Diégèse jeudi 19 décembre 2019



ce travail est commencé depuis 7293 jours (3 x 11 x 13 x 17 jours)
et son auteur est en vie depuis 21746 jours (2 x 83 x 131 jours)
2019

ce qui représente 33,5372% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Plus tard 353



Noëmie Diégèse







C'est la fin. Samantha le sait, le pressent, le ressent, le sent. Elle n'a pas particulièrement mal. D'ailleurs, elle n'a pas mal du tout. Elle est épuisée, dans cet état d'épuisement qu'on ne connaît certainement qu'une seule fois dans sa vie, juste avant que ce ne soit plus la vie. Au bout de son lit, par la fenêtre, elle voit le jardin. Si le lit avait été un peu surélevé, elle aurait mieux vu ce jardin qu'elle aime tant. Mais, elle a sans cesse reporté le jour de commander une estrade qu'elle a pourtant dessinée sur un carnet qu'elle a cependant égaré depuis longtemps. Soudainement, elle sait où se trouve le carnet, mais, cela n'a aucune importance désormais. Qu'elle puisse apercevoir la canopée est une forme de consolation qu'elle accepte.

Elle repense à toutes ces consultations chez des spécialistes supposés devoir soigner son incessante procrastination généralisée. Toutes et tous lui ont parlé de la mort, de la crainte de la mort, affirmant qu'elle remettait au lendemain la moindre chose à faire comme on formule le vœu d'être encore vivant ce même lendemain pour accomplir dans ce temps qui apparaîtrait alors comme un temps « en plus » ce qui pourrait être fait le jour-même. D'autres ont supposé qu'il s'agissait d'une forme de rébellion contre des injonctions subies pendant l'enfance et ont supposé une enfance abusée, maltraitée. D'autres encore lui ont proposé de prendre contact avec des laboratoires de recherche sur le temps. Elle avait pensé lire l'ouvrage du physicien Carlo Rovelli L'Ordre du Temps, attirée par sa présentation sur un site de vente en ligne : « Que reste-t-il de tangible dans ces décombres ? Comment construire une théorie du temps qui colle à notre perception, mais aussi à l'analyse des philosophes et aux fulgurances des poètes ? » La procrastination, pense-t-elle, est une pratique déviante d'un temps qui passe autrement.

Elle a arrêté depuis longtemps de consulter, quand elle a compris qu'il ne s'agissait ni de craindre l'avenir, ni de l'espérer, mais bien d'être dans le temps immobile, ce même temps qui contredit la vie. Ce qu'elle espère dans la mort, c'est de ne plus jamais être confrontée au temps qui passe. Elle ne conçoit pas la mort comme un arrêt, comme une disparition, mais bien comme une fuite en dehors du temps.

Le vent s'est légèrement levé. La canopée s'ébroue, puis se fige.






page 353
Toute la collection
4e de couverture


Personne n'en est vraiment exempt : la procrastination, ou remettre au lendemain ce que l'on pourrait faire le jour-même. Au lendemain... ou aux calendes grecques, ce qui rend alors la date aussi incertaine que celle de la Saint-Glinglin. Personne, donc, n'en est exempt... et surtout pas Samantha qui voit sa procrastination s'amplifier, passant en quelques semaines d'un stade courant, commun, répandu, à un stade pathologique sérieux et franchement invalidant. Le lecteur suit ainsi Samantha dans ce parcours terrifiant d'une procrastination devenue maladive. Comment enrayer cette descente aux enfers du non-faire ?

Noëmie Diégèse sait peindre notre quotidien en en forçant les traits. Ce faisant, elles en décrypte pour nous les ressorts les plus intimes. Nous sommes toutes et tous un peu Samantha... Lisez ce roman. Il pourrait bien vous dissuader de vous laisser trop aller à cette procrastination qu'en fait, certainement, vous chérissez.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010