Diégèse vendredi 15 février 2019



ce travail est commencé depuis 6986 jours (2 x 7 x 499 jours)
et son auteur est en vie depuis 21439 jours (11 x 1949 jours)
2019

ce qui représente 32,5855% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Un Cœur ajouré 46



Mathieu Diégèse







Il faudrait que je retrouve en moi les mécanismes qui, dans l'enfance, ont permis que j'apprenne à lire. Cela semble simple, de prime abord, si simple que, successivement, tous les ministres de l'éducation nationale se sont exprimés à ce sujet en prônant telle ou telle méthode, la fin de l'usage de telle ou telle autre. Ils ont de la chance de savoir aussi précisément ce qui fait qu'un enfant apprend à lire. Ils pourraient alors savoir comment aider un adulte qui a su lire et qui sent que cette compétence l'abandonne inexorablement. J'essaye de me souvenir.

Je pense que quand j'étais enfant, on essayait de me faire reconnaître des mots dont je connaissais déjà le sens en commençant par des mots dont la graphie ne démentait pas la prononciation, ce qui arrive souvent dans la langue française qui abonde en lettres muettes ou redoublées. Il n'est d'ailleurs pas si facile d'en trouver. Je ne sais pas pourquoi c'est le mot « poule » qui me vient en premier à l'esprit. Il est cependant peu probable qu'il arrive en premier dans une leçon de lecture : le son « ou », qui est un son voyelle est déjà doté d'une graphie complexe. Les voyelles... Je pourrais reprendre le poème de Rimbaud : « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, / Je dirai quelque jour vos naissances latentes : / A, noir corset velu des mouches éclatantes / Qui bombinent autour des puanteurs cruelles. » Mais Rimbaud ne m'apprendra rien du « ou » de « poule. » Il ne m'apprendra rien non plus du « an » qui va tour à tour s'écrire aussi bien « en » que « am » ou « em. » Et je vais ensuite me heurter au « singe impossible qui mange du pain dans la peinture, » phrase absurde qui n'a que le privilège de présenter quatre graphies différentes du même son lui aussi voyelle. Je le laisse deviner.

Non, ce n'est pas comme cela que je vais retrouver la lecture.

Quand j'ai pensé tout à l'heure à « poule, » je n'ai pas pensé à une poule vivante, qui courrait dans la basse-cour avec un coq et des poussins. J'ai pensé précisément à l'image d'une poule et plus précisément encore à un dessin de poule tel qu'on pouvait en voir quand j'étais petit sur des affiches placardées aux murs de la classe de l'école primaire et supposées nous aider à apprendre à lire. Ce dessin de poule était en lui-même la trace d'un pays très rural où il s'agissait de monter aux enfants des éléments de leur environnement immédiat, qui ne pouvait donc être que celui de la ferme. Je me demande depuis combien de temps je n'ai pas vu de poule vivante. Et encore, je crois bien en avoir vu dans ma vie, ce qui ne doit pas être le cas de nombreux enfants d'aujourd'hui et ce qui n'était sans doute déjà pas le cas quand j'étais enfant.

Non, décidément, ce n'est pas avec le mot « poule » que j'apprendrai à lire ou à relire.







page 46
Toute la collection
4e de couverture


À la suite d'une immense peine qui ne sera jamais évoquée que par bribes, Adam a été hospitalisé pour une grave dépression. Sorti quelques semaines plus tard, il a d'abord caché le trouble qui était apparu pendant cette hospitalisation et qu'il avait imputé aux médicaments. Mais il a arrêté les médicaments et le trouble demeure. Désespéré, il consulte et le diagnostic tombe : aphasie. L'aphasie est connue pour être un trouble de la parole, mais, l'aphasie d'Adam n'est pas un trouble de la parole mais un trouble de la lecture. Adam ne sait plus lire. Il ne sait plus rien lire.
Toi, tu m'écris des mots qui soudain n'ont plus de sens, grand sens, et qui s'éparpillent. Parfois le soir, des visions indistinctes peuvent un peu m'effrayer. Je sais pourtant que l'image des mots est en moi et en moi seulement. Tous ces fantômes bienveillants les entouraient en vain. Je vais essayer de voir la vie avec un cœur ajouré.
Le diagnostic étant posé, Adam décide de militer au sein d'une association qui aide les personnes aphasiques.
Le dernier roman de Mathieu Diégèse nous guide dans le monde étrange des personnes aphasiques, et c'est passionnant. Il invite ainsi à un déplacement de la perception et à de multiples jeux de rôle. « Et si cela m'arrivait ? » se surprend-on à penser souvent... Un livre à lire absolument pour découvrir d'autres formes de différences.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010