Diégèse dimanche 27 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6967 jours (6967 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 21420 jours (22 x 32 x 5 x 7 x 17 jours)
2019

ce qui représente 32,5257% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Ma Source 27



Gustav Diégèse







Une fois la voiture laissée sur le parking encombré, il fallait passer une chicane qui supposée empêcher, un temps, les véhicules de passer. C'était une chicane si chicaneuse que même les vélos ne devaient pas pouvoir la franchir. Alors, les vélos se sont frayé d'autres chemins traçant dans la lande une ligne sinueuse qui évitait les bancs de sable pouvant ralentir leur progression. Un peu plus loin sur la droite, ce sont les parents avec des poussettes tout-terrain qui eux aussi contournaient la chicane, cyclistes traînant de drôles de petites remorques emportant une marmaille émerveillée s'amusant à transformer leur père ou leur mère en cochers infatigables.

Je n'avais pas contourné la chicane, ne portant qu'un sac à dos de dimensions modestes qui n'accueillait même pas le drap de bain roulé sous mon bras. Je savais exactement à quel endroit quitter le chemin pour rejoindre sur la droite une plateforme protégée du vent où je pourrais lire avant que le soleil, trop chaud, ne me chassât vers les vagues. Je ne savais pas encore que ce jour-là je n'y serais pas seul.

Une fois la voiture laissée sur le parking toujours aussi encombré, je remarque que la chicane en métal rouillé a laissé place désormais à une autre chicane formée de pierres disposées en une barricade ajourée. Mais, ces nouveaux obstacles n'ont en rien modifié les deux autres cheminements qui sont, tels que les nomment les urbanistes, des lignes de désir. Je ne suivrai mon ancienne ligne de désir et je contournerai la chicane pour emprunter la voie de gauche. J'irai directement jusqu'à la mer. Quelques parasols auront décidé d'affronter le vent. Je m'éloignerai aussi loin que je pourrai de la plateforme protégée du vent. D'ailleurs mon livre électronique, étanche, et qui permet de lire par n'importe quel temps, quelle que soit la luminosité, ne craint plus le vent. Il est dans mon sac à dos, plus volumineux, car il accueille sans difficulté un drap de bain. Roulé sous mon bras, je porte un tapis de sol. Sur la plage, je sais déjà qu'aujourd'hui, je serai seul.







page 27
Toute la collection
4ème de couverture


Gustav Diégèse signe là des confidences, mais ces confidences ne sont pas de celles que l'on trouve dans les magazines qui vendent les supposées confidences de personnes plus ou moins célèbres. Les confidences de l'auteur sont en effet des confidences ténues, des confidences sensibles. L'autobiographie se fait l'écriture poétique et tendre d'impressions et ces impressions sont universelles.

La beauté du pays, sans partage, sans partage avec toi, m'épuise doucement.

Ma Source fait ainsi référence au terme arabe qui signifie tout à la fois « source » et « œil ». Car, nous sommes l'amalgame de rencontres amoureuses et de paysages et dans le souvenir, parfois, dans le paysage, l'être aimé, et disparu, se dilue.

C'est le soir maintenant. Le soir est notre vérité d'homme.

Et l'on se prend à rêver de magazines qui livreraient de telles confidences sensibles qui vous montreront parfois le chemin des larmes.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010