Diégèse samedi 16 février 2019



ce travail est commencé depuis 6987 jours (3 x 17 x 137 jours)
et son auteur est en vie depuis 21440 jours (26 x 5 x 67 jours)
2019

ce qui représente 32,5886% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




L'Imposteur
au bord du lac de Côme
47



Gustav Diégèse







Message 47

J'invente avec un certain succès une étude sur l'urbanisme du Caire. Il y a pourtant une opposition évidente entre les termes. Le Caire est de ces villes qui sont rétives à l'urbanisme. Depuis la révolution industrielle et cette manie de vouloir tout planifier, on a inventé peu à peu cette discipline honnie, qui, en plus d'un siècle a surtout montré sa capacité à échouer dans tout ce qu'elle a entrepris. On pourrait même admettre, avec un peu de courage et de lucidité qu'il n'y a pas pire ennemi des villes que les urbanistes. Mon étude sur l'urbanisme du Caire va tenter de le démontrer. Je vais inventer une méthode qui sera ensuite applicable aux autres villes ; même aux villes dont on dit habituellement qu'elles ont un urbanisme « maîtrisé. »

Prenons Paris, par exemple. On s'acharne à considérer que le baron Haussmann a considérablement amélioré Paris. C'est évidemment une absurdité. Comme dans les autres villes où il a sévi, le plan et le bâti haussmanniens sont des échecs patents. Il suffit pour s'en convaincre de circuler autour de la Madeleine, de considérer ces grands appartements destinés à la bourgeoisie et qui sont désormais vides. Haussmann : ce sont des milliers et des milliers de mètres carrés qui ont durablement échappé à l'habitat. Il y a aussi celui qui voulait être le Haussmann du vingtième siècle : le dit « Le Corbusier. » On doit pouvoir trouver son vrai nom quelque part. Si l'on considère honnêtement sa conception de la ville et de la vie en ville, on plonge immédiatement dans un monde aussi surveillé et totalitaire que ceux inventés par Huxley. La ville de Le Corbusier ne vaut que pour « Le Meilleur des mondes. »

Quand je n'écris pas sur Le Caire, je choisis un point de vue en surplomb sur les villages italiens qui n'ont jamais eu à souffrir de cette guigne de l'urbanisme. J'y vois les familles qui se sont serrées les unes contre les autres, ménageant l'espace, la lumière, les ressources. Elles ont peu à peu apporter le confort, l'eau courante et l'électricité. J'y vois la durabilité des matériaux, l'unité des tons et des couleurs. Et puis mon regard s'évade vers leur périphérie. Je ne vois plus alors que la laideur et le chaos du commerce.






page 47
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010