Diégèse jeudi 5 décembre 2019



ce travail est commencé depuis 7279 jours (29 x 251 jours)
et son auteur est en vie depuis 21732 jours (22 x 3 x 1811 jours)
2019

ce qui représente 33,4944% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Le Miroir inventif 339



Gustav Diégèse







Il n'en demeure pas moins que l'égoportrait trouble son auteur.e et qu'elle le-la trouble, sinon plus, différemment, qu'un portrait pris par une tierce personne. En effet, s'agissant d'un portrait photographique pris par un.e photographe, on peut admettre qu'ils-elles sont trois dans l'affaire du regard : la personne photographiée, la personne photographe et le portrait. Cette triade, comme toute triade, permet de sortir de l'enfermement narcissique puisque je me regarde regardé.e. Donc, je regarde tout aussi bien l'autre que moi-même. En revanche, dans l'égoportrait, combien sont-ils, combien sont-elles ? Serait-ce indécidable ?

Pour autant, ne pourrait-on pas supposer, sinon affirmer, qu'avec l'égoportrait, on rejoint la pratique de l'autoportrait du peintre ou de la peintre ? Dans l'autoportrait peint, qui est le ou la troisième ? Le ou la peintre. Considérons, par exemple, les autoportraits de van Gogh, peintures célèbres parmi les peintures célèbres, qui seraient au nombre de 43 si ne demeurent pas de faux dans la liste  - car, les autoportraits de van Gogh ont inspiré les faussaires à travers le temps. Arrêtons-nous, d'ailleurs, un instant sur ces faux. Au-delà de la tentation d'une juteuse escroquerie, qu'est-ce qui est peint quand un peintre, fût-il un faussaire, peint un autoportrait qui n'est pas le sien ? Il rétablit à l'évidence, en la soulignant, la triade originale qui avait été dissimulée sous le supposé face-à-face du peintre avec lui-même, son modèle. Si l'autoportrait est faux, c'est qu'ils sont bien trois. Mais quand il est vrai, ne sont-ils pas également trois, tout aussi bien.

Dans un article de 2002 intitulé Invention du dessin dans la cure psychanalytique de l'enfant publié dans La Lettre de l'enfance et de l'adolescence (2002/3 n°49, pages 43 à 50, le pédopsychiatre et psychanalyste Tristan Garcia-Fons écrit ceci :

« Ainsi, le dessin vient à la place d’une absence et instaure une « présence ». Mise en acte d’un corps pulsionnel et de ses ressentis, il cherche, dès les premières traces, à figurer un « corps psychique » : il présentifie un « être là » du sujet. L'enfant y inscrit son identité : « Ici je suis. » Le dessin est donc toujours un autoportrait : mon dessin me regarde et je me vois en lui  »

Un peu plus haut, il explique que ce qui est toujours en jeu, c'est le deuil du corps fusionnel avec la mère. On ajoutera donc, que, non seulement, dans cet autoportrait, je regarde moi, mais je regarde moi dessiné par moi. Nous sommes donc bien trois.

Dès lors, où est la trace du ou de la troisième dans le selfie ? Dans le dispositif de diffusion. Le selfie est pour moi comme il est pour l'autre. En publiant un selfie, de fait, je rejoins les autres me regardant. L'autre est donc d'emblée dans l'image, d'où, sans doute, le succès immédiate de cette pratique chez les adolescent.e.s.







page 339
Toute la collection
4e de couverture


Vous en avez peut-être fait l'expérience, et si vous avez moins de trente ans, c'est plus que certain : prendre un « selfie », ou encore ce que les Québécois ont souhaité appelé un « égoportrait » ou une « autophoto », ne démentant ainsi pas leur créativité lexicale. Les plus âgés se souviennent encore du temps où les téléphones pourvus d'un appareil photographique ne possédaient pas cette fonction magique qui permet d'inverser la prise de vue et de se prendre ainsi soi-même. Et ils souviennent aussi du temps où les perches spécifiques pour ces autophotos n'existaient pas encore, non plus que les « applis » qui permettent de retoucher ou d'agrémenter ces images narcissiques. Gustav Diégèse, anthropologue chevronné, étudie cette vague iconique et totémique mondiale et les relations subtiles que cette pratique à l'apparence anodine entretient plus particulièrement avec l'amour, mais aussi avec la mort. Ce « miroir inventif » signerait, selon lui la manifestation d'un changement anthropologique majeur tout en confirmant la permanence des productions culturelles rituelles d'homo sapiens.
Ce livre, écrit dans une langue très claire, a le bonheur d'être accompagné de nombreux exemples iconographiques dont certains, à n'en pas douter, sont déjà anthologiques.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010