Diégèse lundi 28 janvier 2019



ce travail est commencé depuis 6968 jours (23 x 13 x 67 jours)
et son auteur est en vie depuis 21421 jours (31 x 691 jours)
2019

ce qui représente 32,5288% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Le Bruit de dehors 28



Daniel Diégèse







Il est 7h04. C'est mercredi. J'attends.

Il est 7h05. Le claquement se produit. Il y a du métal. La résonance du métal est facilement reconnaissable et assez difficilement imitable.

Il est 7h05. C'est vendredi. Hier, rien ne s'est produit. Il faudra que je pense à vérifier jeudi prochain s'ils se produit quelque chose et, s'il ne se produit rien, je pourrai presque en conclure que le bruit ne se produit pas le jeudi. Le claquement ne se produit pas.

Il est 8h03. Le claquement se produit. Le même claquement. Ce n'est donc pas un bruit commandé par une centrale automatique. C'est une personne humaine qui le produit. Ce n'est pas tous les jours. Et ce n'est pas toujours à la même heure. Mais, pour l'instant, c'est toujours le matin. Cela ressemble à une porte de garage métallique que l'on referme en la laissant jouer sur ses gonds. Mais alors, je devrais l'entendre aussi le soir, quand la personne qui ferme cette porte après avoir sorti son véhicule, rentre son véhicule et la referme encore. Mais je n'ai jamais entendu ce claquement le soir. Jamais, jusqu'à présent.

Il est 9h02, c'est samedi. J'ai de la visite. Je n'ai pas entendu le claquement ce matin. Je l'entends soudain, mais très atténué, très lointain. Ce n'est peut-être pas le même bruit. Je demande à mon visiteur s'il a remarqué quelque chose. Il n'a rien remarqué. Il me dit qu'il s'agit certainement d'un camion-poubelle. Je ne le pense pas. Le bruit des poubelles en plastique qu retombent vides sur le sol est très différent du claquement matinal qui m'intrigue.

Il est 8h02, c'est dimanche. J'entends le claquement. Très fort cette fois-ci. L'infirmier vient de rentrer dans la chambre. Je lui demande ce que ça peut bien être. Il me répond qu'il n'a rien entendu. Je pense que je commence à m'approcher de la réponse que je cherche. Le bruit est bien réel puisque je l'entends.







page 28
Toute la collection
4ème de couverture


C'était en janvier, le 28 janvier que les bruits ont commencé. C'est exactement ce jour. Au début, il n'y a pas prêté attention. Et puis, il s'est demandé ce qu'étaient ces bruits; comme des claquements de porte, qui revenaient chaque matin. « ... mais il me semble pourtant encore et je ne peux m'empêcher de croire que les choses corporelles, dont la pensée forme les images et que les sens eux-mêmes explorent, sont beaucoup plus distinctement connues que ce je ne sais quoi de mon être qui ne tombe pas sous l'imagination ... » écrit Descartes dans Les Méditations métaphysiques. A-t-il raison ou tort ?

Daniel Diégèse, dans ce dernier récit philosophique n'aura pas la prétention de donner la réponse. En tout cas, pas une réponse définitive. Le narrateur de ce texte étonnant est immobilisé et il entend des bruits. Il ne peut pas savoir si ces bruits proviennent du dehors ou s'ils sont produits par sa maladie, qui, justement, modifie sa perception. Il en tire alors une méditation sur la réalité, le sens et l'identité qui font vaciller la sûreté même de la pensée cartésienne.
Cette lecture, à faire de préférence, d'une seule traite, dans la clôture d'une chambre, pourrait bien modifier durablement quelques-unes de vos certitudes les plus élémentaires.
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010