Diégèse samedi 19 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6959 jours (6959 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 21412 jours (22 x 53 x 101 jours)
2019

ce qui représente 32,5005% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Théophanie 19




Gustav Diégèse







Considérons l'expérience du feu tricolore de signalisation. C'est désormais une expérience quasiment universelle. Le rouge signifie une interdiction de passer, le vert une autorisation, quand l'orange indique, en France, le prochain passage au rouge, et, dans certains pays, le passage au rouge ou au vert. On attend le vert pour passer. Le piéton attend le rouge des véhicules pour passer, ou encore le petit bonhomme vert qui le concerne spécifiquement. On attend l'orange, en Angleterre, pour se préparer à passer ou à s'arrêter. L'attente dure plus ou moins longtemps selon le réglage de la circulation. Un trajet urbain va pouvoir multiplier et diversifier cette expérience de l'attente du changement de couleur d'un panneau de signalisation. Que se passe-t-il alors ? Qu'est-ce qui dure ? Le rouge et le vert. L'orange ne dure pas. On ne fait pas l'expérience de la durée de l'orange, qui dure pourtant. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas d'attente de l'orange, sauf par quelque jeu pervers. Personne ne se dit : tiens, je vais attendre l'orange.


On pourrait dès lors tenter de poser un premier principe : il n'y a pas attente sans durée, et, tout autant, il n'y a pas durée sans attente. Cette expérience du feu tricolore est intéressante car elle ne laisse pas, dans la très grande majorité des cas, car l'attente n'est pas déçue, on attend quelque chose qui va advenir. On sait que cela va advenir et l'on attend quand même. On attend.


Examinons maintenant la qualité de cette attente et la perception du temps qui passe pendant ce laps de temps. On constate que cette perception contredit le temps d'horloge puisque, à mesure que le temps passe, et l'on suppose qu'il passe de manière uniforme, pour celui ou celle qui attend, le temps ralentit. La seconde qui précède le passage au vert est ainsi, admettons-le, beaucoup plus longue que la première seconde qui succède au passage au rouge. Le contraste entre la durée de cette dernière seconde et le surgissement prévu mais imprévu du vert est une expérience que l'on pourrait qualifier d'épiphanique.








page 19
Toute la collection
4e de couverture


Si nous connaissons l'épiphanie, qui nous apporte la galette des rois, et, pour les plus chanceux, la fève, nous sommes moins familiers de la théophanie, que les Chrétiens orthodoxes fêtent chaque année le 19 janvier. En Russie, les plus courageux se plongent entièrement dans l'eau glacée pour rappeler et revivre le baptême de Jésus.
Mais, le récit de Gustav Diégèse qui prend pour titre Théophanie, n'est ni un traité de théologie, ni un récit de voyage en Russie un hiver. Ce texte est la dissection patiente de ce qui se passe en nous quand on attend quelqu'un qui soudain apparaît.
L'attente est ainsi un récit d'anticipation.
Voilà qui peut sembler bien banal et bien ténu pour un livre. Au contraire, ce qui est passionnant, c'est justement que chacune, chacun, a déjà fait cette expérience, et la fait parfois plusieurs fois par jour. Car, il ne s'agit pas pour l'auteur de se cantonner aux grandes attentes, celles de la mère, ou celles de l'être aimé. Ce qu'il tente de montrer, c'est que toutes les attentes, et tous les événements qui viennent rompre l'attente, se valent et que ce qui se révèle en nous à ce moment précis est bien mystérieux.
Théophanie est donc un récit tout à la fois modeste et d'une ambition terrible. Un moment de pure poésie.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010