Diégèse mardi 19 février 2019



ce travail est commencé depuis 6990 jours (2 x 3 x 5 x 233 jours)
et son auteur est en vie depuis 21443 jours (41 x 523 jours)
2019

ce qui représente 32,5981% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Dialoguer avec le souvenir 50



Mathieu Diégèse







Le cas de Madame M.

Madame M. m'est envoyée en consultation par une consœur généraliste. Elle ne se sent pas déprimée et ne présente pas de symptôme particulier si ce n'est celui qu'elle résume par : « je ne vois plus rien. » Il n'est pas ici question d'ophtalmologie et la vision de Madame M., bien que corrigée par des lentilles, est excellente. Madame M. a 42 ans. Elle est divorcée depuis 5 ans et n'a pas d'enfant.

Madame M. : « je ne vois plus rien. Dans la vie de tous les jours, quand il s'agit des trajets quotidiens pour aller au travail et en revenir, pour aller faire des courses dans le quartier, cela ne me gêne pas vraiment. Vous savez, un peu comme les acouphènes que l'on n'entend vraiment que si l'on y pense. Je n'y pense pas, donc, ça ne me gêne pas. Cela ne veut pas dire que ce n'est pas présent, mais ça ne me gêne pas, ou pas beaucoup. Le pire, c'est pendant les vacances, au point que je n'ose plus sortir de chez moi, ni, surtout, partir à la campagne, à la montagne, à la mer, en France et à l'étranger. Au début, je suis partie une fois en Italie. J'avais lu quelque part que les symptômes de ce genre disparaissent parfois quand on passe la frontière. Mais, ça n'a rien changé. Au contraire. Je ne voyais rien. Vraiment rien. Je sais que je ne suis pas claire, mais je n'arrive pas à dire autre chose que cela. Je ne vois rien. Je vais essayer de m'expliquer. À la montagne, souvent, il y a des belvédères qui sont signalés parce qu'ils offrent un point de vue remarquable sur le paysage. Ce sont des buts de promenade très prisés. Si je vais sur un belvédère et que je regarde le paysage, moi, je ne vois rien. Non seulement, je ne vois rien d'intéressant, mais je ne vois rien du tout. Cela me fait penser à un tiroir de la cuisine. Imaginez que je cherche une clé que j'ai égarée. J'ouvre le tiroir. Je vois des cuillères, des fourchettes, des couteaux et d'autres ustensiles, mais pas de clé. Je referme alors le tiroir et, malgré tout ce que j'ai vu dans le tiroir, je peux me dire : je ne vois rien. Et bien c'est pareil avec les paysages. Je vois les arbres, la montagne, les escarpements, la vallée en bas, le ciel et ses nuages, et tout un tas de détails pittoresques. Mais, il n'y a pas la clé. Mais, contrairement à l'histoire du tiroir de la cuisine, quand je regarde un paysage, je ne cherche pas de clé. Je n'ai pas l'impression que je cherche quelque chose. Je n'ai même pas l'impression que quelque chose me manque. »

Je reçois deux fois par semaine Madame M. et lui prescrit aussi un antidépresseur. Il me semble en effet que son trouble peut venir de la dépression ou bien venir aggraver une dépression. Après plusieurs mois, elle parvient à préciser son symptôme qui, cependant, demeure.

Madame M. : « je ne vois plus rien, mais, je regarde. Je regarde même intensément, fixement, au point de pouvoir faire peur, au point de me faire peur. Mon problème n'est pas celui de mon regard. Mon problème n'est pas dans le voir non plus. Ce qui se passe, c'est que ce que je vois ne me dit rien. »







page 50
Toute la collection
4e de couverture


Qu'est-ce que le souvenir ? La question est simple en apparence, et la réponse complexe. En effet, le souvenir n'est pas la mémoire, avec qui on le confond parfois. On peut d'ailleurs imaginer quelqu'un avec beaucoup de mémoire et sans souvenirs. Car, les souvenirs sont ce qui construit, jour après jour, notre identité. Nous sommes nos souvenirs. Et Freud a montré que nous sommes aussi nos souvenirs inconscients. La mémoire est la capacité que nous avons de les rappeler.
On accepte d'ordinaire d'être un personnage à la condition de pouvoir être le personnage principal du récit sans trame que construit l'imaginaire...
Dans son dernier ouvrage Dialoguer avec les souvenirs, Mathieu Diégèse, neurologue et psychiatre, montre que, non seulement le souvenir est un récit, ce qui avait déjà été décrit, mais qu'il est aussi un dialogue. On n'a pas de souvenir sans autrui. Cet autrui peut être imaginaire. Il peut aussi être dédoublement de soi. Mais il y a toujours supposition de l'autre. Le souvenir est ainsi un récit dialogué, c'est un scénario. Les nouvelles pratiques du souvenir chez les touristes, et notamment celle du selfie ne disent pas autre chose. Le monde devient décor d'un film dont je suis, en gros plan, le personnage principal.
On aimerait lire plus souvent des ouvrages savants aussi drôles et sympathiques. Mathieu Diégèse nous emmène comblés dans les méandres du souvenir et son livre se lit comme un roman. Un roman dont on est, bien malgré soi, le personnage principal.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010