Diégèse mardi 15 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6955 jours (5 x 13 x 107 jours)
et son auteur est en vie depuis 21408 jours (25 x 3 x 223 jours)
2019

ce qui représente 32,4879% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Pour autant
je suis la même personne ?
15




Gustav Diégèse







Sur cette photographie, j'ai dix ans. C'est l'été, la fin de l'année scolaire. C'est la fête des écoles. Tous les enfants ont préparé des jeux et des chorégraphies pendant des semaines. Combien y a-t-il d'enfants rassemblés dans le stade de la ville. Dans mon souvenir, ils sont des milliers. Peut-être d'ailleurs sont-ils des milliers. C'est indécidable désormais sauf à engager de fastidieuses recherches. Admettons que les enfants dans le stade sont très nombreux. Tous les enfants portent un uniforme pour effectuer les mouvements synchronisés qu'on leur demande. C'est le début des années 1970. Dans beaucoup d'autres villes, on ne pratique plus ces manifestations qui semblent désormais politiquement suspectes. Mais, dans cette ville, on vit encore dans les années 1950, alors, on continue. On continue peut-être jusqu'à aujourd'hui. Je n'ai pas vérifié. Donc, il y a ces milliers d'enfants vêtus d'un uniforme et je suis l'un de ces enfants.

La presse locale  couvre l'événement. Il y a une femme reporter avec un appareil photo impressionnant. Elle me paraît très âgée. J'imagine qu'elle était journaliste pendant la guerre, qu'elle a survécu à la barbarie nazie, qu'elle a valeureusement documenté les actions des résistants du maquis. Je ne sais pas très bien de quel maquis. Je ne suis pas certain qu'il s'agissait bien de maquis pour les résistants qui agissaient en ville. Mais peu importe. Cette femme est pour moi grand-reporter de guerre. Ce qu'elle écrit et ce qu'elle photographie relève donc nécessairement de l'héroïsme.
Parmi ces milliers d'enfants, je suis celui qu'elle a photographié, brandissant un cerceau. Je suis celui qui était dans le journal local du lendemain à la page consacrée à la fête des écoles de la ville. Ma mère et mon père sont très fiers. Mon maître d'école a placardé l'article avec la photographie sur le mur de la classe. Je suis vaguement gêné. Ou bien, je fais semblant.
Pourquoi moi ?
Ce n'était évidemment pas un hasard. Je n'avais pourtant pas joué des coudes pour me trouver au bon endroit au bon moment, comme ces badauds qui se pressent, lors d'un direct, derrière les caméras de télévision, espérant voir le soir leur trombine au journal télévisé. Dès l'enfance, je n'aurais su me livrer à ce genre de facéties vulgaires. Je vais avouer ici ce que j'avais fait. Avant la cérémonie, j'étais allé la voir, la connaissant pour l'avoir déjà vue travailler lors de diverses cérémonies locales. Je lui avais parlé, l'interrogeant sur son métier et réalisant une sorte d'interview, ce qu'elle avait remarqué, me demandant alors ce que je voulais faire quand je serais grand. Je lui avais répondu que je voulais être journaliste comme elle. Cela l'avait fait rire. Ainsi, dans cette foule de milliers d'enfants, j'étais devenu celui qui serait journaliste, mais, en outre, journaliste comme elle. J'étais devenu l'enfant le plus proche, l'enfant identifié. Et c'est donc moi qu'elle avait photographié. Ce n'était pas très difficile. J'utiliserai dans ma vie de nombreuses fois le même stratagème, quand bien même il s'agirait ensuite de médias et de journalistes plus prestigieux.







page 15
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010