Diégèse mercredi 13 février 2019



ce travail est commencé depuis 6984 jours (23 x 32 x 97 jours)
et son auteur est en vie depuis 21437 jours (13 x 17 x 97 jours)
2019

ce qui représente 32,5792% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Tous les Ponts 44



Daniel Diégèse







Mais que fait le diable avec les ponts, et que font les ponts avec le diable pour que l'on compte, rien qu'en France, près de cent soixante-dix «  ponts du diable. ? » Est-ce ainsi pour conjurer le sort que Jacques Godfrain, en 2003, alors maire de Millau où se construisait le fameux viaduc, a publié un roman recensant les légendes associant les ponts et le malin ? Cette publication romanesque n'aura cependant pas suffi à le maintenir premier magistrat de sa ville, car, en 2008, il aura été battu aux élections municipales. Peut-être était-ce cela, d'ailleurs, que le diable avait demandé pour que la construction du viaduc, prouesse technique saluée mondialement, ne prenne que trois ans après la pose de la première pierre ? S'agirait-il en fait moins du diable que de défier Dieu à travers les lois de la gravitation ?

L'Italie, elle aussi, a ses « ponts du diable. », « Ponti del Diavolo » et ses légendes qui ne cèdent en rien aux légendes françaises. Mais, que faire quand les légendes ont été perdues ? Les réinventer !

À quelques encablures de Venise, se trouve l'île de Torcello. Les touristes la rejoignent pour visiter la cathédrale Santa Maria Assunta, le plus ancien monument de la lagune. Ornée de mosaïques merveilleuses, elle témoigne de la destinée étrange d'une île qui, au dixième siècle, comptait quelques milliers d'habitants, pour n'en compter aujourd'hui que quatorze, à en croire le dernier recensement. On trouve à Torcello un petit pont de rien, semblable à tant de ponts de Venise à peine suffisamment hauts pour laisser passer les gondoles et les bateaux privés. Il enjambe le canal principal de l'île et sa dernière restauration lui a retiré en 2009 son affreux parapet ajouté au dix-neuvième siècle. Les ponts de Venise, à leur origine, n'avaient pas de parapet de parapet, dit-on, et il en reste encore quelques-uns qui défient les normes de sécurité modernes. Ce petit pont, c'est le « pont du diable. » Mais, ce que l'on ne dit pas, c'est que Torcello doit à ce pont son déclin. La légende s'est perdue dans la vase de la lagune, emportée par les fièvres comme les habitants de l'île.

Nous sommes un jour de 1432, à Torcello. Paulo Diavoli va voir l'évêque qui rend la justice sur ce curieux siège de marbre que l'on appelle ici le « trône d'Attila. » Il vient se plaindre que le pont construit deux siècles plus tôt pour permettre de traverser le Canale Maggiore ait été détruit faute d'entretien. Or, ce pont lui raccourcit le chemin pour se rendre chez lui. Mais, l'évêque lui répond qu'il ne peut lui donner droit et reconstruire le pont, car celui-ci deviendrait alors le « pont du diable », du nom du porteur de la supplique. Furieux, Paulo, sans craindre le blasphème, répond à l'évêque qu'il s'adressera donc au diable lui-même puisque les serviteurs de Dieu ne peuvent rien pour lui. Le diable convoqué la nuit même demanda son prix : « si je reconstruis le pont, que me donneras-tu ? » Paulo, toujours sous l'effet de sa colère lui répondit sans trembler : « prends toutes les âmes de Torcello, pourvu que j'ai ce pont. » Le diable n'en demandait pas tant et le pont fut reconstruit dans l'instant... et les âmes de Torcello commencèrent à fuir la malédiction.

Quant à Paulo, il ne profita pas longtemps du pont sans parapet. Un soir où il avait trop bu pour oublier le pacte funeste, il tomba dans le canal. C'est, de fait ce que l'on a cru, puisqu'on n'a jamais retrouvé son corps.








page 44
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010