Diégèse dimanche 10 février 2019



ce travail est commencé depuis 6981 jours (3 x 13 x 179 jours)
et son auteur est en vie depuis 21434 jours (2 x 7 x 1531 jours)
2019

ce qui représente 32,5697% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Pourtant, j'aurais dû savoir 41



Noëmie Diégèse







J'ai rendez-vous dans une heure avec le réalisateur. Mon agent m'a convaincue que je devais y aller et je l'ai écouté. Je vais donc y aller.

Le rendez-vous est dans une heure et cela fait déjà deux heures que je suis au café à côté ; non que je craignais d'être en retard, mais bien pour que ce soit plus difficile chaque minute après chaque minute de ne pas y aller. Je vais bien honorer ce rendez-vous.

Ah non ! Pas cette fichue expression ! D'où sort-elle encore ? Je croyais pourtant l'avoir bien effacée de ma mémoire. Certes, il est devenu un peu suranné d'utiliser l'expression : « honorer un rendez-vous. » Je ne l'utilise d'ordinaire jamais. Et, je sais pourquoi. Cela n'a rien à voir avec le rendez-vous, mais avec le terme. C'est d'ailleurs ce que j'ai dit hier soir au psy. L'association libre a été formelle. Je n'y avais jamais pensé avant. Je croyais n'y avoir jamais pensé. Je croyais même ne pas connaître cette autre expression : « honorer sa femme. »

J'avais bien raison d'avoir gommé de ma conscience cette expression sexiste. Car, quand il s'agit d'honorer un homme, il s'agit alors d'une grâce, d'une flatterie, d'une décoration, de faire preuve de respect et quand il s'agit d'honorer une femme, le dictionnaire est formel, il s'agit de « faire l'amour avec elle. » Il est vrai que sur les blogs chrétiens, l'expression n'est toujours pas frappée de désuétude et qu'elle fonctionne avec une autre expression terrifiante : « le devoir conjugal. » Est-ce que l'on pourra écrire un jour, ou même seulement concevoir le nombre de viols domestiques qui se sont appuyés depuis des siècles et qui continuent de s'appuyer sur la dyade infernale : « honorer sa femme  » ; « devoir conjugal ? » Car, poussons plus loin la logique sémantique : si une femme ne souhaite pas être « honorée, » c'est donc qu'elle n'est pas « honorable. » « Honorée » par quoi ? Par le phallus, évidemment. Et après on s'étonne que les hommes fétichise leur appendice pénien ! Bien sûr, quand on lit les mêmes blogs chrétiens, quand il s'agit pour une femme d'« honorer son mari, » c'est de respect qu'il s'agit et non de coït.

Il en va de même à la forme négative : un homme déshonoré et une femme déshonorée ne renvoient pas au même imaginaire.

Je ne sais pas si je vais aller à ce rendez-vous maintenant que je me suis mis dans l'esprit qu'il s'agissait de l'honorer. Mais bon, j'irai quand-même. Je connais le réalisateur. Il n'a rien à voir avec Weinstein ou d'autres qui « honoraient » les actrices.

C'est bientôt l'heure. J'ai payé le café à l'avance pour pouvoir partir sans retard, sans avoir même à échanger un seul mot avec le serveur. M'étant donné cette liberté, je lui dis en sortant : « merci, bonne journée. »

Je parviens même à lui sourire.







page 41
Toute la collection
4e de couverture


« Je ne sais pas si je pourrais encore jouer l'amour, sur scène ou au cinéma. Je ne me souviens pas de l'amour. Je ne sens plus mon corps. Il y a bien l'esprit, et pourtant ce n'est rien cet esprit si on le considère un instant, c'est encore plus fragile que le corps. Pourtant, j'aurais dû savoir. Mais il y a cet instant, et tout achoppe à cet instant, le scénario, la scène, le souvenir et la mémoire, le paysage et la description du paysage, et toi, et la douceur. »

Noëmie Diégèse publie là l'un de ses plus beaux romans, qui met en scène une comédienne, ni jeune, ni âgée, qui est appelée pour jouer le rôle d'une amoureuse dans un film qui pourrait bien lancer ou relancer sa carrière. Mais, elle sort difficilement d'une rupture cruelle qui l'a conduite en hôpital psychiatrique. Elle s'en est sortie par le refoulement de tout ce qui relève du sentiment amoureux. Elle ne sait plus rien de l'amour. Elle ne peut donc plus jouer l'amour.

Le texte de Noëmie Diégèse, dont le style n'appartient qu'à cette auteure, nous conduit sur la piste de l'amour, tout à la fois victime et criminel, comme dans un thriller haletant. Il faut lire ce livre pour savoir si l'héroïne parviendra ou non à trouver cet éternel coupable.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010