déclencher le « tilt », l'arrêt de l'appareil, le néant, la mort. » Ce tilt du flipper est à l'évidence une pratique sado-masochiste.

Nous sommes sortis de la forêt de Fontainebleau. Tu conduis vite. Je soupçonne que c'est pour m'impressionner. Ou alors, c'est pour manifester ta jeunesse. « Tu vois, je suis jeune. » me dis-tu en accélérant, je suis insouciant, rapide, alerte et je fuis l'automne mélancolique de la forêt de Fontainebleau.» Peu importe que ta jeunesse ne signifie rien d'autre que, non pas ma vieillesse, mais, cet impitoyable : « J'ai passé l'âge. » C'est ce qui me vient spontanément à l'esprit au moment où tu accélères encore. « Comme toujours, ce qui est absolument spontané, c'est la culture, ce qui vient d'abord, c'est la culture. » et c'est encore un haïku : « Et qu'est-ce que ma vie, rien de plus que le roseau futile croissant au chaume d'une hutte. » Je décide donc de ne pas te demander de ralentir. Te le demander, ce serait entrer dans ce jeu de la différence d'âge, de jouer à la grande personne et il n'y a rien de moins érotique que de jouer à la grande personne raisonnable, celle qui ne va pas trop vite, et qui surtout, l'avoue. « Il y a un haïku qui dit : rien d'autre aujourd'hui que d'aller dans le printemps, rien de plus ; rien d'autre aujourd'hui que d'aller dans le printemps, rien de plus. » Je peux lui substituer : rien d'autre aujourd'hui que d'aller trop vite sur l'autoroute, rien de plus.








page 114
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010