Diégèse mercredi 3 juillet 2019



ce travail est commencé depuis 7124 jours (22 x 13 x 137 jours)
et son auteur est en vie depuis 21577 jours (21577 = nombre premier)
2019

ce qui représente 33,0166% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain




Une Influence décisive 184



Daniel Diégèse







Face à l'urgence, la Présidente demande à sa directrice de Cabinet d'appeler le dirigeant de l'agence-conseil qui a accompagné le processus de nomination des ministres par tirage au sort. Il commence à y avoir des incendies médiatiques partout et elle veut avoir son diagnostic. Le dirigeant en question est évidemment le Président-fondateur, personnalité bien connue des médias et des lobbyistes pour avoir ses entrées à l'Élysée depuis la création de la Cinquième République ou presque. Il a d'ailleurs connu la Présidente au tout début de sa carrière politique, quand elle était chargée de mission au Cabinet du ministre de l'environnement, repérée très tôt par un ponte d'une loge en vue, qui connaissait son père, qui y officiait.
On prévient la Présidente dès qu'il arrive. Elle sait qu'il déteste qu'elle le fasse attendre, considérant qu'un vieux monsieur comme lui ne doit pas encore subir l'épreuve de l'antichambre. Il y avait pourtant attendu, dans ce palais de l'Élysée... des heures même, mais il était jeune encore et le Président qu'il attendait était François Mitterrand. À chaque élection, il attendait un peu moins. C'est avec Nicolas Sarkozy qu'il a attendu le moins. Celui-ci était tellement heureux de recevoir quelqu'un qui avait été visiteur du soir chez Mitterrand, qu'il sortait en trombe de son bureau dès qu'il était annoncé. Il lui était aussi reconnaissant de l'avoir choisi contre Ségolène Royal, alors que jusque là, il était plutôt considéré comme un homme de gauche. Mais, Ségolène Royal l'avait fait attendre un jour, pendant une heure, ce qui lui avait en tout point paru inacceptable. Hollande ne l'avait jamais fait attendre plus de cinq minutes. Il faut dire qu'il lui avait sauvé la mise plusieurs fois quand il était encore Premier Secrétaire du Parti socialiste. Macron lui avait donné des assurances sur son influence préservée dès les premiers jours de son mandat en lui accordant un rendez-vous. Mais, en fait, le signal positif avait été donné dès le soir de l'élection présidentielle quand le jeune Président avait répondu à un message électronique au vieux conseiller des princes. Il n'était d'ailleurs pas pour rien dans l'invention du « nouveau monde », lui qui était l'expert reconnu de l'ancien. Car, il était en fait un expert en façadisme inversé. On sait que le façadisme est cette manière de construire des immeubles neufs tout en gardant la façade qui donne sur rue, ce, à des fins patrimoniales. Lui, faisait, s'agissant de la politique, exactement le contraire. Il proposait au pouvoir de changer la façade tout en préservant entièrement ou presque l'immeuble du pouvoir. Il était évidemment à l'origine de cette idée de ministres tirés au sort dans la population. Ce qu'il restait de médias d'opposition avait ironisé en rapprochant ce show médiatique d'un jeu connu au vingtième siècle sous le nom de « La Valise RTL », jeu diffusé sur une station de radio qui consistait à appeler au hasard des personnes qui, si elles connaissaient le montant de « La Valise » gagnaient ce même montant. Il faut dire que l'émission télévisée de tirage au sort des ministres avait été particulièrement inquiétante sinon grotesque. Le tirage au sort avait bien sûr été mimé, car, il ne s'agissait pas de tomber sur quelqu'un qui aurait refusé de devenir ministre. Un des moments le plus terrible avait été quand la caméra était venue sortir une infirmière de nuit de son service pour lui annoncer, ou faire semblant de lui annoncer, qu'elle était nommée ministre de la santé. On l'avait retrouvée dès le lendemain matin dans le bureau ministériel après un passage par un institut de relooking bien connu de la place de Paris. Il en avait été de même pour tous les autres ministres, le tirage au sort ayant été effectué par profession. Le ministre de l'éducation nationale était ainsi un professeur des écoles, encore remplaçant, de la banlieue de Bordeaux et le ministre de l'intérieur un vigile d'un supermarché de Corrèze.






page 184
Toute la collection
4ème de couverture


Le nouveau gouvernement vient d'être nommé. La nouvelle Présidente de la République, élue, une nouvelle fois, contre l'extrême-droite, avec un écart de voix très faible, avait promis un gouvernement entièrement nouveau. Elle a tenu sa promesse. Le gouvernement français est constitué de femmes et d'hommes que personne ne connaît. « Personne », signifie bien sûr, personne parmi les médias, les lobbyistes, le personnel politique, la haute administration... Pour le reste, elles et ils sont honorablement connu.e.s de leur famille, leurs amis, leur entourage professionnel. Comment les a-t-elle choisi.e.s ? Par tirage au sort, arguant que si l'on pouvait confier à un jury populaire le sort d'un justiciable, on pouvait tout autant confier par le même procédé la conduite politique des affaires de la France, puisque pour les questions techniques, l'administration répondait très bien aux questions posées.
Ce roman de Daniel Diégèse relate les cent jours de ce gouvernement pas comme les autres, depuis la passation de pouvoir jusqu'à la rentrée politique de l'automne. C'est un roman tout aussi désopilant qu'inquiétant. Et s'il ne fallait que cent jours pour que le pouvoir transforme un.e honnête citoyen.ne en notable autoritaire ?
2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010