Diégèse mercredi 16 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6956 jours (22 x 37 x 47 jours)
et son auteur est en vie depuis 21409 jours (79 x 271 jours)
2019

ce qui représente 32,4910% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




La Fabrique des souvenirs 16




Daniel Diégèse






Nous nous représentons le souvenir - et sans doute faudrait-il écrire toujours : les souvenirs - comme les livres d'une bibliothèque. Ce n'est pas une si mauvaise représentation. Mais, il faut aller plus loin, car, il faut alors aussi savoir si cette bibliothèque contient bien tous les livres de notre vie ou non. Celles et ceux qui ont une grande bibliothèque savent que, aussi bien tenue soit-elle, certains livres sont moins facilement accessibles que d'autres et que ce sont ceux-ci qui ont tendance à se couvrir de poussière. Tout en haut d'une étagère qui paraît immense à notre petitesse, ils se confondraient presque. On distingue parfois encore des séries. Cette représentation d'une bibliothèque complète s'oppose à celle d'une bibliothèque « désherbée. » Des livres manquent, car, jugés inutiles. L'opération menée par les bibliothécaires se débarrassant de livres obsolètes est appelée : désherbage. On ne se souvient pas des détails, on les a enlevés... Encore faut-il savoir où on les a mis ? Sont-ils partis à la benne, à jamais inaccessibles ? Ou bien encore, sont-ils à la cave ou au grenier, et l'on pourrait alors au prix d'un travail patient les retrouver ? Cela est assez indécidable. Mais, ce qu'il faut retenir, c'est que cette représentation de la bibliothèque de souvenirs repose, qu'elle soit complète ou non, sur une représentation linéaire du temps. Il y aurait le présent, ce point qui se déplace sur un axe qui serait l'axe du temps. Le présent y est entouré du passé et du futur. Le futur, ce seraient les étagères vides que le temps qui passe, l'ayant transformé en passé, se chargera de remplir de souvenirs. Or, cette représentation du temps, commode pour la vie courante, connaître les horaires d'un magasin ou donner rendez-vous à quelqu'un, est puissamment contestée par de nombreux philosophes, et notamment, encore assez proche de nous, par Henri Bergson. Il faut lire pour s'en convaincre cet ouvrage incomparable qui rassemble des conférences données par l'immense philosophe entre 1903 et 1923 : La Pensée et le mouvant. Dès la première partie de l'introduction intitulée Croissance de la vérité. Mouvement rétrograde du vrai. Bergson, si vous me passez cette expression, « annonce la couleur. » Qu'on en juge :

« Nous savions bien, depuis nos années de collège, que la durée se mesure par la trajectoire d'un mobile et que le temps mathématique est une ligne ; mais nous n'avions pas encore remarqué que cette opération tranche radicalement sur toutes les autres opérations de mesure, car elle ne s'accomplit pas sur un aspect ou sur un effet représentatif de ce qu'on veut mesurer, mais sur quelque chose qui l'exclut. La ligne qu'on mesure est immobile, le temps est mobilité. La ligne est du tout fait, le temps est ce qui se fait, et même ce qui fait que tout se fait. Jamais la mesure du temps ne porte sur la durée en tant que durée ; on compte seulement un certain nombre d'extrémités d'intervalles ou de moments, c'est-à-dire, en somme, des arrêts virtuels du temps. Poser qu'un événement se produira au bout d'un temps t, c'est simplement exprimer qu'on aura compté, d'ici là, un nombre t de simultanéités d'un certain genre. Entre les simultanéités se passera tout ce qu'on voudra.* »

Voici en quelque sorte un condensé de Bergson qu'il nous faudra déplier ici.





page 16
Toute la collection
4ème de couverture
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010