Diégèse jeudi 3 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6943 jours (53 x 131 jours)
et son auteur est en vie depuis 21396 jours (22 x 3 x 1783 jours)
2019

ce qui représente 32,4500% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Pas de « caucus » à Marseille 3



Gustav Diégèse

Pas de « caucus » à Marseille



J'ai eu mon premier rendez-vous. Cela n'a pas été très long.
Je ne savais pas que la rue Consolat était si longue. J'aurais dû la prendre par la rue Espérandieu plutôt que par la Canebière. Je m'étais pourtant interdit d'être aussi sensible aux toponymes. Mais là, je ne pouvais pas  : Consolat, Espérandieu. C'en était trop.
Il pleuvait. C'est incroyable comme la pluie agite Marseille. La ville traverse alors la Méditerranée et Marseille sous la pluie est une ville africaine sous la pluie. Sauf, rue Consolat. La rue Consolat sous la pluie est la rue Consolat sous la pluie, ni africaine, ni provençale, ni même particulièrement française, triste, abominablement triste. Tout en haut, il y a la grosse meringue du Palais Longchamp, qui pourrait fondre sous la pluie.

Toute la rue sous la pluie pour rien, ou presque. Le type n'avait pas ce que je cherchais. Il croyait l'avoir, mais c'était le genre à se faire rouler depuis la naissance.
Je suis reparti. Il y a encore plus triste que la rue Consolat, il y a le boulevard de La Libération. J'ai pris le boulevard de La Libération. Il continuait de pleuvoir.
Je loge sur le Vieux-Port. Cela m'a semblé le plus simple pour circuler sans me faire remarquer. C'est cette sorte d'endroit où même un miracle, un vrai, un canonique, passerait inaperçu. Même la Cour des miracles ressemblerait à un jardin d'enfants. Il y a beaucoup de touristes, mais les touristes sont en couverture. En écartant les touristes, la vie véritable du Vieux-Port devient de nouveau bien visible. La nuit, il y a  le bruit rassurant des engins de nettoyage. Ils ne nettoient que le pavé.
Je n'aurai mon deuxième rendez-vous que demain. Ce sera long ici sous la pluie jusqu'à demain. Je ne vais quand même pas aller à La Vieille Charité. Rien que le nom me déprime. Je vais rester à regarder la pluie sur le port. Il n'y a pour moi rien de mieux à faire.



 

page 3
Toute la collection
4ème de couverture


Pas de « caucus » à Marseille : le titre résonne comme celui d'un roman noir... Ce n'est que le début. Dans un récit endiablé au cœur de la cité phocéenne, l'auteur improvise une foule de récits, tantôt drôles et tantôt effrayants, quelques histoires d'amour et quelques mauvais coups.

Gustav Diégèse, avec ce roman hors norme, signe l'un de ses plus beaux textes. Celui que l'on avait connu jadis étoile montante du cinéma et du théâtre se révèle un écrivain très convaincant.

« Il était une fois ton souvenir dans une ville rendue au calme, ton souvenir que je n'attendais pas. » Mais la ville n'est jamais rendue au calme et le souvenir se dérobe toujours.

Voici un livre qu'il ne faut pas manquer.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010